Archives de catégorie : Expositions

Exposition Los Modernos – Dialogue France / Mexique à Lyon

Exposition du 2 décembre 2017 au 21 mars 2018,
au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Découvrez les liens qu’ont entretenus les plus grands noms de l’art moderne de chaque côté de l’Atlantique avec, entre autres, Léger, Picasso, Bacon, Rivera, Siqueiros, Orozco. L’exposition Los Modernos met en regard deux scènes de l’art moderne, à travers les collections du MUNAL (Museo Nacional de Arte) de Mexico et du musée des Beaux-Arts de Lyon. Plus de 300 peintures, sculptures et photographies – une première au musée des Beaux-Arts de Lyon – mettent en lumière les correspondances et les influences entre art moderne français et mexicain, mais  également leurs ruptures et leurs spécificités.

À Lyon, l’exposition reprend le principe de l’exposition mexicaine : montrer deux collections, celles du musée des Beaux-Arts de Lyon et celle du MUNAL, comme illustrant deux scènes de l’art moderne entre 1900 et 1960.

Elle bénéficie de nombreux prêts provenant d’autres collections de musées et de collections particulières.

Elle s’enrichit notamment de trois dossiers :
1/ le premier concerne le cubisme avec notamment la figure de Diego Rivera,
2/ le second traite de l’influence des artistes mexicains sur le mouvement surréaliste en France
3/ et le troisième s’intéresse aux regards croisés entre photographes mexicains, américains et français. L’exposition est introduite par un focus sur le patrimoine mexicain dans les collections lyonnaises (cinéma, estampes, objets ethnologiques).

 

Nouvelle Objectivité en photographie : A. RENGER-PATZSCH

Exposition Galerie du Jeu de Paume – Paris, jusqu’au 21 janvier 2018

 

Indépendamment du rôle qu’il joua dans la Nouvelle Objectivité – mouvement artistique apparu en Allemagne au début des années 1920 –, Albert Renger-Patzsch (1897-1966) est aujourd’hui considéré comme l’une des figures les plus importantes et les plus influentes de l’histoire de la photographie du XXe siècle.
L’exposition rend hommage à ce photographe hors norme et permet de redécouvrir la postérité d’une œuvre qui nous invite à réfléchir sur la nature de la photographie et sur son potentiel artistique et spéculatif dans le contexte de l’art et de la culture contemporaine.
D’une simplicité et d’une originalité extrêmes, la photographie de Renger-Patzsch a ceci de particulier qu’elle repose sur un style documentaire privilégiant la sobriété et l’immédiateté du réalisme, qui, pour lui, sont des caractéristiques fondamentales de la représentation photographique. Son œuvre témoigne ainsi d’une approche technique et formelle rigoureuse, dans laquelle l’appareil photo n’intervient que pour intensifier notre vision et notre conscience de la réalité. Chez Renger-Patzsch, ce principe explique la démarche qu’il adopte mais, surtout, il justifie l’identité esthétique et conceptuelle de sa photographie en lui permettant de se distinguer nettement de l’héritage du pictorialisme et de l’expérimentalisme hybride qui caractérise les avant-gardes du début du XXe siècle.

Cette rétrospective dresse un panorama des grands thèmes, moments et genres qui ont marqué la production photographique de Renger-Patzsch ; elle se divise en trois périodes qui ont été fondamentales dans le déroulement de sa carrière : ses débuts, où il photographie des plantes pour les éditeurs Folkwang/Auriga, jusqu’à la profusion thématique et à l’éclectisme qui jouent un rôle décisif dans l’élaboration de son livre Die Welt ist schön (Le monde est beau), paru en 1928 ; la période qui suit son installation à Essen, marquée par une intense créativité dans la région de la Ruhr et qui porte notamment sur des sujets associés à des lieux, des bâtiments et des objets industriels ; enfin, après la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt nouveau qu’il se découvre pour la nature et les paysages, et en particulier pour les arbres et les rochers.
Réunissant près de 154 clichés, cette rétrospective est l’une des plus importantes consacrées à Renger-Patzsch à ce jour, et certainement celle qui rassemble le plus d’œuvres provenant de collections institutionnelles ou privées : Collection Ann und Jürgen Wilde / Pinakothek der Moderne München (Munich), Folkwang Museum (Essen), Ludwig Museum (Cologne), Galerie Berinson (Berlin) et Centre Pompidou (Paris).

A lire : entretien sur la photographie moderne  de Bernd Stiegler

A consulter : DossierDocumentaire_AlbertRengerPatzsch (1)

Commissaire : Sérgio Mah, professeur à l’Universidad NOVA, Lisbonne
Exposition organisée par la Fundación MAPFRE en coopération avec le Jeu de Paume, avec la collaboration spéciale et le support scientifique de la Fondation Ann et Jürgen Wilde, Pinakothek der Moderne, Munich.
Avec l’aide de l’Institut Goethe de Paris.
Remerciements à l’Hôtel Chavanel, Paris.
Partenaires médias : À Nous Paris, Paris Première, Radio Classique

E. SCHIELE à Vienne, jusqu’au 18 juin

Pour donner l’impulsion à la prochaine année commémorative de 2018, le musée Albertina de Vienne présente une exposition complète d’oeuvres d’Egon Schiele, reflet de la création dans une époque caractérisée par un schisme entre modernité et tradition. 160 gouaches et dessins de Schiele mettent en évidence la solitude existentielle des êtres humains, tout en s’opposant drastiquement aux valeurs de la société fin de siècle.

Alors que Schiele est généralement considérée comme faisant partie de l’élite artistique et intellectuelle de Vienne au début du siècle, parmi des personnalités allant de Mahler à Schnitzler, de Freud à Kraus, et d’Altenberg à Hofmannsthal, cette exposition à l’Albertina confronte de grandes photographies d’époque aux œuvres de l’artiste, comme une démonstration visible de l’articulation des deux. La véritable toile de fond représentée par ces photos montre clairement la divergence aiguë entre la production de Schiele et la société dans laquelle il a vécu.

Eli Lotar, Jeu de Paume

du 14 février au 28 mai 2017, Jeu de Paume, Paris

Photographe et cinéaste français d’origine roumaine, Eli Lotar (Eliazar Lotar Teodorescu, Paris, 1905-1969) arrive en France en 1924 et devient rapidement l’un des tous premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Proche de Germaine Krull qui lui apprend le métier, et plus tard des surréalistes, il publie dans les revues d’avant-garde — Vu, Jazz, Arts et métiers graphiques —, et participe à plusieurs expositions internationales majeures, parmi lesquelles « Fotographie der Gegenwart », « Film und Foto », « Documents de la vie sociale ».

L’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » examine, sous un jour nouveau, le rôle de cet acteur crucial de la modernité photographique à travers un parcours thématique, de la « Nouvelle Vision » au cinéma documentaire, en passant par ses paysages urbains, industriels ou maritimes. Ses portraits montrent son attrait pour les poses et postures et sa proximité avec la plupart des grands artistes de l’époque. L’engagement social et politique d’Eli Lotar ainsi que son goût pour le travail collectif se révèlent dans la réalisation de nombreux projets avec des écrivains (Jacques et Pierre Prévert), des hommes de théâtre (Antonin Artaud et Roger Vitrac) ou encore des réalisateurs de cinéma connus (Joris Ivens, Alberto Cavalcanti et Luis Buñuel) que le contexte sociopolitique troublé des années 1930 ne laissait pas indifférents.

L’exposition rassemble plus de cent tirages vintage récemment localisés dans une quinzaine de collections et d’institutions internationales ainsi qu’une sélection d’une centaine de documents (livres, revues, lettres, négatifs, films) qui constituent le cœur du travail d’Eli Lotar. Elle est organisée en cinq sections thématiques qui ne suivent pas un ordre strictement chronologique.

Les deux premières parties de l’exposition traitent des reportages photographiques effectués par Eli Lotar en majorité pour la presse illustrée. Intitulées « Nouvelle Vision » et « Déambulations urbaines », elles permettent de se plonger dans l’univers du photographe, reconnu pour la singularité de son œuvre dès la fin des années 1920. La reproduction de revues de l’époque ( VU, L’Art Vivant, Arts et métiers graphiques, Jazz, Bifur) montrent une partie des nombreuses publications de Lotar à cette période. Les tirages d’époque, les impressions réalisées à partir des négatifs et les documents présentés dans cette section permettent de prendre la mesure de sa notoriété précoce au sein de l’avant-garde photographique européenne.

Attiré par l’univers du cinéma, Lotar participe, dès 1929, à des productions de films documentaires en travaillant avec des cinéastes comme Jean Painlevé, Joris Ivens et Luis Buñuel.
La troisième section est consacrée aux œuvres les plus socialement engagées de Lotar avec une sélection de photographies et de films où se reflète la complexité sociale et politique de l’entre-deux-guerres, comme par exemple le réalisme cru de sa série sur les Abattoirs (1929) et sa collaboration sur Terre sans pain (1933) le seul film documentaire de Luis Buñuel qui illustre les conditions de vie déplorables de la région isolée et aride des Hurdes, en Espagne. Le travail avec des cinéastes qui participent activement à l’émergence du cinéma documentaire marque fortement la carrière de Lotar, qui après guerre, réalise Aubervilliers (1945), un documentaire poétique sur les conditions de vie dans les taudis de cette ville.

Les deux dernières sections de l’exposition portent une attention particulière aux rencontres artistiques et littéraires fructueuses de la vie de Lotar. Elle présente des images inédites de ses voyages ainsi qu’une série de prises de vues des poses loufoques des personnages du théâtre Alfred Jarry d’Antonin Artaud. Ses collaborations avec plusieurs artistes, dramaturges et poètes lui permettent d’apporter son expertise artistique et technique (notamment le travail de la lumière et du cadrage) aussi bien lors de voyages sur le pourtour méditerranéen avec Jacques Bernard Brunius et Roger Vitrac, que dans ses photomontages pour le théâtre Alfred Jarry d’Antonin Artaud ou encore sa collaboration amicale avec Alberto Giacometti dont Lotar sera le dernier modèle.

La présence d‘Eli Lotar aux avant-postes du modernisme a pourtant fait l’objet d’une reconnaissance tardive. Il faut attendre le début des années 1990 pour qu’une première rétrospective lui soit consacrée au Centre Pompidou. Depuis, les avancées dans le champ des études du surréalisme, de la photographie de l’entre-deux-guerres, mais aussi du cinéma, permettent de poser un regard nouveau sur son travail et de restituer toute la singularité de sa trajectoire et de son univers visuel.
Le Jeu de Paume et le Centre Pompidou à Paris s’associent pour présenter une exposition rétrospective constituée à partir des archives et du fonds d’atelier du photographe conservés au Centre Pompidou et de tirages d’époque provenant de collections et d’institutions internationales.

« Eli Lotar (1905 – 1969) »
Une exposition du 40e anniversaire du Centre Pompidou, coproduite par le Centre Pompidou et le Jeu de Paume.

Commissaires : Damarice Amao, Clément Chéroux et Pia Viewing.

Partenaires médias : À Nous Paris, de l’air, France Culture, Paris Première et Time Out.

L’Institut Culturel Roumain de Paris apporte son soutien à l’exposition « Eli Lotar (1905-1969) ».

L’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » participe au Mois de la Photo du Grand Paris 2017.

Fenêtres sur cours – Peintures du XVIe au XXe siècle

Affiche de l'exposition - Santiago Rusiñol, El pati blau, 1891. Montserrat, Museu de Montserrat (Donaciò J. Sala Ardiz)
© Affiche de l’exposition – S. Rusiñol, El pati blau, 1891. Montserrat, Museu de Montserrat (Donaciò J. Sala Ardiz)

Le musée des Augustins de Toulouse présente, du 10 décembre 2016 au 17 avril 2017, « Fenêtres sur cours », première exposition jamais conçue sur le thème des cours intérieures qui abondent pourtant dans la peinture de paysage ou d’architecture. Le musée réunit quatre-vingt-dix peintures du XVIe au XXe siècle provenant de collections publiques et privées, françaises et internationales.

Au thème de la cour, est associé un sujet complémentaire, plus familier, des fenêtres par lesquelles les peintres regardent le monde.
Les tableaux retenus illustreront cette thématique sans exclusivité d’école ou de mouvement artistique : atriums, patios, cloîtres, cours de palais, de fermes et cours urbaines se succèdent, vus par Vredeman de Vries, Hubert Robert, Corot, Boudin, Bonnard, ou Rusiñol entre autres. Désertes ou peuplées, ces cours sont une exploration poétique entre paysage, architecture réelle ou imaginée, grande et petites histoire(s) qui parlent essentiellement de l’humain.

MUDAM: Wim Delvoye

Depuis le début de sa carrière, commencée dès la fin des années 1980, Wim Delvoye s’attache à déplacer les frontières qui séparent traditionnellement la culture populaire et l’art, les arts décoratifs et les « beaux-arts »,  l’ancien et le contemporain, le noble et l’impur. « En un mot, Wim Delvoye pratique l’oxymore », écrit Continuer la lecture de MUDAM: Wim Delvoye

Exposition Apollinaire, le regard du Poète

Exposition du 6 avril au 18 juillet 2016, Musée de l’Orangerie, Paris

600x337_projets_affiche_apollinaire_04-03-162

Poète, critique, découvreur des arts africains, ami des artistes, Apollinaire s’est révélé un acteur central de la révolution esthétique qui donna naissance à l’art moderne. Apollinaire a « situé une fois pour toutes la démarche d’un Matisse, d’un Derain, d’un Picasso, d’un Chirico (…) au moyen d’instruments d’arpentage mental comme on en avait plus vus depuis Baudelaire » déclarait Continuer la lecture de Exposition Apollinaire, le regard du Poète

Exposition Jeu de Paume : François Kollar, Un ouvrier du regard

Exposition du 9 février au 22 mai 2016

François KOLLAR, Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France] 1957-1958. Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 30 x 21,6 cm. Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
François KOLLAR, Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France], 1957-1958.
Épreuve gélatino-argentique d‘époque, 30 x 21,6 cm. Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont

François Kollar (Senec, Slovaquie, 1904 (anciennement Szenc, Hongrie) — Créteil, 1979), employé des chemins de fer dans son pays natal, puis tourneur sur métaux dans les usines Renault de Boulogne-Billancourt, devient photographe professionnel à l’âge de 24 ans après avoir acquis une riche expérience de chef de studio chez l’imprimeur parisien Draeger. Sa connaissance intime du monde du travail, de la publicité à la mode en passant par l’industrie, l’artisanat et l’agriculture, lui permet d‘aborder les outils, les matériaux et les gestes avec une expertise professionnelle exceptionnelle.

 

Manicule  découvrir et lire la présentation de l’exposition sur le site du Jeu de Paume.

Manicule  Consulter et télécharger le très complet  DossierDocumentaire_FrancoisKollar

Carambolages | RMN – Grand Palais Affinités insolites

Carambolage (n.m) : terme du jeu de billard. Coup dans lequel la bille du joueur va toucher deux autres billes. fig. : coup double, ricochet.

185 œuvres d’art, issues d’époques, de styles et de pays différents, sont présentées dans un parcours conçu comme Continuer la lecture de Carambolages | RMN – Grand Palais Affinités insolites

Rétrospective J. Bosch à Bois-le-Duc et à Madrid

Du 13 février au 8 mai 2016, Noordbrabants Museum Verwersstraat 41, Bois-Le-Duc, Pays-Bas, et du 31 mai au 11 septembre 2016, Musée du Prado, Madrid, Espagne.

BOSCH, VISIONS DU GENIE

L’exposition « Jérôme Bosch (1450-1516) »  à Rotterdam avait éclairé le travail de l’artiste en montrant ses influences et en effectuant de nouveaux recoupements entre les peintures qui lui étaient attribuées. Continuer la lecture de Rétrospective J. Bosch à Bois-le-Duc et à Madrid

Sublime. Les tremblements du monde – Centre Pompidou Metz

Du 11 février au 5 septembre 2016

L’exposition explore l’ambivalente fascination qu’exerce sur nous la tourmente des éléments. Cette « passion mêlée de terreur et de surprise »[1], cristallisée par le philosophe Edmund Burke en 1757 en un mot, « Sublime », exprime ce mélange d’attraction et de répulsion éprouvé par l’homme Continuer la lecture de Sublime. Les tremblements du monde – Centre Pompidou Metz