Une année Fortuny

Exposition Musée du Prado, Madrid, du 21 novembre 2017 au 18 mars 2018

Les peintures de Mariano Fortuny y Marsal (père) font actuellement l’objet d’une exposition au musée du Prado à Madrid. Ce peintre collectionneur eut une carrière brève (né en 1838 en Catalogne, il meurt à Rome en 1874 du paludisme), marquée par de nombreux voyages au Maroc, en Italie, à Paris et une production orientaliste.

Formé auprès de peintres nazaréens (Claudi Lorenzale, Pau Milà i Fontanals), Fortuny développe lors de ses années d’apprentissage à la Loge de Barcelone (l’école des Beaux-Arts) un style réaliste. L’Académie des Beaux-Arts de Barcelone lui décerne à l’unanimité un prix pour « Le comte Bérenger III plantant le drapeau de Barcelone sur la tour du château de Foix » en 1857, prix qui lui permet d’obtenir une bourse pour deux années à Rome.

Mariano Fortuny, Le comte Bérenger III plantant le drapeau de Barcelone sur la tour du château de Foix, 1857, huile sur toile, 116,5 × 87,5 cm, Barcelone, Palais de la Généralité de Catalogne
M. Fortuny, A la porte du sérail, 1870, huile sur panneau, 254 x 168 cm

A son retour, l’Assemblée de la province de Barcelone l’envoie au Maroc pour peindre des toiles inspirées de la guerre d’Afrique. Cette découverte de l’Orient sera déterminante : Fortuny accumule les esquisses de paysage, d’étude de lumière et de scènes populaires mais aussi les objets, céramiques et armes mauresques.

 

Mariano Fortuny peignant dans son atelier à Rome, 1870

La pratique d’esquisses aquarellées libère progressivement la touche de la raideur académique des premières années pour laisser place à une pâte picturale généreuse, travaillée avec un geste dynamique (à l’époque même où l’Impressionnisme se déploie en France).

Dans certains tableaux, des zones de couleurs uniformes laissées libres absorbent le sujet, la scène représentée, annonçant presque le rapport fond/forme d’un Francis Bacon.

 

Mais l’intérêt porté à la famille Fortuny ne s’arrête pas à Mariano Fortuny y Marsal, père de Mariano Fortuny y Madrazo. Ce dernier, né en 1871, orphelin à l’âge de 3 ans, va devenir un artiste éclectique du XXe siècle, assimilant la pratique picturale de son père, son goût pour la collection et une curiosité insatiable pour la photographie, les tissus, les systèmes d’éclairage au théâtre. L’intérieur du Palazzo Fortuny, acquis en 1900, trahit par la richesse et la diversité des objets cette appétence pour la découverte.

Le Palazzo Fortuny

Façade du Palazzo Fortuny, donnant sur le Campo San Beneto

Le Palazzo Fortuny, anciennement Palazzo Pesaro degli Orfei, est un palais typiquement vénitien, construit dans un style gothique tardif (« gothique fleurissant »).  Le rez-de-chaussée comporte un portail rectangulaire entouré de deux petites fenêtres à arcs surbaissés, et deux autres fenêtres en arc brisé. Au premier et second étages, sept arcades à couronnement ogival structure une grande ouverture. De part et d’autre, les deux ailes du palais sont percées de fenêtres carrées ou brisées. Au dernier étage, une baie à triple arcades est entourée de petites fenêtres. Si tous ces ornements gothiques, d’inspiration lombarde,  apportent une certaine finesse à la façade, le palais conserve la rigueur d’une construction médiévale.

Plan du Palazzo Fortuny
Intérieur de l'atelier de Fortuny, peint par lui-même, non daté, détrempe sur toile, 120 x 132 cm, Venise, Musée Fortuny
Intérieur de l’atelier de Fortuny, peint par lui-même, non daté, détrempe sur toile, 120 x 132 cm, Venise, Musée Fortuny

 

 

 

 

 

Le plan rectangulaire est organisé selon une construction longitudinale, avec un salon central long de 45 mètres qui occupe toute la profondeur.  Ce sera le grand-salon-atelier de Fortuny.

Le Palazzo est autant lieu de réception, magasin qu’ateliers de création et d’expérimentation. Les premiers tissus imprimés seront créés ici, puis l’atelier de production des tissus sera déplacé sur l’île de la Giudecca (n°805).

Systèmes d’éclairage et coupole

A la recherche d’un art total, amoureux de Wagner, Fortuny réalise de nombreuses mises en scènes d’opéras et de pièces de théâtre entre 1898 et 1944. Très rapidement, il dépose neuf brevets pour des systèmes d’éclairage, à l’origine des systèmes de lumière indirecte actuels. « Fortuny reprochait à l’éclairage scénique classique de dévoiler tout l’artifice du théâtre, alors que son système, tout en nuances, permettait de conserver la magie, la féerie et le mystère (…) »1 . Il sera aussi l’un des premiers à exploiter les ressources électriques dans la mise en scène.

Dans le prolongement de ses recherches sur la lumière, Fortuny conçoit une coupole légère de tissus blancs tendus sur une armature métallique, remplaçant ainsi les innombrables ciels peints verticaux. Cette coupole en arc de cercle parfait avait la particularité de se déplier  et se déplier à volonté.

Les Tissus Fortuny

Dès 1906, il se tourne vers le textile avec les châles «Knossos» en voile de soie imprimé de motifs inspirés de la céramique crétoise de Camarès. Fortuny ne crée pas les tissus, il préfère se consacrer à ce que Xavier Barralt i Altet nomme leur « ennoblissage », en expérimentant diverses techniques de teinture, d’impressions, de gaufrage ou de plissage. Oeuvrant à la libération des corps, revisitant l’Antiquité, le Moyen Âge et la Renaissance et s’inspirant des motifs de ces périodes, il s’attache à la souplesse du vêtement sans taille, en créant des pièces intemporelles aux lignes droites.

« Ce style inimitable, mélange d’exotisme et d’esthétique de la Renaissance, répond à la recherche de dépaysement de son époque et incarne ce goût vénitien qui conquiert les grands noms de l’époque. Parmi ses clientes (..), Fortuny compte entre autres la grande danseuse américaine Isadora Duncan, fidèle à la maison dès ses débuts, mais également « les trois grâces du métier » : Cléo de Mérode, Emilienne d’Alençon et Liane de Pougy, vitrines de la mode dans les cercles mondains, la nouvelle aristocratie des affaires, ou encore des étoiles de l’époque comme Sarah Bernhardt, Dolores del Rio, Ethel Barrimore et Lillian Gish. »2

Les vêtements mythiques et recherches d’étoffes ont fait l’objet d’une exposition au musée Galliera, « Fortuny, un espagnol à Venise », jusqu’au 7 janvier 2018.

 

 Palazzo Fortuny, Venise

    Exposition Fortuny Musée du Prado

  1. Xavier Barral i Altet, Fortuny à Venise, éditions lineadacqua, 2016, p. 78 []
  2. Xavier Barralt i Altet, Fortuny à Venise, éditions lineadacqua, p. 51 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *