NANCY, UN FOYER DE L’ART NOUVEAU

NAISSANCE DU MOUVEMENT « ÉCOLE DE NANCY »

Jean-François Proquin, Lycée Henri Poincaré, Nancy

 

http://data.abuledu.org/URI/504f9b1e

L’Ecole de Nancy est un mouvement spécifique qui n’a pas vraiment eu d’équivalent dans les autres foyers de l’Art Nouveau. C’est le seul foyer où a été formulé un mouvement artistique qui se veut global…    

I.      LES CONDITIONS DU DYNAMISME

A. Des conditions économiques favorables

Au milieu du XIXe siècle, la région de Nancy est un espace relativement dynamique car elle est le siège d’activités économiques florissantes : extraction du sel, du fer et du charbon. La ville et l’ensemble de la Lorraine connaissent un développement important sous le Second Empire (1852-1870), en lien avec la Révolution industrielle.

Vitrail de Laurent-Charles Maréchal, (Eglise St-Germain-l’Auxerrois, Paris)
Vitrail de Laurent-Charles Maréchal,
(Eglise St-Germain-l’Auxerrois, Paris)

Très tôt, cette dynamique industrielle touche les industries d’art,ancrées en Lorraine depuis le XVIIIe siècle (cristallerie, céramique…). À Metz, un industriel, Laurent-Charles MARÉCHAL (1801-1887), devient peintre et maître-verrier ; il expose notamment à l’exposition universelle de 1851 au Crystal Palace.

La Lorraine se caractérise alors par la présence d’industriels et d’artisans dynamiques qui ont le souci de lutter contre la concurrence allemande. Autour de L.-C. Maréchal se constitue entre 1834 et 1870 une « École de Metz » (qui a donc précédé celle de Nancy). Les deux piliers de cette école sont :

–  la formation des artisans par les industriels

–  le retour à la nature.

Théodore DEVILLY, Nuages, XIXe s. (pastel sur papier, 17,1 x 36,2 cm, Musées de la Cour d’Or, Metz)
Théodore DEVILLY, Nuages, XIXe s.
(pastel sur papier, 17,1 x 36,2 cm, Musées de la Cour d’Or, Metz)

 

B. Un événement historique fondamental

Le 2 septembre 1870, l’empereur Napoléon III est fait prisonnier par les Prussiens après la défaite de Sedan. La France se retrouve amputée d’une partie de son territoire : Alsace et Moselle. Beaucoup d’industriels qui faisaient la richesse de l’Est de la France basculent du côté allemand, tout comme les deux grandes villes de Metz et Strasbourg.

Anonyme, Désastre de Sedan, (après 1870, Musée Carnavalet, Paris)
Anonyme, Désastre de Sedan, (après 1870, Musée Carnavalet, Paris)

Nancy va alors connaître une immigration massive, car c’est la plus proche ville de la nouvelle frontière franco-allemande.

 

C. Nancy depuis 1850

Nancy au milieu du XIXe siècle est une ville qui a peu bougé par rapport au XVIIIe siècle (sous Stanislas). Elle compte environ 50 000 habitants et les seuls faits marquants sont :

–  l’établissement du chemin de fer (1846-1856) : ligne Paris-Strasbourg

–  l’établissement du canal de la Marne au Rhin (1841-1851)

Gare Nancy Canal Nancy

Ces deux axes de circulation constituent une véritable coupure entre la ville historique (Vieille Ville, Ville neuve, ville de Stanislas) et la ville actuelle.

Plan Nancy 1894
Plan Nancy 1894

C’est dans ce contexte urbain qu’arrivent à Nancy à partir de 1870 :

– 10 000 Alsaciens et Mosellans qui ont décidé de quitter leur région devenue allemande, et qui sont donc des personnes dynamiques

–  des institutions publiques (ex. Manufacture des Tabacs)

–  des universités (Universités de Strasbourg)

– des industriels qui déménagent leurs usines et leurs ouvriers (ex. verrerie Daum).

Nancy devient grâce à l’annexion de l’Alsace-Moselle une ville industrielle. Ce dynamisme, combiné à l’essor de la production sidérurgique dans les bassins de Longwy et de Briey, permet à la Meurthe-et-Moselle de devenir le département le plus riche de France. Dans le même temps, l’industriel belge Solvay installe sa première usine étrangère sur le bassin du sel de Dombasle-Varangéville en 1874 (grande action de mécénat pour les universités et les artistes comme il l’avait fait à Bruxelles avec V. Horta).

 

D. Le dynamisme artistique

Ce dynamisme artistique est directement lié aux événements de 1870, et se met en place justement autour d’un artiste mosellan issu de l’École de Metz : Théodore DEVILLY (1818-1886).

Après des débuts comme cartonnier chez Laurent-Charles Maréchal, il devient directeur de l’École des Beaux-Arts de Metz. En 1871, il fuit Metz devenue allemande et rejoint Nancy ; il devient conservateur du Musée des Beaux-Arts de Nancy, et surtout directeur de l’École des Beaux-Arts. A ce titre, il va former des centaines d’artistes qui seront la base essentielle de l’industrie d’art à Nancy.

Ce dynamisme nancéien et l’afflux de population poussent la ville à reconstruire son patrimoine immobilier. Les artistes, industriels et artisans, dont bon nombre ont été influencés par l’enseignement de Théodore Devilly, vont petit à petit se constituer en mouvement, donnant naissance à « l’Ecole de Nancy  » en 1901. Il est cependant à noter qu’il existe un décalage extraordinaire entre l’architecture privée et l’architecture officielle (civile ou religieuse) : aucun bâtiment officiel ne fait appel à des artistes « Art nouveau » car les élus n’ont pas discerné chez eux une modernité. C’est ainsi que les églises Saint-Joseph (1890-1905), Saint-Nicolas (années 1890) et Notre-Dame de Lourdes (1908) sont construites dans des styles historiques (éclectisme). D’ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître, Emile Gallé lui-même se fait construire sa maison dans un style néo-classique.

 

 

II.                    LE MOUVEMENT « ECOLE DE NANCY »

A. Le promoteur du mouvement : Emile GALLÉ (1846-1904)

8. GalleIl est le fils d’un marchand de faïences, Charles Gallé, installé à Nancy au centre-ville et qui fait travailler des artisans et des entreprises en sous-traitance : il a le génie d’associer des dessinateurs habiles et des artisans compétents.

Ses années de formation, il les passe notamment en Allemagne à Weimar, et à Meisenthal en Moselle où il apprend le travail du verre. En 1877, il reprend les activités de céramiste de son père ; très vite, il y adjoint la verrerie qui est d’abord fabriquée à l’extérieur (à Meisenthal). Ce n’est qu’en 1883 qu’il ouvrira ses propres ateliers de faïencerie, de verrerie et d’ébénisterie, et y fera travailler de nombreux artistes et artisans.

C’est à partir de 1878 que la maison Gallé passe du statut d’entreprise de production à celle d’entreprise de production novatrice : il obtient quatre médailles d’or à l’Exposition universelle de 1878 à Paris et sa renommée s’étend au monde entier. Ce qui est jugé comme novateur, ce n’est pas la forme ou la technique, mais la source d’inspiration : le Japon et/ou une nature observée (et non stéréotypée), cultivée dans ses jardins et ses serres.

Emile Gallé (1846-1904), Plat d’ornement, vers 1878, Faïence, décor de petit feu, rehauts d’or, musée d’Orsay

Ce qui est assez remarquable, c’est que Gallé est reconnu par la communauté internationale avant sa propre ville. Il arrive même à faire acheter ses œuvres par des conservateurs de musées allemands et anglais. Son travail est salué dans toutes les expositions auxquelles son entreprise participe (expositions universelles de Paris, 1889, et de Chicago, 1893).

 

B.  L’essor du mouvement : l’exposition d’art décoratif de 1894

En 1894, l’architecte et entrepreneur Charles André (1811-1904) organise une exposition d’art décoratif dans les galeries Poirel à Nancy. Cette exposition rassemble autour de Gallé plus de 70 artisans et industriels qui commencent un renouvellement de leurs formes et de leur inspiration, s’inscrivant dans le mouvement international de l’Art nouveau.

C’est la première fois que les artistes nancéiens exposent ensemble. A l’issue de cette manifestation, ils fondent la Société des Arts décoratifs lorrains.

 

C. 1901 : l’Ecole de Nancy, Alliance provinciale des industries d’art

Avec la mise en place en France de la loi sur les associations, dite loi 1901, les membres de la Société des Arts décoratifs lorrains décident de transformer leur groupement en association. Elle prend pour nom « Ecole de Nancy, Alliance provinciale des industries d’art ». Le président en est Emile Gallé (remplacé par Victor Prouvé à sa mort en 1904), et les vice-présidents Louis Majorelle, Eugène Vallin et Antonin Daum.

Les statuts de l’association mentionnent ses buts et moyens d’actions :

Art. 1er : « [elle] a pour but de favoriser la renaissance et le développement des métiers d’art en province. »

Art. 2 : « Moyens d’action principaux :

a) créer une école d’enseignement professionnel des métiers d’art et des cours de dessin, modelage, etc., simultanément et directement adapté à ces métiers.

b) Fonder un musée, une bibliothèque, des collections fixes et roulantes d’art industriel en général, et en particulier les séries des ouvrages de l’École de Nancy et les documents se rapportant à son histoire et à son style.

c) Organiser des conférences.

d) Publier un bulletin.

e) Ouvrir des concours, créer des bourses d’étude et de voyage, organiser des expositions à Nancy et au dehors, acheter des œuvres, etc. »

L’École de Nancy apparaît donc comme un « syndicat des industriels d’art et des artistes décorateurs, [qui] s’efforce de constituer en province, pour la défense et le développement des intérêts industriels, ouvriers et commerciaux du pays, des milieux d’enseignement et de culture favorables à l’épanouissement des industries d’art » (avant-propos des statuts de l’association). La spécificité de ce foyer Art nouveau est donc de faire rayonner une région présentant alors une double dynamique : la richesse de ses nombreux industriels et artisans d’art, héritiers d’une tradition historique, et le sentiment patriotique dans le contexte récent de l’annexion de l’Alsace-Moselle dont sont originaires certains de ses membres. Cela se traduit par une collaboration réelle des industriels, artisans et artistes dans un art qui se veut total.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.