Festival d’Histoire de l’Art 2016 : conférence d’Alain Corbin et table ronde

Université de printemps d’histoire des arts

CHRONOLOGIES
& AUTRES FIGURES DU TEMPS
Vendredi 3 et samedi 4 juin 2016
Château de Fontainebleau – Festival de l’histoire de l’art

Remarque préliminaire : ce compte-rendu a été établi par Josée Parizet, professeure d’arts plastiques enseignant l’histoire des arts au lycée Pierre-Guéguin de Concarneau (académie de Rennes). Le texte a été rédigé d’après des notes. 

On peut consulter le site Eduscol pour des informations concernant cette Université de printemps et une bibliographie : http://eduscol.education.fr/cid99669/universite-d-histoire-des-arts-2016.html

 *************************************

Conférence d’Alain Corbin, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Dans 1515, Alain Corbin, le père de l’histoire des sensibilités, invitait de grands historiens à revisiter « les grandes dates de l’histoire de France », constatant chez les élèves et les étudiants «un dépérissement du sens de la profondeur historique ». Chronologies, chrononymies… par quelles figures du temps construire, avec l’histoire des arts, les repères sans lesquels l’inappétence l’emportera sur la curiosité ?

Quelles significations a-t-on donné à la chronologie dans l’histoire des programmes de l’école ?

Toute structure chronologique est indispensable pour l’histoire. Mais, dans les années 1970, alors que Pierre Nora, moi-même et des inspecteurs généraux, tentions de nous mettre d’accord sur quelques grandes dates mondiales que tous les élèves devraient connaître, on a abandonné l’idée de la faire apprendre. Ce travail n’a eu aucun écho.

L’apprentissage de la chronologie n’est pas l’apprentissage de l’histoire. Par exemple, ma mère, née en 1913, a appris à l’école la chronologie de l’histoire de l’Orne (!) ainsi que celle de la succession des rois mérovingiens. Moi-même, j’y ai appris la chronologie des batailles et plus particulièrement celles de Napoléon.

Cette chronologie relevait de ce qu’on appelle le roman national1. Il a été élaboré par Jules Ferry et Victor Duruy selon une visée civique et morale qui s’est avérée dangereuse car elle postule un achèvement de l’histoire dans une perspective téléologique dont la fin est la République comme accomplissement d’une œuvre civilisatrice liée à la colonisation. Or, depuis, on a abandonné la colonisation en tant que valeur.

Le roman national se fonde sur des valeurs idéologiques qui se modifient au cours du temps. Par exemple, la notion de race a été mise en cause. Autre exemple, l’attention portée aux femmes dans les anciens manuels d’histoire. Elles y apparaissent sous deux figures : celle de la sainte (Jeanne d’Arc…) ou bien celle de la figure exécrée (Isabeau de Bavière, étrangère, mauvaise mère, mauvaise épouse… ou Catherine de Médicis, empoisonneuse décrite par Alexandre Dumas…).

En 1962, il a été proposé d’élargir le programme de Terminale en désamorçant le roman national par l’étude de l’histoire des civilisations. Cela n’a pas pris. Les professeurs n’étaient pas très qualifiés à ce moment-là pour traiter ces questions et certaines civilisations n’avaient pas d’ossature chronologique claire (la Chine).

En géographie, il en est de même : il existe un roman national de la géographie – également remis en cause. Au XIXe, on présentait la terre comme terrifiante (cf. Jules Verne) avec ses animaux sauvages, sa nature dangereuse, ses hommes cannibales. Elle était aussi mystérieuse et fascinante : on ne connaissait pas alors les pôles. En géographie, le roman national s’appuie sur la géologie des régions françaises. Lucien Febvre prétend une équivalence entre la population et l’assise géologique de la région d’habitat. Or, depuis les années 1970, on est passé de la terre à la planète, menacée par l’homme – l’ère anthropocène. La planète est à protéger de l’homme.

Ainsi, la perspective s’est inversée. La planète a rapetissé. L’enfant a désormais une instantanéité de l’appréhension du monde (web, satellite, géolocalisation…), un « présentisme » qui rend difficile l’enseignement de l’histoire. Que faire, que construire dans cette éclipse de l’histoire temporelle ?

Un autre problème est celui des chrononymes. Doit-on diviser le passé en périodes et comment les nommer?

Jacques Le Goff parle du long Moyen Âge, mais on parle aussi de la renaissance carolingienne. La terminologie semble instable : qu’appelle-t-on la Renaissance ? Qu’est-ce que cette période des Lumières ? qu’est-ce que les Trente glorieuses appelées ainsi en écho aux Trois glorieuses dont personne ne sait plus ce qu’elles sont et qui évoquent une époque de croissance économique, un âge d’or qui ne correspond pas à la réalité. En effet, il n’est jamais question dans les manuels français d’histoire de l’été apocalyptique de 1815, conséquence d’éruptions volcaniques dévastatrices à l’autre bout du monde et qui engendrent une famine terrible. Pourtant les journaux allemands et suisses de l’époque font tous leurs titres sur cette calamité mondiale.

Conclusion :

Tout d’abord, le roman national pose problème. Il faut, par ailleurs, dissocier l’enseignement de l’histoire et l’enseignement civique. Enfin, il semble nécessaire de construire une histoire mondiale.

Table ronde

Modération : Julie Ramos, maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Henri Zerner, Research Professor à l’université de Harvard
Marc Bayard, conseiller au développement culturel et scientifique au Mobilier national
Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller scientifique à l’INHA, historien des arts décoratifs

Autour de Henri Zerner, la question de l’appréhension sensible du temps, avec ses échelles diverses où se heurtent les modes de périodisation, avec ses représentation et ses matérialités, confrontera l’histoire des différents arts, avec un accent particulier sur les arts du décor et du costume, où le slow made (concept créé par Marc Bayard) se confronte à l’éphémère des usages.

Julie Ramos présente un dessin d’Yves Klein (1958) qui montre Malevitch comme un suiveur d’Y. Klein : En ce qui concerne la pérennisation des périodes2, faut-il en retenir les éléments les plus signifiants ?

Henri Zerner : Ce dessin était d’actualité dans les années 1950 selon une téléologie de l’art moderne qui voyait en l’abstraction l’aboutissement de l’art moderne. Il est aujourd’hui dépassé. La notion même de modernisme est dépassée.

La notion d’histoire des arts est problématique car les arts ont des histoires différentes (ce ne sont pas les mêmes périodisations pour la musique ou pour la peinture). Les œuvres existent dans le présent tout en charriant l’histoire. Les supports, par exemple, ou les constituants se modifient avec le temps comme on a pu le constater avec la restauration de la Sainte-Anne de Léonard de Vinci. Les œuvres du présent peuvent dialoguer avec celles du passé alors qu’en histoire on ne peut pas restituer le passé : La Joconde est là, la bataille de Waterloo ne l’est pas. L’histoire essaie de comprendre les changements de mentalité. Roberto Longhi disait que Cézanne permet de comprendre Piero della Francesca mais l’inverse aussi est vrai. L’histoire de l’art est porteuse d’une multiplicité de temps, d’un anachronisme fondamental. On ne peut pas séparer le temps de l’espace.

Marc Bayard : Le Mobilier national est une institution pour qui la notion de temps est problématique. C’est, depuis quatre siècles, un garde-meuble. Il rassemble la Manufacture des Gobelins, la Manufacture de Sèvres, celle de Beauvais… Il est impossible d’unifier les histoires de ces institutions en une seule, avec un but commun. Comment alors communiquer quand il y a diversité et non pas une entité ? L’objet d’art présente une matérialité dans laquelle la temporalité est induite. A partir de la matérialité d’un objet, il faut expliquer le sensible pour en comprendre le sens.

Philippe Thiébaut : Il est compliqué d’articuler la chronologie historique et les objets d’art. La chronologie est remise en cause par les arts décoratifs. Le style Louis XV ne correspond pas au règne de Louis XV. De plus le style d’un objet peut servir de modèle à une réédition. Les objets sont-ils alors représentatifs de l’époque de leur refabrication ? Certains objets ont une durée d’utilisation extrêmement longue, ce sont des cycles longs. Par exemple le costume ne change pas du VIe siècle avant J.-C. jusqu’au VIe après J.-C.. Certaines formes perdurent pendant que d’autres sont renouvelées.

Julie Ramos : A partir du moment où l’on travaille sur l’objet, on se rend compte qu’il échappe aux périodisations. Les objets s’inscrivent dans une temporalité autre.

Marc Bayard : Comment écrire une histoire ? Quels choix faire ? Qu’est-ce qui motive ce choix ? Quelle est l’essence de ce que je vais donner dans mon enseignement ?

Henri Zerner : Pourquoi l’histoire ? Pour éviter la perte de la mémoire du passé afin de donner une profondeur au présent. Mais pour établir des repères chronologiques, il faut d’abord comprendre les valeurs charriées par l’histoire, les choix idéologiques. Par exemple, au même moment, Cézanne et Baudry sont des peintres qui incarnent des valeurs idéologiques différentes. Dans l’histoire du XIXe, on est obligé d’envisager les deux artistes mais aussi de prendre parti. Les valeurs de Cézanne sont plus importantes que celles de Paul Baudry.

Julie Ramos : Le musée est un baromètre de ces questions.

Philippe Thiébaut : Au musée d’Orsay, on expose les arts décoratifs dans des Period Rooms.

Marc Bayard : Les Period Rooms sont liées à la question de la restauration des objets. Faut-il bloquer l’objet dans son état (il s’agit là de conservation) ou bien le remettre dans son état d’usage (restauration) qui lui donne sens, le rend vivace pour tous dans une finalité de transmission aux générations ?

Julie Ramos : Le musée est-il un mouroir pour les œuvres ?

Henri Zerner : De Quincy était opposé aux musées, cimetières des œuvres. « Confuse époque où les musées deviennent des églises, et les églises des musées »  a dit Jean Cocteau à propos de la politique culturelle de Malraux. De plus en plus de musées ne jouent pas sur la chronologie. Surtout les petits musées qui n’ont pas les moyens d’assumer une continuité chronologique.

Julie Ramos : Vient de paraître une chronologie de l’histoire de l’art chez Bescherelle. Les mouvements artistiques, les « ismes » sont remplacés par les dates des œuvres.

Public : Dans notre contexte, poser des repères c’est choisir le cas paradigmatique, faire émerger une exemplarité. Mais les chrononymes recouvrent de l’homogène alors que toutes les contemporanéités sont hétérochrones. Par exemple, des séries actuelles comme Game of Thrones multiplient les temps. Il devient  alors impossible de dater. Il est nécessaire à la fois de donner des repères et de sensibiliser à la co-présence des temps dans l’œuvre.

Marc Bayard : Si la chronologie disparaît, il y a perte de la mémoire, destruction de la culture.

Henri Zerner : Il faut garder en tête la distinction entre la chronologie et l’histoire. Les repères de temps permettent de faire correspondre à une même époque de la littérature et des objets d’arts par exemple.

Julie Ramos :  Ces images des séries s’autonomisent.

Henri Zerner : Dans les retables, par exemple, on trouve un méli-mélo de temps différents (vêtements à l’antique et vêtements contemporains…)

Public : Doit-on enseigner le paradigme ou les influences ?

Julie Ramos : Une histoire de l’art qui parle du présent est un regard sur les temporalités conjointes.

Public : On a souligné la difficulté de construire des repères chronologiques. Est-ce que le rapport au sensible de l’œuvre peut rendre la chronologie acceptable ?

Marc Bayard : La médiation avec les œuvres est nécessaire. En visitant la collection du Mobilier national, les élèves voient une tenture puis participent à un atelier où ils expérimentent un métier à tisser. L’objectif est de renvoyer au temps de fabrication. Les élèves se rendent compte que tendre un fil demande une force, que l’ouvrage progresse très lentement. La perception du temps de l’œuvre change après cette activité. On ne peut pas percevoir la dimension sensible de l’œuvre avec son téléphone portable ou avec un audioguide. Ce sont autant de masques qui empêchent de percevoir l’œuvre.

Julie Ramos : Dans certains musées, les œuvres sont éclairées avec des projecteurs de telle sorte qu’elles ressemblent à leur image3.

Henri de Rohan-Csermak : Lors de la restauration de la salle Pleyel, on a cherché une acoustique dans la salle qui donne le même effet sonore qu’avec un son MP3.

Marc Bayard : au-delà de la chronologie, il y a le temps de l’œuvre.

  1. Le n°15 de la revue Ecrire l’histoire, 2015. []
  2. La question des périodes : cf n° de la revue Perspectives (2008), La périodisation en histoire de l’art par Roland Recht []
  3. Voir Daniel Arasse,  Histoires de peintures, Gallimard, collection Folio Essais, 2006 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *