Exposition de dessins de Parmigianino au Louvre

Jusqu’au 15 février 2016

De Parme à Casalmaggiore, en passant par Rome et Bologne, l’exposition permet de suivre pas à pas l’évolution fiévreuse de l’une des plus belles mains du dessin italien.

Durant les premières décennies du XVIe siècle apparut, dans une Italie que bouleversaient troubles et déroutes, un nouveau style, qui devait bientôt devenir un style européen : le maniérisme. L’on n’avait rien vu de tel depuis l’art gothique. D’une nation à l’autre, les mêmes formes raffinées et sophistiquées, les mêmes tours de force s’exerçaient, se répondaient… L’art de Michel-Ange, du Corrège ou de Raphaël offrait un socle solide à cette nouvelle esthétique fragile, savante et virtuose, qui exigeait que l’on ait du style, que l’art assume sans limite la haute idée qu’il se faisait de lui-même et que ce vertige d’idéal reste toujours indépassable !

Francesco Mazzola fut l’un des tout premiers acteurs de cet art des sommets. Né à Parme (son surnom, Parmigianino, signifie littéralement « petit natif de Parme »), dessinateur incroyablement précoce et habile, d’une élégance magistrale et charmante, doué du génie de la jeunesse pratiquement jusqu’à sa mort à l’âge de trente-sept ans, il passa aux yeux de ses contemporains pour un nouveau Raphaël… Ce qu’il ne fut pas ! Ou pas seulement. Car, porté par le désir fou de l’égaler, il s’aventura vers une venustà mondaine, fit preuve d’un anticonformisme radical dans la façon de traiter les sujets les plus communs et finit par substituer de vaines recherches alchimiques à sa quête effrénée des subtilités de l’art.

Source : Louvre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *