Archives par mot-clé : Réforme du lycée

Audition à la DGESCO

     Lundi 10 décembre, le collectif Paragone – représenté par Vincent Casanova, Thomas Goussu et Brigitte Guyot-Martin – était reçu pour consultation sur les projets de programme élaborés par le groupe de travail Histoire des arts du Conseil supérieur des programmes. Nous publions ci-dessous les éléments d’analyse que nous avons présentés à nos deux interlocuteurs, responsables au sein de la direction des contenus de la DGESCO.

Nous faisons part d’une certaine satisfaction pour le travail réalisé par le groupe de travail du CSP. L’importance accordée à la liberté pédagogique, liée aux contextes locaux de mise en œuvre, témoigne de la confiance accordée aux équipes enseignantes et nous nous en réjouissons. Les objectifs généraux de compétences s’inscrivent dans la continuité de cet enseignement tel qu’il s’est déployé depuis ses origines. Nous nous félicitons de l’esprit d’ouverture dont témoigne la structure d’ensemble des programmes et nous apprécions qu’il soit réaffirmé que le « plaisir fait partie intégrante du rapport aux œuvres ». Enfin, l’insistance sur la pluralité des formes artistiques à envisager est une très bonne chose, ainsi que le large spectre chronologique et géographique proposé par les programmes. C’est en la matière une nouveauté dont nous nous réjouissons.

Des éléments restent à ajuster et certains points sont à reprendre.

  • Concernant le programme d’option facultative de Seconde, nous nous étonnons d’un certain manque de rigueur dans la notion de foyers chrono-géographiques tant celle-ci englobe des configurations incomparables. Il paraîtrait adéquat de reprendre la rédaction de ce passage car des situations très variables sont mises sur le même plan et sont sans commune mesure  – à titre d’exemple le foyer « Byzance du IVe au XIIe siècle » ne peut absolument pas être compris identiquement avec « Une province française du IXe au XIVe siècle ». Il conviendrait par conséquent de rappeler que cet enseignement doit conduire à élaborer aussi une réflexion sur les espaces et temporalités considérés afin de ne pas les naturaliser ni les réifier d’une part et de les poser en équivalence d’autre part.
  • Quant au dit « projet collectif », que ce soit en Seconde ou en Première, les 15 heures imposées apparaissent comme un volume horaire « plancher » trop élevé et trop contraignant. Il pourrait être ramené à 10-12 heures. Tout d’abord, il peut être en effet compliqué, pour certains établissements, d’envisager un déploiement aussi lourd, quand il sera nécessaire par ailleurs de réaliser d’autres sorties pédagogiques. De plus, dans la mesure où cette démarche pédagogique nécessite beaucoup de mobilisation et est souvent chronophage, il paraît plus raisonnable de ne pas fixer dans le marbre ses modalités de mise en œuvre.  À ce titre, la mention d’une réalisation « par les élèves » nous paraît un peu excessive. Avec les élèves serait tout aussi pertinent, au titre de l’encadrement assuré par l’équipe et les intervenants. De même, il paraît trop arrêté que « les élèves soient répartis en petits groupes, chacun ayant une responsabilité propre ». Ce sont là des décisions qui relèvent des équipes enseignantes, sachant qu’il peut être tout à fait judicieux parfois et selon les effectifs de diviser les tâches individuellement. Quant à requérir que cela soit fondé sur « l’appétence des élèves », cela semble pour le moins nébuleux, quand il est évident que les projets auront été déterminés en amont dans la mesure où ils impliqueront des partenaires extérieurs, et que les équipes ne pourront pas présumer de ces « appétences ». Nous rappelons que les appels à projet des structures culturelles auprès des DAAC se font en fin d’année scolaire et que les inscriptions ont lieu selon les académies au mois de juin ou jusqu’à mi-septembre.
  • On s’étonne qu’il soit question, dans chacune des propositions de programme, de « ressenti » tant le terme ne semble guère approprié pour un enseignement qui s’attache à la précision du vocabulaire1. L’enseignement de l’histoire des arts s’est toujours appuyé sur l’observation, l’écoute, mais aussi sur l’émotion, les impressions et la subjectivité des élèves. S’il était choisi de ne pas inscrire spécifiquement ces termes, nous proposons le retrait systématique de la phrase mentionnant cet impropre « ressenti », sachant que la phrase en question n’apporte au fond rien au propos.
  • Concernant le programme d’enseignement de spécialité de 1e, six thèmes est réellement trop volumineux. Il pourrait être proposé aux enseignants de choisir. Rappelons que l’année sera marquée par une épreuve dès le printemps et qu’à raison, désormais, de 4 heures par semaine, il convient de ne pas multiplier la lourdeur des programmes. Il reste tout à fait possible de proposer ces 6 thèmes mais en imposant d’en traiter 4 sur l’année, au choix des enseignants. Il conviendrait par ailleurs de spécifier que l’ordre de traitement est laissé à la libre appréciation des enseignants et que l’ordre est ici indicatif – au même titre que pour le programme de Seconde quant aux foyers chrono-géographiques. Enfin, il paraît trop restrictif de focaliser l’étude sur le choix d’une œuvre principale – un corpus limité d’œuvres peut être tout à fait judicieux et cette souplesse doit être de mise.
  • Concernant le programme d’option facultative de 1e, il paraît nécessaire d’apporter des précisions dans la définition des objets d’étude. Tout d’abord il importerait de préciser qu’une consultation auprès des enseignants aura au minimum été réalisée en amont de la publication au bulletin officiel afin de définir les objets et afin qu’ils puissent être anticipés. De plus il conviendrait de rappeler que les objets d’étude seront choisis pour plusieurs années successives. Enfin que les objets d’étude sont arrêtés en tenant compte d’un accès aisé à des ressources documentaires. Il devrait en être de même pour les programmes de Terminale et pour toutes questions limitatives.
  •   C’est pour tout cela aussi que nous avons rappelé la nécessité de prolonger d’un an et à titre exceptionnel les questions limitatives des programmes de Terminale afin de ne pas ajouter un lourd travail de préparation supplémentaire.
  • Enfin nous avons attiré l’attention sur la nécessité d’accorder dans la nouvelle structure du baccalauréat une place significative aux options facultatives dans leur prise en compte afin que l’investissement des élèves soit reconnu à plein, au même titre que les enseignements de latin et de grec dont le Ministre a déclaré qu’ils « rapporteront des points bonus ». Cette différence de traitement est tout simplement inacceptable. C’est pourquoi en dernier lieu, nous avons réaffirmé notre opposition à l’ensemble de la réforme, sa précipitation, et fait part de nos inquiétudes quant à la pérennité de l’histoire des arts. Nous renvoyons pour cela au texte que nous avons publié.
  • À quoi bon des programmes enthousiasmants quand les conditions de sa mise en œuvre ne sont pas du tout réunies, que les perspectives d’une raréfaction de l’enseignement de l’histoire des arts dans nos établissements se profilent. De surcroît, comme nous l’écrivions « alors que la réforme du baccalauréat entend œuvrer « pour une meilleure orientation », « pour simplifier une organisation trop complexe » et pour donner aux élèves la possibilité d’aller vers les disciplines « qu’ils ont choisies et qui donc les passionnent » – citations toutes extraites de la présentation ministérielle de la réforme – , ces trois enjeux nous semblent tout simplement oubliés.
  1. Nous nous permettons de renvoyer au site d’une institution dont le Ministère recommande la consultation : http://www.academie-francaise.fr/le-vecu-le-ressenti. Doit-on rappeler par ailleurs que le terme était utilisé strictement au XIXsiècle dans le domaine des Beaux-Arts pour désigner, « un objet dont le contour ou le renflement est plus bombé ou plus fort qu’il ne doit l’être » ? []

Audition de Paragone par le CSP

Paragone, représenté par Olivia Brianti, Vincent Casanova et Fanny Gayon, a été auditionné le mardi 5 juin 2018 à l’Institut national de l’histoire de l’art (INHA, salle Warburg) par le groupe de travail que le Conseil supérieur des programmes (CSP) a constitué pour l’enseignement de l’histoire des arts. Cette audition se faisait dans le cadre du projet de réforme du baccalauréat et du lycée.

Nous avons pu exposer pendant une trentaine de minutes les propositions et pistes élaborées par le collectif. Trente minutes d’échanges ont suivi.

Nous publions ci-dessous le document de synthèse qui a été remis aux huit membres présents du groupe de travail.

Sommaire :

1/ Des points forts dans les programmes actuels

2/ Principes généraux pour les programmes et les épreuves

3/ Option facultative

4/ Enseignement de spécialité

5/ Définition des épreuves de spécialité

Conclusion

1/ Des points forts dans les programmes actuels

  • La définition de la constitution de l’équipe : garder le cadrage actuel de l’équipe et insister dans la présentation du programme pour que cette coordination fasse l’objet d’une rémunération. “Cette équipe comprend au moins un enseignant d’une discipline artistique et un enseignant d’histoire et géographie ; un professeur de l’équipe en assure la coordination”. B.O. n°9 30/09/2010 (programmes arts du cycle terminal).

  • Les objectifs actuels des épreuves d’histoire des arts nous semblent très pertinents.

  • Les compétences actuellement formulées nous semblent adéquates et sont déjà celles prises en compte dans les évaluations actuelles. Il serait bon de faire figurer, dans les programmes, des attendus de fin de cycle liés aux savoirs et savoir-faire (« un candidat ne peut ignorer… » : maîtrise d’un vocabulaire technique, connaissances des domaines et mouvements artistiques, grands enjeux artistiques et culturels.

2/ Principes généraux pour les programmes et les épreuves

Les propositions avancées par le Collectif Paragone s’attachent à mettre l’élève au centre et ont pour horizon sa réussite. Ce qui suit résulte des années d’expériences accumulées et de constats faits sur le terrain.

Nous insistons sur la part de liberté qui permettra de ne pas figer notre enseignement et nos pratiques. C’est pourquoi nous souhaitons des contenus ouverts afin de permettre aux équipes enseignantes de s’adapter aux événements culturels et artistiques, aux contextes des établissements... L’histoire des arts a pour particularité depuis ses origines d’être un enseignement qui tient compte des terreaux et des configurations locales. Un cadrage national est impératif, mais il doit ménager de la souplesse dans la mise en œuvre, les choix didactiques et pédagogiques afin de laisser possible l’élaboration de projets en partenariat avec des structures culturelles et des moments ponctuels de travail en ateliers. Les chemins de traverse sont l’une des conditions pour que notre enseignement soit vivant et attractif. Les thèmes doivent être clairs et prendre en compte la disponibilité des ressources. Le renouvellement des questions en classe de Terminale doit être plus espacé. En effet, l’aspect chronophage de l’appropriation des nouvelles questions se fait parfois au détriment de la réflexion didactique et pédagogique.

Par ailleurs, il faut avoir en tête la distinction année par année car certains élèves ne feront que la classe de Seconde, d’autres que celle de 1ère, quand d’autres feront tout le curriculum. Pour ceux-là, il importe de ménager une progressivité. es programmes qui permettent aux enseignants de construire avec les élèves des repères, ménageant un équilibre permanent entre le passé et le présent, afin d’inscrire à chaque niveau cet enseignement dans le monde d’aujourd’hui. La contextualisation est impérative, mais ne pas céder à une approche strictement chronologique qui imagine une illusoire continuité.

Des programmes trop denses ne laisseraient pas assez de temps à la formation méthodologique, à la recherche documentaire, au développement et à la maîtrise de compétences nécessaires à la réussite dans l’enseignement supérieur. Il convient dès lors de définir des épreuves aux attendus transparents et appropriables. Celles-ci doivent converger avec les autres enseignements artistiques de spécialité. Il faut ainsi veiller à ce que l’histoire des arts n’apparaisse pas comme un enseignement discriminant. Il est important que la spécialité « Histoire des arts » puisse être accessible à tous les élèves et ne soit pas réservée à ceux qui baignent familialement, déjà, dans un milieu artistique et culturel. Sachant qu’il ne s’agit pas de former des spécialistes – ce n’est pas le lieu du lycée.

3/ Option facultative

Cycle terminal : satisfaction globale quant aux thématiques et aux formes de l’épreuve de baccalauréat telles qu’elles sont définies actuellement.

  • Il y a cependant une ambiguïté sur le nombre de dossiers à présenter : une clarification est à apporter. Soit c’est un dossier par thème (donc deux dossiers en tout), soit ce sont trois dossiers présentant chacun une ou plusieurs œuvres.

  • En 1e : le programme est très centré sur la technique, la sociologie de l’art et l’urbanisme. Peut-être faudrait-il y insérer une thématique plus esthétique.

  • En Terminale : deux thèmes tournants, mais faire en sorte que chaque question reste quatre ans au programme pour permettre aux enseignants de se former sur le plan didactique et de développer une pensée pédagogique qui ne soit pas contrainte par l’urgence.

En classe de Seconde :

Avec la réforme, seule l’option facultative constituera désormais le vivier – non exclusif bien sûr – d’élèves pour le cycle terminal : c’est un enjeu d’autant plus important que la concurrence des futures spécialités sera forte. Il faut songer à capter, séduire les élèves.

Les élèves attendent principalement deux choses de l’option histoire des arts : l’accès à une culture générale ce qui implique un ancrage fondamental dans des références, des repères chronologiques, un répertoire visuel. Mais ils attendent aussi un enseignement “autre”, sensible, qui les sorte aussi des murs de l’école. Et pour ceux qui arrêteraient, nous souhaiterions qu’il en retiennent à la fois quelques repères sur l’histoire des arts, mais aussi une familiarisation avec l’art de leur temps.

  • Une proposition : trois thèmes permanents

– “Classiques et baroques” : ce sont deux notions qui sont à la fois historiques et esthétiques et permettent de ménager beaucoup de possibilités. Ou alors “l’Antiquité revisitée” qui permet d’aborder les notions d’imitation, de modèle et de style. Ces entrées favorisent les allers et retours entre le passé (le modèle antique et ses renaissances, l’Italie et l’Espagne baroque, Versailles…) et le présent (pourquoi parle-t-on d’une mode classique ou d’un film baroque ? Comment la bande dessinée revisite-t-elle l’Antiquité ?).

– En complément, une question plus ouverte sur le contemporain, l’ici et maintenant : les espaces de l’art aujourd’hui”. Il s’agit de la reprise d’une question déjà existante et cela permettrait au demeurant de reprendre des éléments sur le patrimoine, la création, l’art dans la ville, et amener les élèves dans des lieux culturels, leur faire rencontrer des acteurs…

– “Habiter et penser la ville de l’Antiquité à aujourd’hui” : cette entrée permettra aux élèves d’apprendre à porter un regard plus informé sur leur environnement s’ils habitent en ville, ou plus généralement, de comprendre les enjeux actuels de l’urbanisme.

4/ Enseignement de spécialité

En classe de 1e (4 heures)

Il ne faut pas perdre de vue que certains élèves qui suivront enseignement de spécialité seront amenés à arrêter. Certains choisiront peut-être l’option facultative en Terminale (ou le passeront en candidat libre). Et certains commenceront seulement en classe de 1e.

  • Une proposition : deux thèmes permanents et un thème libre

– un thème “situé” : “Avant-gardes et modernités(1848-1945) qui donne les clés de lecture de l’art moderne et contemporain occidental et permette de comprendre les ruptures et continuités dans l’art des XIXe et XXsiècles.

– un thème “transversal” qui assure une ouverture sur le monde, qui permette de parcourir à la fois le temps (de la préhistoire à nos jours) et l’espace (rompre avec l’occidentalocentrisme : permettre l’étude de créations artistiques du monde africain, américain, asiatique, océanien…). Un exemple de thème transversal : Représenter le réel”. (Rappel : un tel thème offrirait aux élèves n’ayant pas suivi en classe de Seconde l’option facultative d’histoire des arts de poser un vocabulaire analytique et des repères chronologiques).

En classe de Terminale (6 heures)

Il serait impératif d’impliquer les enseignants dans les procédures de choix des thèmes tournants au programme (étude des ressources à disposition, potentialités de la mise en œuvre).

  • Une proposition : un thème permanent et deux thèmes tournants

– Un thème permanent : un thème esthétique, qui peut résonner avec le cours de philosophie ou permette des liens avec les autres spécialités de « humanités, littérature et philosophie » à « numérique et sciences informatiques ».

Exemple de thème permanent : Arts et techniques depuis 1945”, dans la continuité chronologique du thème de 1ere “Avant-gardes et modernités” (1848-1945) (cf. aussi le thème d’option facultative de 1e). Cela conforterait la sensibilisation aux techniques artistiques traditionnelles, sans s’y restreindre, mais aussi aux innovations techniques, et aux ruptures qu’elles ont engagées. Ce thème permanent permettrait d’aborder tous les domaines artistiques, par une entrée incontournable dont les évolutions ont généré des productions inédites renouvelant la définition même de l’œuvre d’art, de l’auteur, ou encore du rapport au public.

Un thème : “un-e artiste dans son temps” (toute période)

Un thème : “Arts, ville, politique, société” (tels “les années 1950” annoncé pour l’année 2018-2019).

5/ Définition des épreuves de spécialité

Les épreuves finales ont lieu tôt (au printemps). Il faut en tenir compte.

Écrit

Il paraît judicieux de conserver le choix entre deux exercices de nature différente qui portent chacun sur un thème différent du programme.

a. Sujet 1 : dissertation

Nous souhaiterions maintenir l’exercice de dissertation à condition que l’énoncé dans sa formulation permette aisément au candidat de mobiliser ses connaissances et l’oblige à la construction d’une réflexion. L’énoncé doit être articulé de manière évidente avec l’intitulé du programme.

b. Sujet 2 : analyses et synthèse de documents

Le sujet sur documents actuel n’a pas démontré sa pleine pertinence et ce même s’il est un exercice très stimulant – sans doute le plus riche intellectuellement. Mais d’une part cinq documents, c’est beaucoup ; d’autre part, sa forme hybride fait que les travaux oscillent entre le commentaire de documents et la dissertation, sans être ni l’un ni l’autre.

Il pourrait être intéressant de marquer la distinction à l’égard de l’exercice de la dissertation afin que des élèves, aux compétences analytiques réelles, adossées à la maîtrise d’un vocabulaire solide, puissent réussir tout autant.

On pourrait ainsi imaginer un exercice en deux temps :

– 1e partie (sur 12 points) : une sélection de trois œuvres de formes artistiques variées (au moins deux), explicitement reliées à une des trois questions au programme. Il s’agirait de faire une analyse précise de chacune, révélant une approche personnelle et sensible.

– 2e partie (sur 8 points) : rédaction d’une synthèse qui problématiserait le corpus en mettant les œuvres en relation, afin de souligner les croisements, divergences, influences… . Deux possibilités sont envisageables pour la synthèse : laisser l’élève problématiser par lui-même ou bien l’orienter par une question ou un énoncé.

Quoiqu’il en soit, il importe d’accorder une grande vigilance à la qualité de reproduction des œuvres. Les exigences de qualité attendues dans le contenu d’une analyse d’œuvre doivent se trouver aussi dans la forme qui les reproduit et les rend accessibles.

Oral

Nous nous interrogeons plus que jamais sur la place du dossier. Aujourd’hui l’oral est aussi un écrit ! La précédente réforme n’a pas apporté entière satisfaction, alors même qu’elle voulait favoriser le travail des élèves. Il faudrait viser un travail réduit en quantité, mais axé sur une expérience esthétique ou une rencontre réalisée ou non dans le cadre de la classe (exposition, visite de musées, audition d’un concert, spectacle de théâtre…). La forme de ce compte-rendu en quelques pages (cinq maximum) devrait faire valoir une réflexion personnelle, mais peut aussi être l’occasion pour un élève de montrer sa maîtrise des TICE. Le rendu pourrait se faire possiblement sous forme numérique et non pas nécessairement sous forme imprimée (il pourrait être possible de réaliser un site internet). Ce dossier ne serait pas noté, mais servirait de support au dernier temps de l’entretien dans l’oral qui se déroulerait comme suit :

Un oral en deux temps (30’ de préparation, 30’ de passage)

  • un premier temps consisterait en la présentation en dix minutes maximum d’un commentaire d’œuvre choisie dans une liste (neuf ou douze) sélectionnée par les élèves, de forme artistique variée et couvrant à proportion égale les trois thèmes du programme. Celles-ci auront pu être possiblement étudiées avec le professeur en classe.

  • le deuxième temps, une vingtaine de minutes se déroulerait en deux moments de durée égale. Le jury serait, comme aujourd’hui, composé de deux enseignants (un professeur d’arts plastiques ou d’éducation musicale + un professeur d’une autre discipline). Tout d’abord, on reviendrait sur l’exposé du candidat en élargissant à d’autres œuvres de la liste et au travail réalisé tout au long de l’année et présenté par le descriptif de l’équipe pédagogique. Puis un second moment, l’entretien s’appuierait sur le dossier rendu par l’élève et porterait exclusivement sur l’expérience sensible dont il a rendu compte. Cela permettrait d’évaluer la capacité à verbaliser une expérience, mais aussi à argumenter/justifier un jugement esthétique afin de faire valoir ses compétences.

Grand oral

Il faut trouver le moyen que l’histoire des arts y trouve une « bonne » place tout en faisant en sorte aussi que cet oral n’enferme pas l’élève dans le couple de spécialités choisi mais puisse être une ouverture, une occasion scolaire, pour lui, de présenter un projet personnel où l’envie ait sa place.

Conclusion

Nous tenons à rappeler qu’une réforme réussie sera celle qui permettra aux élèves de choisir par exemple les spécialités “histoire des arts” et “mathématiques”. Cela témoignerait d’un changement de mentalités, afin de ne pas segmenter entre bloc scientifique et bloc lettres/langues/humanités.

Enfin ce changement trouvera son prolongement naturel quand un élève ayant fait ce choix pourra candidater sans problème à des études supérieures de médecine, de droit ou à une classe préparatoire. Autrement dit quand les filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur prendront en compte prioritairement la réussite de l’élève dans ses choix, et non pas ses choix en eux-mêmes.