In the age of Giorgione, exposition à la Royal Academy de Londres

L’exposition de la Royal Academy, qui a lieu jusqu’au 5 juin, propose un portrait en creux de ce peintre énigmatique, et sur lequel nous avons peu d’informations.

Formé dans l’atelier de Giovanni Bellini, Giorgio Da Castelfranco développe très vite une incroyable capacité d’assimilation des techniques graphiques et picturales. Il quitte l’atelier de Bellini après six années d’apprentissage pour réaliser des commandes privées, qui donnent lieu aux premiers tableaux de chevalet à Venise, et rencontre Léonard de Vinci (présent à Venise en mars 1500), Lorenzo Lotto, Giovanni Cariani, Sébastiano del Piombo et Tiziano (qui seront tous deux élèves de Giorgione). Il est fort probable qu’il ait côtoyé Albrecht Dürer, de passage à Venise en 1494 et 1505-1506. Pour le moins Giorgione avait-il connaissance de leur travail.

Les oeuvres de ces artistes sont présentées avec les rares oeuvres attribuées à Giorgione, au travers de quatre thèmes : le portrait, le paysage, les sujets religieux, les peintures allégoriques, donnant quelques clés de compréhension et d’appréhension du début du XVIe siècle, période qui constitua pour Venise un âge d’or.

Giorgione (1476/1477 - 1510), Nuda, Fresque détachée, 243x140cm, Galerie de l'Accademia, Venise
Giorgione (1476/1477 – 1510), Nuda, Fresque détachée, 243x140cm, Galerie de l’Accademia, Venise

A l’époque où Michel-Ange couvrait le plafond de la Sixtine, Giorgione commençait les fresques du mur extérieur du Fondaco dei Tedeschi, selon un programme iconographique complexe, dont la compréhension globale échappait à Vasari. Les fresques endommagées par le climat ne sont aujourd’hui plus visibles in situ. Un fragment fut déplacé à la Galerie de l’Accademia de Venise : cette Femme nue est un exemple de proportions idéales (thème en vogue inspiré de la statuaire classique), mais aussi une figure allégorique tenant dans ses mains une sphère. Même si aucun document -pour le moment- ne prouve que Giorgione ait voyagé en Italie, certains critiques ont établi des affinités entre les figures de Michel-Ange et les grandes figures du Fondaco.

Daniel Arasse rappelle dans Histoires de peintures que si G. Bellini est le peintre vénitien du détail, Giorgione est celui de la brevita, du laconisme (éditions Gallimard, collection Folio Essais, 2006, p.273). En 1510, la quatrième épidémie de peste à Venise emporte Giorgione à l’âge de 32 ans.

Giorgione - Les trois philosophes 2

Giorgione, Les trois philosophes, 1508-09
Huile sur toile, 124 x 145 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienna

 

Manicule

26_258520Pour préparer la visite de l’exposition, (re)plongez dans l’ouvrage captivant de Claude Chevreuil, Les Mémoires de Giorgione, constitué comme la dernière lettre de Giorgione à Sebastiano Del Piombo (Editions Le Fallois, 1994 ; Le livre de Poche, 2000)

 Manicule giorgione_exhibition_RA_London_posterSur le site de la Royal Academy, de nombreux articles sur les artistes présentés (cliquez sur l’affiche).

 
 
 

Manicule Différents articles complémentaires « Comment lire un tableau de la Renaissance?« , « L’Âge d’or, Venise au XVIe siècle« , « Le débat sur le portrait : Giorgione ou Titien? », …. : https://www.royalacademy.org.uk/articles/tag/in-the-age-of-giorgione


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.