Perriand (années 1930), héraut de la modernité

Fanny Gayon
Les années 1930 sont pour Charlotte Perriand une période d’intense activité créatrice et intellectuelle. Entrée en 1927 à l’atelier de Le Corbusier, menant parallèlement une carrière personnelle nourrie de collaborations artistiques avec des créateurs d’avant-garde dont Fernand Léger, Djo-Bourgeois, René Herbst ou Jean Fouquet, elle ne se contente pas de s’imposer comme l’une des artistes incontournables de son époque, elle s’engage. Elle participe à la fondation de l’Union des Artistes Modernes (UAM), s’implique aux côtés de Le Corbusier dans les Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (CIAM), milite à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Cet engagement la conduit à s’exprimer tout autant par sa plume que par ses créations. Les écrits qu’elle publie dans la presse manifestent des positions tranchées, résolument modernes, toutes dirigées vers l’amélioration des conditions de vie des classes populaires.
Pierre Jeanneret, Portrait de groupe : Le Corbusier, Pierre Schoelfield, Charlotte Perriand, Djo-Bourgeois, Jean Fouquet, vers 1929, photographie argentique, collection Pierre Jeanneret.

En 1929, la revue britannique The Studio, fait paraître son manifeste en anglais : « Wood or Metal », dont nous présentons ici une traduction1. Le style lapidaire, les jeux typographiques, le ton polémique montrent l’influence de Le Corbusier tel qu’on peut le lire dans Vers une architecture (1923) ou l’Art décoratif aujourd’hui (1925). Cette réponse à l’écrivain John Gloag qui avait, dans la même revue, dénoncé violemment l’utilisation du métal dans les arts décoratifs, est l’expression-même des recherches de Perriand en ces années, parallèlement aux artistes du Bauhaus ou De Stijl, pour la création d’un mobilier solide, léger, aux lignes pures et qui puisse être fabriqué en série2.

CHARLOTTE PERRIAND « BOIS OU MÉTAL ? », THE STUDIO, AVRIL 1929.

LE MÉTAL est à l’agencement intérieur ce que le ciment a été en architecture.
C’EST UNE RÉVOLUTION.
L’ AVENIR sera aux matériaux résolvant le mieux les problèmes posés par l’homme nouveau.
J’entends par HOMME NOUVEAU le type d’individu que la science n’a pas dépassé, qui comprend et vit son époque : l’avion, les transats, l’auto à son service ;
Le sport pour la santé ;
Sa maison pour son repos.
QUEL DOIT ÊTRE SON HABITAT ?
L’hygiène tout d’abord : le savon et l’eau.
Le rangement : des casiers standards avec des étagères.
Le repos : des machines à se détendre pour un confort et un repos optimal.
Des lits ; des fauteuils ; des chaises longues ; chaises et tables de bureau ; des tabourets, certains hauts et certains bas ; des chaises pliantes.
Le mot français pour mobilier, « MEUBLES » vient du latin « mobilis », ce qui signifie des choses qui peuvent être déplacées.
Les seules choses qui entrent dans cette catégorie sont les chaises et les tables.
Nous avons posé le problème ; maintenant nous devons le résoudre….

LE MATÉRIEL ACTUELLEMENT UTILISÉ ET LE MATÉRIEL QUI DEVRAIT ÊTRE UTILISÉ.

LE BOIS : substance végétale, par sa nature même vouée à la pourriture, elle est sensible à l’action de l’humidité de l’air. « Le chauffage central sèche l’air et déforme le bois. ». Depuis la guerre, nous n’avons plus de bois sec : il est séché artificiellement et de manière inadéquate.
Le contreplaqué, le bois aggloméré :
Ils doivent être utilisés pour les panneaux, montés sur une ossature métallique et permettant le « jeu ».
LE MÉTAL : matériau homogène ; certains alliages sont susceptibles d’être corrodés par l’acidité de l’air : dans ce cas la protection est assurée par oxydation, ou par application de peinture, de Duco3, etc….
Des armoires en tôle martelée ;
Pour les chaises, les tubes métalliques type « vélo »: une bicyclette ne pèse que 10 à 12 kilogrammes. Minimum de poids, maximum de résistance : soudage autogène = ▵
Ce procédé ouvre un vaste champ de possibilités pratiques.
Le rapport entre la résistance du matériau et les contraintes qui s’exercent sur lui, c’est-à-dire le coefficient de sécurité, serait d’environ 6 pour le métal, 10 pour le bois. Pour être de la même solidité, il faudrait que le bois soit 14 fois plus épais que le métal :

PRESSION                                                                                                                                                COMPRESSION                            L’acier est 14 fois plus résistant que le bois
FLEXION

CONCLUSIONS TECHNIQUES :

Le bois n’aurait jamais permis la TOUR EIFFEL.
Le métal est supérieur au bois ; pour quelles raisons ?
Le pouvoir de résistance du métal lui-même ;
Parce qu’il permet une production de masse en usine (diminue la quantité de travail requise) ;
Parce que grâce aux différentes techniques de fabrication, il ouvre de nouvelles perspectives ; de nouvelles possibilités en matière de design ;
Parce que les revêtements protecteurs contre les agents corrosifs non seulement réduisent le coût d’entretien, mais ont une valeur ESTHÉTIQUE inestimable.
LE MÉTAL est à l’agencement intérieur ce que le ciment a été à l’architecture.
C’EST UNE RÉVOLUTION.
ESTHÉTIQUE DU MÉTAL.
L’aluminium vernis, le Duco, la parkerisation4, la peinture, il existe une grande variété dans le traitement du métal.
Si nous allions le métal au cuir des chaises ; aux dalles de marbre, verre, caoutchouc indien des tables ; au dallage du sol ; au ciment ; aux végétaux, nous obtenons une gamme d’accords parfaits apportant de nouvelles sensations esthétiques.
UNITÉ DANS L’ARCHITECTURE et plus encore :                                                                                 
UNE POÉSIE
Une nouvelle beauté lyrique, régénérée par les sciences mathématiques, a produit un homme nouveau capable d’aimer avec ferveur : les « avions Voisin » d’Orly ; une photographie de la Méditerranée, et les « Ombres Blanches ».
Même le Mont Cervin tient une place d’honneur.

POUR LE PUBLIC :
BLOCS OPÉRATOIRES, Cliniques, Hôpitaux :
Améliorer la santé physique et morale,                                                                                                
Rien d’extraordinaire.
MODE : Regardez les magasins (qui
reflètent le goût du public).
Ils fabriquent du bois métallisé ;
Ils font du faux chêne en métal ;
Ils ont même
conçu une chaise en contreplaqué, en métal et en caoutchouc pour imiter le marbre.
LONGUE VIE AU COMMERCE.
L’HOMME DU XX
e SIÈCLE: UN INTRUS ? Oui, dans l’ameublement ancien, et NON, dans l’intérieur nouveau.
LE SPORT, indispensable pour une vie saine à l’ère mécanique.
Une autre mentalité :                                                                                                                                          La transparence, le rouge et le bleu                                                                                                          Le brillant de la peinture,                                                                                                                                    Les sièges pour s’asseoir,                                                                                                                                      Les casiers pour ranger nos affaires.
L’espace, la lumière, la joie de créer et de vivre… dans ce siècle qui est le nôtre.
CLARTÉ, LOYAUTÉ, LIBERTÉ de penser et d’agir.
NOUS AVONS LE DEVOIR DE NOUS GARDER MORALEMENT ET PHYSIQUEMENT EN FORME.
Tant pis pour ceux qui ne le font pas.

Ch. Perriand

Charlotte Perriand, Salle à manger, 1928, présentée au Salon des Artistes Décorateurs de 1928.

Les deux textes suivants ont été publiés en 1936 dans Vendredi, hebdomadaire de gauche qui parut entre 1935 et 1938 dans la mouvance du Front Populaire.

Le premier5 fait un état des lieux des conditions de vie déplorables de la classe ouvrière urbaine. Il doit conduire les lecteurs à approuver la révolution du logement et des services que préconise Perriand. Afin de toucher un lectorat nombreux et populaire, elle adopte un style vigoureux, très factuel. On y retrouve le principe des chiffres à l’appui de sa démonstration comme dans La Grande misère de Paris, gigantesque photomontage mural qu’elle réalise la même année pour le Salon des Arts ménagers. On notera que la créatrice signe «Charlotte Perriand, architecte» : la jeune artiste qui avait rejoint l’atelier de Le Corbusier pour apprendre ce métier – presque exclusivement masculin – a acquis une grande assurance.

Charlotte Perriand (avec la participation de Jean Bossu, Émile Enci, Jacques Woog, Georges Pollak), La Grande misère de Paris (détail), 1936, photomontage, exposé dans la salle de l’habitation d’aujourd’hui, Salon des arts ménagers, Grand Palais, Paris, 1936.

CHARLOTTE PERRIAND « LA MÉNAGÈRE ET SON FOYER », VENDREDI, n°26, 1er mai 1936

La ménagère qui, en même temps que l’homme, participe à la production, continue à porter le poids du labeur des siècles passés : laver, cuisiner, nettoyer sans bénéficier des progrès techniques contemporains, que lui offre pour logis la société actuelle ?

1. Soit tous les vieux immeubles locatifs, où famille après famille ont fait leur nid sans s’assurer jamais de la désinfection des locaux (avant l’apparition du papier peint, nos pièces étaient repeintes à la chaux, qui possède des qualités désinfectantes). Le local des toilettes, dans la plupart de ces immeubles, n’existe pas : ni douches, ni bains, c’est souvent la cuisine qui fait office de toilette, dans les carottes et les choux… avec eau courante et cuvette, tub, etc., selon l’ingéniosité de l’occupant. La question du chauffage reste également individuelle (foyer à charbon, au gaz, etc.).

2. Soit les nouvelles constructions qui s’érigent un peu partout, qui sont sonores parce que le problème du repos de chaque famille n’a pas été posé (cette question peut être résolue par un bon emploi des matériaux). Très peu possèdent des éviers-vidoirs, pas de garde-manger réfrigéré, plus de vastes placards si utiles pour le rangement ; le plan des appartements est étriqué – un minimum pour tout.

Est-ce pleinement la faute des architectes ? Ou bien plutôt celle des sociétés immobilières qui leur ont imposé un prix de construction moindre, ne permettant pas aux techniciens consciencieux d’appliquer toutes leurs connaissances et d’en faire bénéficier les masses ?

Ces maisons sont conçues pour rapporter de l’argent, c’est-à-dire un minimum pour un maximum, et le maximum, c’est le taux de loyer que doit payer chacun : un ouvrier, pour vivre en « ours mal léché », un Français moyen pour se donner des illusions de bien-être.

Il n’y a que quelques privilégiés qui puissent enfin profiter de l’hygiène reconnue par tout le corps médical, si indispensable à la vie de l’homme. La médecine préventive ? Mais c’est déjà pouvoir vivre sainement : au bureau, à l’usine, au logis.

NOS LOGIS ?

Ils manquent généralement d’espace, d’air, de soleil, d’hygiène. Leurs fenêtres donnent sur des rues sombres, aux bruits multiples, ou sur des courettes étroites, réceptacles aux poubelles ; comme vis-a-vis, des façades à pic trouées d’autres fenêtres camouflées de tentures pour arrêter le regard indiscret du voisin et le peu de rayons solaires qui peut y parvenir.

Nous ne connaissons pas les bienfaits des services communs et la vie joyeuse des centres collectifs. Pas de crèche pour les enfants, pas de parc de verdure, pas de club pour se rencontrer et échanger des idées, pas de terrain de sport accessible à tous pour éduquer nos muscles après une dure journée de travail. Nous ne connaissons que la rue, la cour, notre logis restreint dans lequel nous devons tout faire (puisque, socialement, rien n’a été fait), élever nos enfants, recevoir nos amis, entretenir notre corps et notre esprit… Et cela nous semble normal, puisque rien ne nous laisse entrevoir autre chose de meilleur.

Nous avons l’impression que c’est définitif et naturel.

Cependant, la science nous a renseignés sur les bienfaits de la lumière solaire : « la lumière solaire directe est favorable à l’organisme : indispensable au développement régulier des enfants, en réglant la transformation du calcium et du phosphore ; elle possède des capacités à tuer les microbes… » disent les hommes de science.

Et pourtant, la moitié des locaux habitables de Paris ne voient jamais la lumière solaire (ceux au nord, ceux dans les étages inférieurs, dans les rues étroites ou sur les courettes).

La science nous a renseignés sur les étranges méfaits du bruit qui augmente l’élément nerveux de chaque individu. Les méfaits des fumées : on a calculé que pour la seule ville de Paris, un poids de 100.000 kilos de poussière et charbon, provenant des fumées, se dépose annuellement sur les maisons, dans les rues et sur les toits. Ces poussières servent de noyaux de condensation à la vapeur d’eau et prennent une part importante dans la formation des brouillards.On connaît l’action fâcheuse des brouillards sur les bronches et les poumons…

À titre d’exemple, je vous donne le nombre de bactéries trouvées dans 10 mètres cubes d’air, analysés a des époques fort voisines, dans des lieux différents :

  • À l’altitude de 2 000 à 4 000 m, et à 100 km en mer : 0
  • Au lac de Thome (550m l’altitude) : 8
  • Près de l’hôtel de Bellevue (Thome), 560 m : 25
  • Dans une chambre du même hôtel : 600
  • Au parc Montsouris, Paris : 7600
  • À Paris, rue de Rivoli : 55 000

 À la lumière des connaissances nouvelles, des techniciens : ingénieurs, architectes, sociologues, médecins peuvent résoudre le problème de votre bien-être Mais, dans le cadre de la société actuelle, tout ce qui peut contribuer au progrès et au bonheur des homme est traité d’utopique.

Afin d’éclaircir la question du logis, nous avons posé a plusieurs personnes les questions suivante, et nous analyserons les réponses reçues dans de prochains article :

  1. Quelle pièce désirez-vous la plus grande dans votre appartement ?
  2. Quelle est la pièce dont vous vous servez le plus ?
  3. Quelle est la pièce à l’agencement de laquelle vous apportez le plus de soins ? Pour laquelle dépensez-vous proportionnellement le plus d’argent ?
  4. De quel meuble avez-vous besoin ?
  5. Lesquels voyez-vous en bois ? En fer ?
  6. Avez-vous une préférence pour un style ?
  7. Que quelle couleur voyez-vous les murs de votre appartement ? Dans la cuisine, toilette, salle à manger, etc.
  8. Préférez-vous les murs chamarrés ou unis ?
  9. Préférez-vous le papier peint ou la peinture ?
  10. Que préférez-vous sur votre sol (moquette, lino, parquet, etc.) Dans votre chambre, cuisine, salle, etc.
  11.  Aimez-vous les tentures sous votre lit, table, cheminée, etc.
  12. Aimez-vous les rideaux sur vos fenêtres ? De quelle couleur ? Aimez-vous les doubles rideaux ?
  13. Quel genre d’appareil d’éclairage préférez-vous ?

Charlotte PERRIAND.  architecte.

Le second texte6 met en scène un entretien fictif avec une secrétaire – les femmes sont alors les maîtresses du logis7. Le procédé du dialogue lui permet de contester les goûts et a priori des catégories sociales modestes qui voient dans le mobilier «de style», en bois, volumineux et chantourné, fabriqué au Faubourg Saint-Antoine, le signe de l’accession au mode de vie bourgeois. La répétition finale du mot simili n’a d’autre but que d’en montrer le caractère factice.

CHARLOTTE PERRIAND « LA MÉNAGÈRE ET SON FOYER », VENDREDI, n°29, 22 mai 1936

(Interview dans un bureau – réponse d’une secrétaire)

– Avez-vous une préférence pour un style ?

– Je n’aime pas le moderne.

(Nous voilà lancés dans la fameuse bataille entre style ancien et style moderne.)

– Pourquoi n’aimez-vous pas le moderne ?

– Ces « caisses à savon », ce n’est pas joli… Je préfère une belle commode Louis XV ou Directoire : le galbe est beau. Il n’y a pas d’art moderne. Une table c’est une planche avec quatre pieds droits avec une petite moulure au coin. L’art moderne c’est une décadence ! Si les modernes ne font pas mieux que l’ancien, il vaut mieux prendre dans l’ancien les formes qui sont belles…

– Je ne conteste pas la beauté des meubles anciens… mais toute copie des siècles périmés, car les conditions techniques, sociales, culturelles ne sont plus les mêmes. Cette imitation des siècles passés est peut-être une preuve de plus de la décadence de la société actuelle. Nous en sommes à l’enfance de l’art moderne, dont le développement marchera de front avec celui de la société nouvelle.

***

– Ne croyez-vous pas que nos pièces sont trop encombrées ?

– Il faut bien ranger les choses. Une grande armoire, c’est beau ; elle présente l’avantage d’un grand placard.

– Mais que diriez-vous si, à la place d’une armoire, d’une commode, d’un chiffonnier… on couvrait toute une surface de mur avec des casiers bien équipés contenant des tiroirs à portée de main ?

– Ils auraient l’air de classeurs dans un bureau ; en outre, ce seraient de gros frais qui resteraient acquis à l’immeuble.

– Attention! Ces casiers peuvent être mobiles, juxtaposables, faits dans la matière que vous aimez le mieux, avec portes coulissantes en bois, en glace… Ces casiers peuvent être disposés en laissant des vides, offrant une surface variée à volonté et selon les besoins.

– Si je me range à votre opinion, mes meubles anciens jureront dans ce nouveau décor.

– Non, gardez ceux qui sont beaux sans et qui vous servent bien ; ces surfaces de casiers bien appropriées à vos besoins de rangement feront plus ou moins partie de l’architecture de votre pièce ; ils ne figureront pas comme meubles « dits modernes » ; ils seront de conception saine et pourront très bien s’accorder avec d’autres meubles de conception différente. Le style moderne, dont on parle si souvent, c’est plutôt de la mode créée par le commerce : vendre… donc démoder l’année suivante ce qui est à la page aujourd’hui. Le commerce offre l’illusion de la richesse, par le mobilier « simili ancien », par le mobilier « copie d’ancien »… depuis l’Exposition de 1925 il édite aussi des meubles de style » dit « modernes » , mais la tradition du faux continue, « le bon fonctionnement est subordonné à la forme représentative du meuble ». Un bon rangement de nos affaires, occupant ainsi un minimum de place dans nos appartements, est un progrès. Des casiers avec portes coulissantes, des tiroirs où tout est classé à profondeur utile (étude du contenu ; sans aller chercher, derrière la pile de tasses la pile d’assiettes).

– Très bien, mais si un jour je dois me débarrasser de mon installation, je sais par expérience que je n’en tirerai pas un radis ; au contraire, si je dois me défaire de vrais meubles d’époque, je subirai une perte inévitable mais minime ; aussi mes moyens sont limités, je préférerai acquérir peu à peu quelques jolis meubles, mais des meubles véritablement d’époque…

***

Avant de poursuivre la question du mobilier sous un angle plus technique feuilletons des catalogues pour antiquaires, nous verrons ce que l’on offre à la ménagère pour meubler son logis.

Mais remplaçons, dans ce cas, les appellations « style ancien » et « style moderne » раг :

Copie d’ancien, meubles « dits pour antiquaires » (fabriqués de toutes pièces en série). Nos sièges (dits « pour antiquaires ») s’entendent : construction à l’ancienne, vieux bois chevillé, assemblages verticaux, traces de clous aux feuillures, patine ancienne, etc. Spécialité de sièges maquillés « vieux poussier ».

Simili ancien (utilisant des motifs de « style », meubles de production courante des grands magasins, adaptés aux dimensions étriquées des appartements, aux besoins économiques de la masse) : salle à manger Renaissance, « la chasse », sculpture (mécanique) prise dans la masse… salle à manger bombée Louis XVI, «  Versailles ».

3° Production Simili régional, lustre rustique, façon chêne ciré, têtes de chimères sculptées (à la machine)… buffet à guérites.

4° Production Simili moderne (j’entends toute la production où l’aspect extérieur, le décor seul ont changé sans tenir compte soit des meilleures possibilités d’utilisation, soit des nouveaux besoins, soit de l’emploi d’une technique nouvelle) : chambre à coucher moderne, bombée, à gorge et doucine « précieuse » ou « convoitise », salle à manger « miracle », sculpture (mécanique) dans la masse, cabinet moderne « André Chénier ». Et remarquez que les prix du mobilier sont inversement proportionnels à la richesse des noms invoqués : « précieuse », « Versailles », « miracle », « convoitise », « splendeur », « tentation » …

Charlotte PERRIAND8

Charlotte Perriand (avec Pierre Jeanneret et Le Corbusier), L’Équipement d’une habitation, Salon d’Automne de 1929.
  1. le passage du début du texte jusqu’à « tant pis pour ceux qui ne l’ont pas » tiré du tapuscrit original en français de Charlotte Perriand a été publié dans le catalogue Le Monde Nouveau de Charlotte Perriand, 2019, Fondation Louis Vuitton-Gallimard, la suite est une traduction personnelle. []
  2. Le ton catégorique laisse cependant songeur lorsqu’on sait que moins de dix ans plus tard, en 1938, l’artiste exalte le bois dans ses meubles aux « formes libres » et qu’il restera son matériau de prédilection. []
  3. un anti-rouille []
  4. procédé de protection du métal par un revêtement résistant à la corrosion []
  5. BNF-Gallica ark:/12148/bpt6k46770025 []
  6. BNF-Gallica ark:/12148/bpt6k4677006t []
  7. Toutefois, Perriand, féministe, n’a pas manqué de rappeler en tête de l’article du 1er mai que «la ménagère […] en même temps que l’homme, participe à la production» []
  8. L’hebdomadaire Vendredi a laissé une faute de frappe, écrivant *PERRIAUD []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.