L’affaire Arnolfini

Les tableaux des maitres flamands n’en finissent pas de fasciner un public de plus en plus nombreux et diversifié. Jean-Philippe Fostel n’est pas historien d’art mais médecin et c’est peut- être ce qui lui permet de poser un regard nouveau sur une œuvre  peinte en 1434 par Jan Van Eyck,   » énigmatique, étrangement belle, sans précédent ni équivalent dans l’histoire de la peinture« . En s’appuyant sur les écrits antérieurs consacrés aux Epoux Arnolfini , l’auteur propose une véritable étude clinique , détails après détails, pour aboutir à une nouvelle hypothèse qui pour l’heure n’a provoqué aucun remous  dans les monde de l’histoire de l’art : le tableau ne serait pas qu’un épisode nuptial mais un autoportrait familial de l’artiste, montrant pas les lieux et les symboles une nativité à venir, par la figure de la femme le visage d’une épouse défunte … Au delà de ces nouvelles hypothèses émerge une méthode d’observation et d’analyse rigoureuse et formatrice.

affaire_arnolfini_couverture
Hors collection Actes Sud
Mars, 2016 / 11,5 x 21,7 / 160 pages
ISBN 978-2-330-06091-6
prix indicatif : 18, 00€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.