Audition à la DGESCO

     Lundi 10 décembre, le collectif Paragone – représenté par Vincent Casanova, Thomas Goussu et Brigitte Guyot-Martin – était reçu pour consultation sur les projets de programme élaborés par le groupe de travail Histoire des arts du Conseil supérieur des programmes. Nous publions ci-dessous les éléments d’analyse que nous avons présentés à nos deux interlocuteurs, responsables au sein de la direction des contenus de la DGESCO.

Nous faisons part d’une certaine satisfaction pour le travail réalisé par le groupe de travail du CSP. L’importance accordée à la liberté pédagogique, liée aux contextes locaux de mise en œuvre, témoigne de la confiance accordée aux équipes enseignantes et nous nous en réjouissons. Les objectifs généraux de compétences s’inscrivent dans la continuité de cet enseignement tel qu’il s’est déployé depuis ses origines. Nous nous félicitons de l’esprit d’ouverture dont témoigne la structure d’ensemble des programmes et nous apprécions qu’il soit réaffirmé que le « plaisir fait partie intégrante du rapport aux œuvres ». Enfin, l’insistance sur la pluralité des formes artistiques à envisager est une très bonne chose, ainsi que le large spectre chronologique et géographique proposé par les programmes. C’est en la matière une nouveauté dont nous nous réjouissons.

Des éléments restent à ajuster et certains points sont à reprendre.

  • Concernant le programme d’option facultative de Seconde, nous nous étonnons d’un certain manque de rigueur dans la notion de foyers chrono-géographiques tant celle-ci englobe des configurations incomparables. Il paraîtrait adéquat de reprendre la rédaction de ce passage car des situations très variables sont mises sur le même plan et sont sans commune mesure  – à titre d’exemple le foyer « Byzance du IVe au XIIe siècle » ne peut absolument pas être compris identiquement avec « Une province française du IXe au XIVe siècle ». Il conviendrait par conséquent de rappeler que cet enseignement doit conduire à élaborer aussi une réflexion sur les espaces et temporalités considérés afin de ne pas les naturaliser ni les réifier d’une part et de les poser en équivalence d’autre part.
  • Quant au dit « projet collectif », que ce soit en Seconde ou en Première, les 15 heures imposées apparaissent comme un volume horaire « plancher » trop élevé et trop contraignant. Il pourrait être ramené à 10-12 heures. Tout d’abord, il peut être en effet compliqué, pour certains établissements, d’envisager un déploiement aussi lourd, quand il sera nécessaire par ailleurs de réaliser d’autres sorties pédagogiques. De plus, dans la mesure où cette démarche pédagogique nécessite beaucoup de mobilisation et est souvent chronophage, il paraît plus raisonnable de ne pas fixer dans le marbre ses modalités de mise en œuvre.  À ce titre, la mention d’une réalisation « par les élèves » nous paraît un peu excessive. Avec les élèves serait tout aussi pertinent, au titre de l’encadrement assuré par l’équipe et les intervenants. De même, il paraît trop arrêté que « les élèves soient répartis en petits groupes, chacun ayant une responsabilité propre ». Ce sont là des décisions qui relèvent des équipes enseignantes, sachant qu’il peut être tout à fait judicieux parfois et selon les effectifs de diviser les tâches individuellement. Quant à requérir que cela soit fondé sur « l’appétence des élèves », cela semble pour le moins nébuleux, quand il est évident que les projets auront été déterminés en amont dans la mesure où ils impliqueront des partenaires extérieurs, et que les équipes ne pourront pas présumer de ces « appétences ». Nous rappelons que les appels à projet des structures culturelles auprès des DAAC se font en fin d’année scolaire et que les inscriptions ont lieu selon les académies au mois de juin ou jusqu’à mi-septembre.
  • On s’étonne qu’il soit question, dans chacune des propositions de programme, de « ressenti » tant le terme ne semble guère approprié pour un enseignement qui s’attache à la précision du vocabulaire1. L’enseignement de l’histoire des arts s’est toujours appuyé sur l’observation, l’écoute, mais aussi sur l’émotion, les impressions et la subjectivité des élèves. S’il était choisi de ne pas inscrire spécifiquement ces termes, nous proposons le retrait systématique de la phrase mentionnant cet impropre « ressenti », sachant que la phrase en question n’apporte au fond rien au propos.
  • Concernant le programme d’enseignement de spécialité de 1e, six thèmes est réellement trop volumineux. Il pourrait être proposé aux enseignants de choisir. Rappelons que l’année sera marquée par une épreuve dès le printemps et qu’à raison, désormais, de 4 heures par semaine, il convient de ne pas multiplier la lourdeur des programmes. Il reste tout à fait possible de proposer ces 6 thèmes mais en imposant d’en traiter 4 sur l’année, au choix des enseignants. Il conviendrait par ailleurs de spécifier que l’ordre de traitement est laissé à la libre appréciation des enseignants et que l’ordre est ici indicatif – au même titre que pour le programme de Seconde quant aux foyers chrono-géographiques. Enfin, il paraît trop restrictif de focaliser l’étude sur le choix d’une œuvre principale – un corpus limité d’œuvres peut être tout à fait judicieux et cette souplesse doit être de mise.
  • Concernant le programme d’option facultative de 1e, il paraît nécessaire d’apporter des précisions dans la définition des objets d’étude. Tout d’abord il importerait de préciser qu’une consultation auprès des enseignants aura au minimum été réalisée en amont de la publication au bulletin officiel afin de définir les objets et afin qu’ils puissent être anticipés. De plus il conviendrait de rappeler que les objets d’étude seront choisis pour plusieurs années successives. Enfin que les objets d’étude sont arrêtés en tenant compte d’un accès aisé à des ressources documentaires. Il devrait en être de même pour les programmes de Terminale et pour toutes questions limitatives.
  •   C’est pour tout cela aussi que nous avons rappelé la nécessité de prolonger d’un an et à titre exceptionnel les questions limitatives des programmes de Terminale afin de ne pas ajouter un lourd travail de préparation supplémentaire.
  • Enfin nous avons attiré l’attention sur la nécessité d’accorder dans la nouvelle structure du baccalauréat une place significative aux options facultatives dans leur prise en compte afin que l’investissement des élèves soit reconnu à plein, au même titre que les enseignements de latin et de grec dont le Ministre a déclaré qu’ils “rapporteront des points bonus”. Cette différence de traitement est tout simplement inacceptable. C’est pourquoi en dernier lieu, nous avons réaffirmé notre opposition à l’ensemble de la réforme, sa précipitation, et fait part de nos inquiétudes quant à la pérennité de l’histoire des arts. Nous renvoyons pour cela au texte que nous avons publié.
  • À quoi bon des programmes enthousiasmants quand les conditions de sa mise en œuvre ne sont pas du tout réunies, que les perspectives d’une raréfaction de l’enseignement de l’histoire des arts dans nos établissements se profilent. De surcroît, comme nous l’écrivions « alors que la réforme du baccalauréat entend œuvrer « pour une meilleure orientation », « pour simplifier une organisation trop complexe » et pour donner aux élèves la possibilité d’aller vers les disciplines « qu’ils ont choisies et qui donc les passionnent » – citations toutes extraites de la présentation ministérielle de la réforme – , ces trois enjeux nous semblent tout simplement oubliés.
  1. Nous nous permettons de renvoyer au site d’une institution dont le Ministère recommande la consultation : http://www.academie-francaise.fr/le-vecu-le-ressenti. Doit-on rappeler par ailleurs que le terme était utilisé strictement au XIXsiècle dans le domaine des Beaux-Arts pour désigner, « un objet dont le contour ou le renflement est plus bombé ou plus fort qu’il ne doit l’être » ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.