Exposition au Musée Dapper : Chefs-d’oeuvre d’Afrique

Dans les collections du musée Dapper

Jusqu’au 17 juillet 2016

Des oeuvres figurant parmi les plus importantes au monde réunies pour la première fois. Remarquables par leur esthétique, elles témoignent des grandes cultures de l’Afrique. 

Un hommage au Fondateur Humaniste

Michel Leveau a quitté ce monde en novembre 2012 après avoir rempli la mission qu’il avait initiée il y a un peu plus de trente ans en créant la Fondation Dapper. Esthète, mais guidé par la rigueur scientifique, il s’était attaché à acquérir pour son institution des oeuvres exceptionnelles. Certaines d’entre elles avaient appartenu auparavant à de grands noms qui ont marqué la reconnaissance des arts non occidentaux, Charles Ratton, Paul Guillaume, Jacob Epstein…Son but : contribuer à une meilleure connaissance des arts traditionnels de l’Afrique subsaharienne et sensibiliser un large public.

Une collection d’exception

Le fonds du musée Dapper se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l’ancienneté. L’exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des oeuvres majeures. Certaines sont uniques et n’ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon (Fang, Kota, Punu…), du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke).Attendu depuis des années par le public, Chefs-d’oeuvre d’Afrique permettra aux visiteurs de découvrir des pièces maîtresses qui puisent leurs significations dans les cultures de l’Afrique centrale ou dans celles de l’Afrique de l’Ouest. Les oeuvres racontent la vieLes pièces exposées ont été sélectionnées en raison de leurs qualités plastiques, mais aussi pour les rôles qu’elles assurent dans les sociétés qui les ont vues naître. En effet, masques, statues, statuettes, autels, parures, armes et bien d’autres artefacts sont liés à des pratiques et des savoirs spécifiques. Leurs fonctions sont multiples. Certains objets étaient utilisés dans le cadre des initiations, celles des adolescents ou celles des hommes mûrs devant développer leurs connaissances ésotériques et / ou techniques. D’autres – parfois les mêmes – intervenaient lors de cultes destinés à rendre hommage aux ancêtres, à assurer la fécondité des femmes, la fertilité des terres ou à soigner.

Afrique plurielle

L’exposition Chefs-d’oeuvre d’Afrique intègre une section intitulée « Afrique plurielle » qui ouvre sur le monde contemporain. À travers des montages de documents anciens, photos et des extraits de vidéos, cette création d’Aurélie Leveau interroge quelques actes et comportements qui traduisent des modes de pensées, des façons de vivre et de forger des identités. Ces pratiques se veulent « originales ». Mais sont-elles si éloignées de celles qui constituaient jadis des normes en Afrique ?

Source : Exposition en cours :Chefs-d’oeuvre d’Afrique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.