Pédagogie : aborder l’Histoire des Arts par la pratique

                            Sébastien Champion, Lycée R. Poincaré, Bar le Duc                          (expérience menée depuis 2011 au lycée Raymond Poincaré )

aléatoire   aléatoire intégration

1- travail d’élève ; 2- simulation de mise en situation dans un espace consacré à l’art

Comment dépasser la dimension théorique de l’enseignement d’Histoire des arts ?

Quand l’une des questions limitatives du programme de terminale L portait sur John Cage, les élèves se trouvaient brutalement confrontés à une pratique artistique déroutante, le plus déroutant sans doute étant l’utilisation du hasard, pratique à rebours des représentations traditionnelles de l’artiste et de son travail. Cela exigeait de s’initier en amont à certains aspects de la philosophie asiatique et aux œuvres révolutionnaires du mouvement DADA. Pourtant, quelques exercices pouvaient permettre aux élèves de se rendre rapidement maîtres de ces logiques déconcertantes pour mieux se les approprier. Il ne s’agissait aucunement de les placer dans le rôle de l’artiste ou dans la mouvance culturelle de son époque mais de les confronter à des pratiques plastiques ou réflexives pour en saisir les enjeux.

Des explorations chromatiques et graphiques sur un support normé (24 x 32 cm), reposant sur le hasard lequel pouvait mettre en jeu des paramètres matériels ou temporels , ont permis de constituer une suite de « compositions aléatoires » dont chaque élève commentait le processus.

eclaboussures  froissure  iles papier brulé

Très vite, les termes d’ « évocation », d’ « altération », de « disparition » ont constitué un lexique propre et les élèves ont pu mesurer l’étendue des possibilités plastiques et conceptuelles de l’expérience. Dans un second temps, par un travail de retouche numérique ces résultats aléatoires ont été transformés en différents espaces évocateurs.

Les multiples taches, jets, coulures, brûlures, etc. devinrent des fragments de cosmos, des paysages préhistoriques ou des vues satellitaires…

   iles papier brulé  ile fond bleu  iles retouchées

Travail d’élève : 1-feuille posée sur une braise  ; 2- feuille travaillée avec Photofiltre ; 3- image superposée sur vue satellite

En transposant ces données plastiques dans un univers scientifique ou poétique, les élèves se sont ouverts aux mondes imaginaires, lointains, virtuels. Cette nouvelle séance constituait  une transition vers l’Ailleurs dans l’Art. Elle a trouvé une résonance très forte avec les œuvres graphiques de Victor Hugo (à partir de taches d’encre) et les travaux d’écriture automatique ou d’appropriation du hasard propres aux surréalistes.

   taches galaxie

Travail d’élève : 1- rouge à lèvres sur feuille ; 2- image scannée et passée en négatif avec Photofiltre

Ainsi se pose la question de la « pratique » en Histoire des arts : quel sens donner à ce terme pour éviter tout amalgame avec les autres enseignements de disciplines artistiques ?

Il ne s’agit pas tant de plonger l’élève dans une démarche créative et réflexive au long cours comme celle proposée par l’enseignement des arts plastiques mais de le confronter à quelques expérimentations pour s’approcher des œuvres d’une manière moins théorique.

Elaborer un rayogramme en disposant différents objets, de différentes textures sur un papier photosensible ne transforme pas les élèves en artistes surréalistes mais leur permet de comprendre le processus d’élaboration de ces images en l’expérimentant. De même, dans le cadre d’un cours sur la naissance et l’essor de la photographie au XIXe siècle, la transformation d’un espace clos en chambre noire plongera les élèves au cœur même du principe de l’appareil photographique, camera oscura et permettra de comprendre quelles furent les grandes interrogations des artistes et des penseurs depuis l’antiquité sur les lois et effets de la lumière. On concevra mieux l’utilité des « chambre à dessiner » du XVIIe siècle et la nécessité de trouver par des procédés chimiques la manière de piéger un reflet du réel sur un support fixe. Par extension et dans la tradition des pratiques photographiques anciennes la découverte du travail du photographe Abelardo Morrell constituera une conclusion actuelle évidente.

Ce sont ces liens qu’il importe de tisser et qui permettent d’approcher les œuvres dans leurs constituants, dans ce qu’Adorno nomme l’herméneutique des matériaux et qui fonde l’essence même de l’œuvre d’art avant même de l’envisager comme le reflet d’une époque…

D’ailleurs, la notion de pratique dépasse les seules expérimentations plastiques : la rédaction  d’une critique d’art dans le contexte des Salons du XIXe siècle pose l’élève face à des choix d’œuvres et de propos à faire partager et le rend acteur de la question sur l’artiste et son public.

Bien sûr, il ne s’agit pas de faire peindre un public scolaire sur un enduit frais dans la salle de classe pour mieux entrevoir la difficulté de la technique à fresque à la Renaissance… Ces mises en pratique ne doivent être ni systématiques ni contraignantes. Elles permettent cependant, avec peu de moyens matériels et avec une réelle efficacité pédagogique, de mettre les élèves dans une situation autre que celle d’un public récepteur, de les impliquer par d’autres moyens que la recherche documentaire ou l’écriture analytique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.