L’art et le Sacré : pistes bibliographiques

Ces orientations bibliographiques ne prétendent aucunement à l’exhaustivité. Il s’agit avant tout de proposer quelques éléments (exclusivement en langue française) pour engager la réflexion  ; ceux-ci ont été choisis à la mesure d’une première exploration du sujet et appellent des compléments.

Il a été fait le choix de ne mentionner aucun titre dévolu strictement à un artiste en particulier (exemple : le catalogue de l’exposition au Louvre l’année dernière intitulée « Poussin et Dieu », ou un article sur le sacré chez Rothko) afin de laisser ouverts tous les choix. On se contentera simplement de mentionner que certaines œuvres étudiées dans le cadre de précédentes et actuelles questions monographiques ou thématiques au programme d’histoire des arts peuvent être mobilisées (John Cage, Sergei Eisenstein, Le Corbusier, Henri Matisse, Michel-Ange, Auguste Perret…).

Après une première partie spécifiquement dédiée à la question du sacré, nous avons choisi de suivre les trois axes proposés (représentations artistiques du sacré ; l’art, partie prenante du rite ; la sacralisation de l’art). Dans la mesure du possible, nous avons accompagné les références de quelques remarques à titre indicatif.

Vincent Casanova

 

Un usuel pour commencer 

Brigitte Bouc, Brigitte Brunet, Dominique Chansel, Jean-Michel Pitaud et Anne Sellier (dir.), L’art et le sacré, « Petits dossiers de l’histoire des arts », CRDP-Aix-Marseille, 2011, 72 p. Il s’agit de l’ouvrage élaboré par des formateurs de l’académie d’Aix-Marseille lors de l’instauration du programme d’histoire des arts au collège.

Une présentation ici : http://www.cndp.fr/crdp-aix-marseille/spip.php?article402

 

I- Quelques références sociologiques et anthropologiques sur la notion de sacré     

Trois travaux canoniques

  • Roger Caillois, L’Homme et le sacré, Paris, Gallimard, « Folio », 1988 (1e parution en 1939).  Lucien Febvre, dans son compte-rendu dans les Annales au moment de la réédition en 1951, parle déjà d’un « classique ».
  • Mircea Eliade, Le Sacré et le profane, Paris, Gallimard, « Folio », 1988 (1e parution en 1965). La référence à Eliade peut surprendre tant elle ne fait plus aujourd’hui autorité, voire est discréditée, dans le champ de la sociologie religieuse. En effet, au-delà de son engagement dans le fascisme tout au long des années 1930 et jusqu’en 1945, c’est la rigueur même de ses démonstrations qui a été mise en cause. Son influence a toutefois été considérable dans la seconde moitié du XXe siècle, en particulier sur la création artistique, et c’est à ce titre notamment que le livre importe.
  • Marcel Mauss, Les Fonctions sociales du sacré. Œuvres I, Paris, Éditions de Minuit, 1968. Ses travaux sont bien antérieurs puisque Mauss meurt en 1950 ; sa théorisation du sacré prend la forme d’une discussion du travail d’Émile Dukheim qui assura une « révolution copernicienne » en décidant d’aborder le problème religieux par le sacré et non plus par le divin ; l’un des apports de Mauss fut d’y articuler la notion de symbolique. Camille Tarot (cf. ci-dessous) considère que Mircea Eliade « manque » ce tournant durkheimien en confondant sacré et divin et s’engage dans les « voies hasardeuses d’une divinisation de la violence ».

Synthèses et articles

  • Camille Tarot, Le Symbolique et le sacré. Théorie des religions, Paris, La Découverte, 2008. L’ouvrage est volumineux (900 pages) mais très structuré ; il est d’utilisation aisée et permet d’avoir une vision globale et appronfondie du sacré tel qu’il est pensé par les auteurs mentionnés dans le texte officiel du programme… Le livre a fait l’objet d’un dossier dans un numéro d’Archives de sciences sociales des religions (2009) En ligne:  https://assr.revues.org/21079 ; la table des matières de l’ouvrage : http://www.revuedumauss.com.fr/media/TAR.pdf
  • Jean-Jacques Wunenberger, Le Sacré, Paris, PUF, « Que-sais-je ? » n° 1912, 2015 (1e édition en 1981). C’est notamment un spécialiste de Mircea Eliade.
  • Denis Jeffrey, « Le sacré, entre médiations et ruptures », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 4, n° 2(8), 2011, p. 31-46. – un court article qui fait le tour des principales théorisations du sacré. En ligne : www.essachess.com/index.php/jcs/article/download/124/125
  • Françoise Crémoux, « Du sacré aux sacralités »,  Pandora n°4, 2004, p. 9-16. Un tour d’horizon de la notion : https://dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/2925612.pdf
  • Les travaux de Marcel Gauchet sur le « désenchantement du monde » sont régulièrement cités. Pour le croiser avec les questions artistiques : Marcel Gauchet : « L’art, substitut du sacré. Entretien avec Marcel Gauchet », Cités Musiques. La revue de la Cité de la musique, n° 55, septembre-octobre 2007. http://gauchet.blogspot.fr/2007/10/lart-substitut-du-sacr.html

 

II- Représentations artistiques du sacré

Un essai

Quelques textes d’écrivains et philosophes

  • Antonin Artaud, Le Théâtre et son double, Paris, Gallimard, « Folio », 1985 (1938).
  • Georges Bataille, « Le sacré », in Œuvres complètes, tome 1, Paris, Gallimard, (1939), p. 559-563. Il s’agit d’un article paru dans les Cahiers d’art. Cf. Claudio Tarditi, « Au seuil de la transcendance : religion, sacré et sacrifice dans la pensée de Georges Bataille », Le Philosophoire. Laboratoire de philosophie, 2004-1, n° 22, p. 97-111. En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2004-1-page-97.htm
  • Michel Leiris, L’homme sans honneur. Notes pour Le sacré dans la vie quotidienne, Paris, Jean-Michel Place, 1994 (1938). Voir aussi le catalogue de l’exposition du Centre Pompidou-Metz :
  • Marie-Laure Bernardac, Denis Hollier et Agnès de La Baumelle (dir.), Leiris & Co., Paris, Gallimard-Centre Pompidou Metz, 2015.
  • Friedrich Nietzsche, La Naissance de la tragédie, Paris, Flammarion GF, 2015 (1872).

Quelques ouvrages d’ensemble

  • Laurence Bertrand-Dorléac, L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Paris, Gallimard, 2004. Un ouvrage de référence.
  • Georges Duby, L’art et la société. Moyen-Âge-20e siècle, Paris, Gallimard, « Quarto », 2002. Au-delà des nombreux articles et conférences de Duby (sur Soulages notamment), on retiendra la lecture sur l’art cistercien, son « temps des cathédrales » et plus largement sa réflexion sur la fonction sacrée de l’art.
  • Françoise Dunand, Jean-Michel Spieser et Jean Wirth (dir.), L’image et la production du sacré. Actes du colloque de Strasbourg 20-21 janvier 1988, Paris, Méridiens-Klinsieck. 1991. Au-delà de réflexions globales sur le statut des images, des études sur le surnaturel dans l’art du Moyen Âge (Wirth), l’iconographie des églises byzantines (Spieser), l’image de dévotion aux XIXe et XXe (Jean Pirotte), la construction de l’ « éternité » par l’art sous le IIIe Reich (Éric Michaud…).
  • Jean de Loisy (dir.), Traces du sacré, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2008. Catalogue d’une exposition incontournable qui prit pour objet une histoire de l’art du XXe siècle (et jusqu’à aujourd’hui) depuis la question du sacré et du spirituel dans la création artistique.
  • Ralph Dekoninck et Myriam Watthé-Delmotte (dir.) L’idole dans l’imaginaire occidental, Paris, L’Harmattan, 2005. Cf. présentation : http://www.univartois.fr/graphe/lire_relire/recensions/idole_imaginaire.pdf 
  • Richard Conte et Marion Laval-Jeantet, Du sacré dans l’art actuel, Paris, Klinksieck, 2008. Cf. le sommaire : http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100874780&fa=sommaire

Art sacré

  • Titus Burckardt, Principes et méthodes de l’art sacré, Dervy, 2011 (1e édition française en 1958). Envisage l’art sacré de manière générique, englobant aussi bien Orient qu’en Occident.
  • Elie Barnavi (dir.), Dieu(x). Modes d’emploi, Paris, André Versaille éditeur, 2013. Il s’agit du catalogue de l’exposition éponyme qui s’est tenue au Petit Palais en 2013 et qui rassemblait plus de 150 oeuvres venues du monde entier. Cf la présentation : http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/dieux-modes-d%E2%80%99emploi. Le déroulé de l’exposition ouvre des pistes pour élaborer une progression pédagogique avec les élèves. Raphaëlle Ziadé, la commissaire, est une spécialiste de l’art byzantin et a notamment rédigé dans le catalogue l’article suivant : « Représenter le divin : métaphysique du réel ou anthropologie du sacré ? », p. 35-51.

Art sacré chrétien

On peut inviter ici à la mention du travail important d’Isabelle Saint-Martin qui est très impliquée dans une réflexion sur l’enseignement du fait religieux articulé à la question artistique. Cf. sa page personnelle : http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index448.html ; parmi ses très nombreuses publications qui portent plus particulièrement sur l’art chrétien qui est sa spécialité, on mentionnera par exemple : Isabelle Saint-Martin, Art chrétien, art sacré : regards du catholicisme sur l’art, France, 19e-20e siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Cf. l’introduction : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1400501256_doc.pdf

  • François Boespflug, Le Dieu des peintres et des sculpteurs. L’invisible incarné, Paris, Hazan-Éditions du Louvre, 2010. Cours accessible en ligne : http://www.louvre.fr/le-dieu-des-peintres-et-des-sculpteurs-par-francois-boespflug
  • Olivier Christin et Dario Gamboni (dir.), Crises de l’image religieuse de Nicée II à Vatican II, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1999. Propose des études qui permettent d’interroger la place de l’image au sein de l’institution catholique.
  • Alphonse Dupront, L’image de religion dans l’Occident chrétien. D’une iconologie historique, Paris, Gallimard, 2015. Il s’agit de la publication, vingt-cinq ans après, du travail spécifiquement iconologique conduit par celui dont l’œuvre sur le « mythe de croisade fut initiée par un ouvrage majeur intitulé… Du sacré !
  • Jean-Pierre Greff, « Art sacré en Europe 1919-1939 », Un art sans frontières, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995. Publication en ligne :  https://books.openedition.org/psorbonne/450?lang=fr
  • Michel Kaplan (dir.), Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001. Il s’agit du recueil d’articles très spécialisés abordant des enjeux aussi divers que les églises, les cimetières, la littérature.
  • Jean-Michel Leniaud, La révolution des signes. L’art à l’église (1830-1930), « Histoire religieuse de la France », Paris, Éditions du Cerf, 2007.
  • Pierre-Louis Rinuy, « Le renouveau de l’art sacré dans les années 1945-1960 et la « querelle de l’art sacré » », En ligne : http://eduscol.education.fr/cid46365/le-renouveau-de-l-art-sacre-dans-les-annees-1945-1960-et-la-querelle-de-l-art-sacre.html
  • « Les espaces du sacré de la Renaissance à la Révolution », Art sacré – Cahiers de rencontre avec le patrimoine religieux, volume 30, 3e trimestre, 2013. De nombreuses études qui abordent aussi bien le mobilier que la liturgie, l’architecture que le décor.
  • George Didi-Huberman, L’image ouverte. Motifs de l’incarnation dans les arts visuels, Paris, Gallimard, « Le temps des images », 2007. On trouvera quelques pages profondes sur les « puissances de la figure » dans l’art chrétien. Ici un compte-rendu par Nadeije Laneyrie-Dagen de l’ouvrage  : http://www.recensio.net/rezensionen/zeitschriften/annales/2008/6/ReviewMonograph927959977/@@generate-pdf-recension?language=de

Autour de l’islam

  • Silvia Naef, Y a-t-il une « question de l’image » en islam ?, Paris, Téraèdre, 2004. Un ouvrage par une spécialiste de l’art arabe.
  • Oleg Grabar, « La mosquée le sanctuaire. Sainteté des lieux en islam », https://rhr.revues.org/4225. Une étude de cas sur le lien entre architecture et sacré depuis l’exemple des mosquées par, l’un des grands spécialistes de l’art islamique au XXe siècle notamment avec son ouvrage Penser l’art islamique. Une esthétique de l’ornement.

Sur les icônes

  • Alain Besançon, L’image interdite. Une histoire intellectuelle de l’iconoclasme, Paris, Gallimard, « Folio », 2000 (1994). Un ouvrage érudit, qui brosse large, pédagogique mais dont les implicites politiques sont nombreux.
  • Gilbert Dagron, Décrire et peindre. Essai sur le portrait iconique, Paris, Gallimard, 2007. La référence en la matière.

Photographie et sacré

  • Maria Giulia Dondero, Le sacré dans l’image photographique. Études sémiotiques, Paris, Hermès-Lavoisier, coll. Forme et sens, 2009. Depuis le travail de Roland Barthes, étudie un certain nombre de cas liés à la photographie contemporaine et pense la photographie au regard de la peinture. Un compte-rendu : https://questionsdecommunication.revues.org/220

Cinéma et sacré

  • Henri Agel, Le cinéma et le sacré, 1951,  a été l’un des premiers – c’était un catholique militant – à appréhender la production cinématographique du premier XXe siècle sous cet angle. Il a ouvert une voie qui n’a jamais cessé depuis comme en témoignent les actes du colloque qui s’est tenu à Téhéran (avec Abbas Kiarostami notamment) :
  • Agnès Devictor et Kristian Feigelson (dir.), « Croyances et sacré au cinéma », Ciném’action, n° 134, 2010. Le sommaire s’organise autour d’études consacrées à chaque fois à un cinéaste, ce qui permet de se faire une petite sélection (Tarkovski, Bresson, Paradjanov, Dreyer, Rosselini, Visconti…). On pourrait y ajouter Kieslowski.

Écrire le sacré

  • Nella Arambasin, La conception du sacré dans la critique d’art en Europe entre 1880 et 1914, Genève, Droz, 1996. Une thèse de littérature.

Architecture et sacré

  • Dominique Iogna-Prat et Gilles Veinstein (dir.), « Lieux saints, lieux de culte dans le judaïsme, le christianisme et l’islam », Revue d’histoire des religions,  n° 4, 2005. Consultable en ligne : https://rhr.revues.org/4210
  • Roland Recht, Le Croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles), Paris, Gallimard, 1999. Un ouvrage incontournable.
  • « Le patrimoine religieux des XIXe et XXe siècles », In Situ. Revue des patrimoines, n° 11 et n° 12, 2009. Accessible en ligne : http://insitu.revues.org/4188 – avec un article sur Notre-Dame de Raincy par exemple – et http://insitu.revues.org/4657 – avec un article sur une réalisation de Maurice Denis dans les Yvelines par exemple.

Peinture et sacré

  • Daniel Arasse, L’annonciation italienne. Une histoire de perspective, Paris, Hazan, 2010 (1999). Il y a là un motif passionnant à envisager pour les questions qu’il a posées aux peintres.
  • Éric de Chassey et Annick Lemoine (dir.), « L’Annonciation. Hommage à Daniel Arasse », Studiolo, n° 10, 2014. Dossier coordonné par Georges-Didi-Huberman.
  • Frédéric Cousinié, Le peintre chrétien. Théories de l’image religieuse au XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • Jean-Jacques Nillès (dir.), L’art moderne et la question du sacré, Paris, Éditions du Cerf, 1993.
  • Régis Ladous, « Marc Chagall et les Maritain. Une définition de l’art religieux », Revue des sciences religieuses, 84/4,  2010.  http://rsr.revues.org/311

Musique et sacré

  • Luigi Garbini, Nouvelle histoire de la musique sacrée. Du chant synagogal à Stockhausen, Paris, Bayard, 2009. Une synthèse.
  • Edmond Lemaître, François-René Tranchefort (dir.), Guide de la musique sacrée et chorale profane. Tome 1. L’âge baroque 1600-1750. Tome 2. De 1750 à nos jours, Paris, Fayard, 1992-1993. Un outil qui permet d’avoir des notices détaillées sur des œuvres sacrées. Il existe respectivement pour la musique médiévale et la musique de la Renaissance, deux guides équivalents.
  • Musique et sacré. Actes du colloque du 17-18 septembre 2004 au Centre culturel de rencontre d’Ambronay, Éditions d’Ambronay, 2005. On y retrouve un article de Raymond Court mais aussi une étude sur la musique dans l’islam et surtout la réflexion conduite par Michel Poizat qui a notamment théorisé, depuis les travaux d’Elias Canetti, la notion d’hymne. Cf. également un article de Sophie Wahnich sur le statut sacré de la musique pendant la Révolution française.
  • Musique, sacré et profane, Paris, Cité de la musique, 2007  cf sommaire : http://librairie.citedelamusique.fr/collection-thematique/958-musique–sacre-et-profane

Transition :

Écouter et regarder le Sacre du Printemps (chorégraphie de Nijinsky reconstituée) : 

 

III- L’art, partie prenante du rite

Une remarque : théâtre, danse et musique ont ici toute leur place. Un certain nombre d’éléments liés aux pratiques religieuses peuvent s’y articuler (cf. les références sur architecture et sacré, musique et sacré). Les références qui suivent essaient d’ouvrir aussi du côté des liens entre ethnographie, anthropologie et art, jusqu’aux pratiques de l’art contemporain.

Un colloque organisé en 1990 permet d’entrer dans un certain nombre d’enjeux :

Julien Ries (dir.), Expérience religieuse et expérience esthétique, Louvain-la-Neuve, Centre d’histoire d’histoire des religions, 1993. Par la diversité des thèmes abordés, les aires géographiques et périodes historiques variées – le sous-titre du colloque était « rituel, art et sacré » – l’ouvrage propose un grand nombre de pistes d’études. Julien Ries a fini sa carrière comme cardinal… et il a passé sa vie à théoriser la figure de l’homo religiosus. Cf. le compte-rendu d’un de ses ouvrages : https://assr.revues.org/24705

Liturgie chrétienne

  • Ralph Dekoninck et François Trémolières, « Beauté du rite. Liturgie et esthétique dans le christianisme. XVIe-XXIe siècle » https://rhr.revues.org/7550, Revue d’histoire des religions, n° 1, 2010.
  • On trouvera une étude pointue mais originale dans le travail suivant : Catherine Vanderheyde, « La danse dans l’art byzantin : quand le mouvement exprime un rituel. Réflexions à partir d’exemples choisis », Ktema, 32 (2007), p. 157-167. Elle y montre comment la danse se met alors au service de la gloire de l’empereur. Il s’agit aussi d’une spécialiste de la sculpture byzantine.

L’art comme rite

Un colloque de référence au musée du Quai Branly en 2006 après l’ouverture du musée : « Histoire de l’art et anthropologie » : http://actesbranly.revues.org/60 – une partie s’intitule « du religieux et du rite à l’œuvre » et de nombreux articles questionnent les articulations entre approche « esthétique » et approche « anthropologique », notamment celui de Maureen Murphy retrace le parcours d’une statue du dieu Gou datant du XIXe siècle jusqu’à son exposition en France comme objet ethnographique puis oeuvre d’art (http://actesbranly.revues.org/213)  ; on peut y ajouter le colloque plus récent « Performance, art et anthropologie » : http://actesbranly.revues.org/109

La musique comme rite

  • Marc Honegger, Frédéric Meyer, Paul Prévost (éd.), La musique et le rite sacré et profane, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1986 (2 volumes). Il s’agit des actes du colloque de la Société internationale de musicologie de 1982. Cela permet d’appréhender des pistes d’étude du côté de l’ethnomusicologie… qui peut être explorée par la lecture des Cahiers d’ethnomusicologie, très vaste domaine de recherches.
  • Une réflexion spécifique sur une forme contemporaine : Renaud Tarlet, « Le rituel du concert et la question du sacré », Appareil, n° 3, 2009. https://appareil.revues.org/841 – le texte s’inscrit dans la filiation des travaux de René Girard.

 

Transition : On pourra se souvenir des débats qui avaient entouré l’exposition au Centre Pompidou « Magiciens de la terre ». Le conservateur Jean-Hubert Martin, qui en avait été à l’origine vient justement de « récidiver » avec « Carambolages » qui a lieu jusqu’en juillet au Grand Palais à Paris. La « fortune »de cette exposition a donné lieu, au-delà des réflexions sur la mondialisation, à des débats liés à la question de la contextualisation des objets/oeuvres. Cf. une analyse de l’exposition par Maureen Murphy,  « Des Magiciens de la terre, à la globalisation du monde de l’art : retour sur une exposition historique », Critique d’art, Printemps-été 2013. https://critiquedart.revues.org/8307; à la suite d’un colloque organisé pour les 25 ans a paru un ouvrage sous la direction de Jean-Hubert Martin et Annie-Cohen Solal, Magiciens de la terre. Retour sur une exposition légendaire, Paris, Editions Xavier Barral, 2014.

 

IV- La sacralisation de l’art

Remarque : bien des questions soulevées par l’objet rituel se croisent avec la réflexion sur son exposition et font qu’il est souvent indissociable d’envisager les questions muséologiques des questions esthétiques. A ce titre, on mentionnera la tenue du séminaire de l’Ecole du Louvre à l’Université de Neuchâtel car il avait pour thème « le sacré à l’épreuve de l’exposition ». Cf. le programme, qui comprend notamment des indications bibliographiques : https://www2.unine.ch/files/content/sites/mamuseo/files/Page%20accueil/UNINE_PROGRAMME_EDL%202013.pdf

Œuvres d’art

Patrimoine et musées

  • Les nombreux travaux de Dominique Poulot sont des références. Il est un spécialiste en particulier de la naissance des institutions muséales au moment de la Révolution française. Voir notamment son manuel : Dominique Poulot, Patrimoine et musées. L’institution de la culture, Paris, Hachette supérieure, « collection Carré », 2001.
  • Michel Melot, Mirabilia : essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris : Gallimard (Bibliothèque des idées), 2012. La dernière partie est consacrée au processus de sacralisation. Pour un aperçu de la démonstration : http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index6765.html
  • Roland Recht, Penser le patrimoine. Mise en scène et mise en ordre de l’art, Paris, Hazan, 2008 (1e édition en 1999).
  • François Mairesse, Le culte des musées, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2014.
  • Le cas du musée Branly paraît incontournable. On trouvera des pistes dans un numéro du Débat qui consacra un numéro peu après son ouverture : « Le moment du Quai Branly », Le Débat, novembre-décembre 2007, n° 147. Voir notamment l’article de Hervé Juvin, « L’art, le musée, le sacré ». Le sommaire complet : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Revue-Le-Debat/Le-Debat
  • Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, « Le culte muséal de l’objet sacré », Gradhiva, n° 30-31, 2002, p. 203-211.
  • Nathalie Heinich et Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur les passages à l’art, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, coll. « Cas de figure », 2012.

_________________________________________

Manicule  Pour télécharger cette bibliographie au format pdf  :  Bibliographie art et sacré 5


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *