LA TRADITION DE LA REPRODUCTION

Emmanuelle Rabier

 

Les matières, les techniques et les formes : production et reproduction des œuvres uniques ou multiples.
  • La reproduction des œuvres relève-t-elle uniquement de procédés techniques ou constitue-t-elle un art en soi ?
  • À quel moment la reproduction fait-elle œuvre ?  
  • Comment les techniques de reproduction des œuvres ont-elles apporté de la nouveauté dans les arts ?
  • À quelles fins la reproduction des œuvres a-t-elle été utilisée par les artistes ?
  • La reproduction des œuvres les désacralisent-elles ?

Problématiques pour envisager les techniques traditionnelles de la reproduction :

À quelles fins la reproduction des œuvres a-t-elle été utilisée par les artistes ? Dans quel but copier ? Que reste-t-il de l’œuvre originale ? Quel(s) écart(s) entre l’œuvre et la copie ?

Il s’agit de montrer que la reproduction s’inscrit dans une tradition, un rituel d’apprentissage, une filiation.  L’art est « codé » et les artistes se forment en copiant. On soulignera au fil du propos combien on reproduit aussi bien pour apprendre, que par plaisir ou par nécessité.1

Corpus documentaire

    • Document A (œuvre principale) : Aphrodite dite Vénus de Milo , vers 100 av. J.-C., marbre, H. : 202 cm, musée du Louvre (Paris).
    • Document B :  Giuseppe Castiglione (1829-1906), Vue du grand Salon carréau musée du Louvre. Salon de 1861 69 x 103 cm, musée du Louvre (Paris).
    • Document C : Abraham Bosse (v. 1602/4-1676), Les Imprimeurs en taille-douce, 1642, eau-forte, 257 x 324 cm au trait carré.
    • Document D : Malika Bauwens, « Nous nous sommes faufilés parmi les copistes du Louvre », BeauxArts, 20 mars 2019 .

Lexique : Reproduction – Copie – Réplique – Unicité – Citation – Appropriation – Détournement

  • DOCUMENT A. La Vénus de Milo en miroir
Aphrodite, dite Vénus de Milo, vers 100 avant J.-C., Île de Mélos (Cyclades, Grèce); H.: 202 cm, musée du Louvre (Paris)

Choix de l’œuvre : faire découvrir aux élèves une sculpture « star » pour en connaître le sens artistique.

Activités possibles :  description la sculpture, comparaison avec ses répliques / modèles, apport de grands repères (situer dans le temps et l’espace)

Ressources pour l’analyse : voir la notice consacrée à l’œuvre sur le site du musée du Louvre ainsi que de l’article de Bernard Holtzmann dans l’Encyclopædia Universalis consacré aux copies dans la sculpture antique.

 

Les différents types de reliefs. Source : Arielle Lebrun, « Les moules, les modèles et la production de l’atelier de moulage de la Rmn-GP aujourd’hui », In Situ 28 | 2016.

Rappeler que la sculpture désigne tout à la fois la pratique même de mise en forme ainsi que l’objet réalisé, l’œuvre d’art accomplie. C’est l’occasion aussi de poser quelques éléments de vocabulaire.

Ressources pour les œuvres en comparaison : Marianne Hamiaux « Le type statuaire de la Venus de Milo », Revue archéologique, 2017/1 (n° 63), p. 65-84.

  • DOCUMENT B. Giuseppe Castiglione, Vue du grand Salon carréau musée du Louvre. Salon de 1861.
Vue du grand Salon carré, au musée du Louvre. Salon de 1861
69 x 103 cm, musée du Louvre (Paris)

 

Détail de Giuseppe Castiglione, Salon carré, au musée du Louvre.

Choix de l’œuvre : elle propose une représentation du grand Salon carré du Louvre qui a vu naître la tradition des Salons et des copistes ; on distingue au premier plan et au fond deux femmes copistes au travail. Sur le mur de droite, au centre, L’Immaculée Conception de Bartolomé Esteban Murillo, tableau le plus copié au XIXe siècle.

Activités possibles : description du tableau ; recherche documentaire sur la tradition des copistes au XIXe siècle ; la copie d’État et la copie pour se former en tant qu’artiste.

Ressources : Séverine Sofio , « Les vertus de la reproduction. Les peintres copistes en France dans la première moitié du XIXe siècle », Travail, genre et sociétés, 2008/1 (nº 19), p. 23-39 ainsi éventuellement que le billet de Jean-Philippe Maisonnave, « Ouvrages de dames : les copies faites au Louvre au XIXe siècle ».

  • DOCUMENT C. Abraham Bosse.   Les Imprimeurs en taille-douce, 1642.
Abraham Bosse, « Les Imprimeurs en taille-douce », 1642, Eau-forte. 257 x 324 cm au trait carré, BNF Est., Ed 30 a, épreuve rognée à l’extérieur du trait carré.

 

Choix de l’œuvre : elle propose une représentation d’une technique d’impression et permet d’engager les recherches autour des différentes techniques de reproduction d’images avant la photographie.

Activités possibles : description du tableau, recherche documentaire sur les différentes techniques d’impressions avant la photographie, observation d’une technique de reproduction ancienne.

Ressources : voir l’exposition virtuelle de la BNF consacrée à Abraham Bosse et pour comprendre la technique de la taille douce, cf. le  film du Musée de l’imprimerie et de la communication graphique.

Vue d’une copiste au travail au musée du Louvre. (DR)

Choix du texte : il propose de découvrir le métier de copiste aujourd’hui.

Activités possibles : repérer dans le texte les conditions pour être copiste, les règlementations pour la copie d’une œuvre, le niveau requis ; notez ce qu’il  paraît important de retenir sur le métier de copiste, depuis que cette pratique existe, compte-rendu oral des recherches.

 

  1. Le deuxième temps est consacré à la reproduction mécanisée des œuvres et des images et permet d’envisager photographie et vidéo ; le troisième temps sur la copie comme point de départ pour la création en particulier dans l’art contemporain. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.