Archives de catégorie : Autour des textes officiels

Réflexions autour des publications institutionnelles, passées, présentes ou à venir

Audition de Paragone par le CSP

Paragone, représenté par Olivia Brianti, Vincent Casanova et Fanny Gayon, a été auditionné le mardi 5 juin 2018 à l’Institut national de l’histoire de l’art (INHA, salle Warburg) par le groupe de travail que le Conseil supérieur des programmes (CSP) a constitué pour l’enseignement de l’histoire des arts. Cette audition se faisait dans le cadre du projet de réforme du baccalauréat et du lycée.

Nous avons pu exposer pendant une trentaine de minutes les propositions et pistes élaborées par le collectif. Trente minutes d’échanges ont suivi.

Nous publions ci-dessous le document de synthèse qui a été remis aux huit membres présents du groupe de travail.

Sommaire :

1/ Des points forts dans les programmes actuels

2/ Principes généraux pour les programmes et les épreuves

3/ Option facultative

4/ Enseignement de spécialité

5/ Définition des épreuves de spécialité

Conclusion

1/ Des points forts dans les programmes actuels

  • La définition de la constitution de l’équipe : garder le cadrage actuel de l’équipe et insister dans la présentation du programme pour que cette coordination fasse l’objet d’une rémunération. “Cette équipe comprend au moins un enseignant d’une discipline artistique et un enseignant d’histoire et géographie ; un professeur de l’équipe en assure la coordination”. B.O. n°9 30/09/2010 (programmes arts du cycle terminal).

  • Les objectifs actuels des épreuves d’histoire des arts nous semblent très pertinents.

  • Les compétences actuellement formulées nous semblent adéquates et sont déjà celles prises en compte dans les évaluations actuelles. Il serait bon de faire figurer, dans les programmes, des attendus de fin de cycle liés aux savoirs et savoir-faire (« un candidat ne peut ignorer… » : maîtrise d’un vocabulaire technique, connaissances des domaines et mouvements artistiques, grands enjeux artistiques et culturels.

2/ Principes généraux pour les programmes et les épreuves

Les propositions avancées par le Collectif Paragone s’attachent à mettre l’élève au centre et ont pour horizon sa réussite. Ce qui suit résulte des années d’expériences accumulées et de constats faits sur le terrain.

Nous insistons sur la part de liberté qui permettra de ne pas figer notre enseignement et nos pratiques. C’est pourquoi nous souhaitons des contenus ouverts afin de permettre aux équipes enseignantes de s’adapter aux événements culturels et artistiques, aux contextes des établissements... L’histoire des arts a pour particularité depuis ses origines d’être un enseignement qui tient compte des terreaux et des configurations locales. Un cadrage national est impératif, mais il doit ménager de la souplesse dans la mise en œuvre, les choix didactiques et pédagogiques afin de laisser possible l’élaboration de projets en partenariat avec des structures culturelles et des moments ponctuels de travail en ateliers. Les chemins de traverse sont l’une des conditions pour que notre enseignement soit vivant et attractif. Les thèmes doivent être clairs et prendre en compte la disponibilité des ressources. Le renouvellement des questions en classe de Terminale doit être plus espacé. En effet, l’aspect chronophage de l’appropriation des nouvelles questions se fait parfois au détriment de la réflexion didactique et pédagogique.

Par ailleurs, il faut avoir en tête la distinction année par année car certains élèves ne feront que la classe de Seconde, d’autres que celle de 1ère, quand d’autres feront tout le curriculum. Pour ceux-là, il importe de ménager une progressivité. es programmes qui permettent aux enseignants de construire avec les élèves des repères, ménageant un équilibre permanent entre le passé et le présent, afin d’inscrire à chaque niveau cet enseignement dans le monde d’aujourd’hui. La contextualisation est impérative, mais ne pas céder à une approche strictement chronologique qui imagine une illusoire continuité.

Des programmes trop denses ne laisseraient pas assez de temps à la formation méthodologique, à la recherche documentaire, au développement et à la maîtrise de compétences nécessaires à la réussite dans l’enseignement supérieur. Il convient dès lors de définir des épreuves aux attendus transparents et appropriables. Celles-ci doivent converger avec les autres enseignements artistiques de spécialité. Il faut ainsi veiller à ce que l’histoire des arts n’apparaisse pas comme un enseignement discriminant. Il est important que la spécialité « Histoire des arts » puisse être accessible à tous les élèves et ne soit pas réservée à ceux qui baignent familialement, déjà, dans un milieu artistique et culturel. Sachant qu’il ne s’agit pas de former des spécialistes – ce n’est pas le lieu du lycée.

3/ Option facultative

Cycle terminal : satisfaction globale quant aux thématiques et aux formes de l’épreuve de baccalauréat telles qu’elles sont définies actuellement.

  • Il y a cependant une ambiguïté sur le nombre de dossiers à présenter : une clarification est à apporter. Soit c’est un dossier par thème (donc deux dossiers en tout), soit ce sont trois dossiers présentant chacun une ou plusieurs œuvres.

  • En 1e : le programme est très centré sur la technique, la sociologie de l’art et l’urbanisme. Peut-être faudrait-il y insérer une thématique plus esthétique.

  • En Terminale : deux thèmes tournants, mais faire en sorte que chaque question reste quatre ans au programme pour permettre aux enseignants de se former sur le plan didactique et de développer une pensée pédagogique qui ne soit pas contrainte par l’urgence.

En classe de Seconde :

Avec la réforme, seule l’option facultative constituera désormais le vivier – non exclusif bien sûr – d’élèves pour le cycle terminal : c’est un enjeu d’autant plus important que la concurrence des futures spécialités sera forte. Il faut songer à capter, séduire les élèves.

Les élèves attendent principalement deux choses de l’option histoire des arts : l’accès à une culture générale ce qui implique un ancrage fondamental dans des références, des repères chronologiques, un répertoire visuel. Mais ils attendent aussi un enseignement “autre”, sensible, qui les sorte aussi des murs de l’école. Et pour ceux qui arrêteraient, nous souhaiterions qu’il en retiennent à la fois quelques repères sur l’histoire des arts, mais aussi une familiarisation avec l’art de leur temps.

  • Une proposition : trois thèmes permanents

– “Classiques et baroques” : ce sont deux notions qui sont à la fois historiques et esthétiques et permettent de ménager beaucoup de possibilités. Ou alors “l’Antiquité revisitée” qui permet d’aborder les notions d’imitation, de modèle et de style. Ces entrées favorisent les allers et retours entre le passé (le modèle antique et ses renaissances, l’Italie et l’Espagne baroque, Versailles…) et le présent (pourquoi parle-t-on d’une mode classique ou d’un film baroque ? Comment la bande dessinée revisite-t-elle l’Antiquité ?).

– En complément, une question plus ouverte sur le contemporain, l’ici et maintenant : les espaces de l’art aujourd’hui”. Il s’agit de la reprise d’une question déjà existante et cela permettrait au demeurant de reprendre des éléments sur le patrimoine, la création, l’art dans la ville, et amener les élèves dans des lieux culturels, leur faire rencontrer des acteurs…

– “Habiter et penser la ville de l’Antiquité à aujourd’hui” : cette entrée permettra aux élèves d’apprendre à porter un regard plus informé sur leur environnement s’ils habitent en ville, ou plus généralement, de comprendre les enjeux actuels de l’urbanisme.

4/ Enseignement de spécialité

En classe de 1e (4 heures)

Il ne faut pas perdre de vue que certains élèves qui suivront enseignement de spécialité seront amenés à arrêter. Certains choisiront peut-être l’option facultative en Terminale (ou le passeront en candidat libre). Et certains commenceront seulement en classe de 1e.

  • Une proposition : deux thèmes permanents et un thème libre

– un thème “situé” : “Avant-gardes et modernités(1848-1945) qui donne les clés de lecture de l’art moderne et contemporain occidental et permette de comprendre les ruptures et continuités dans l’art des XIXe et XXsiècles.

– un thème “transversal” qui assure une ouverture sur le monde, qui permette de parcourir à la fois le temps (de la préhistoire à nos jours) et l’espace (rompre avec l’occidentalocentrisme : permettre l’étude de créations artistiques du monde africain, américain, asiatique, océanien…). Un exemple de thème transversal : Représenter le réel”. (Rappel : un tel thème offrirait aux élèves n’ayant pas suivi en classe de Seconde l’option facultative d’histoire des arts de poser un vocabulaire analytique et des repères chronologiques).

En classe de Terminale (6 heures)

Il serait impératif d’impliquer les enseignants dans les procédures de choix des thèmes tournants au programme (étude des ressources à disposition, potentialités de la mise en œuvre).

  • Une proposition : un thème permanent et deux thèmes tournants

– Un thème permanent : un thème esthétique, qui peut résonner avec le cours de philosophie ou permette des liens avec les autres spécialités de « humanités, littérature et philosophie » à « numérique et sciences informatiques ».

Exemple de thème permanent : Arts et techniques depuis 1945”, dans la continuité chronologique du thème de 1ere “Avant-gardes et modernités” (1848-1945) (cf. aussi le thème d’option facultative de 1e). Cela conforterait la sensibilisation aux techniques artistiques traditionnelles, sans s’y restreindre, mais aussi aux innovations techniques, et aux ruptures qu’elles ont engagées. Ce thème permanent permettrait d’aborder tous les domaines artistiques, par une entrée incontournable dont les évolutions ont généré des productions inédites renouvelant la définition même de l’œuvre d’art, de l’auteur, ou encore du rapport au public.

Un thème : “un-e artiste dans son temps” (toute période)

Un thème : “Arts, ville, politique, société” (tels “les années 1950” annoncé pour l’année 2018-2019).

5/ Définition des épreuves de spécialité

Les épreuves finales ont lieu tôt (au printemps). Il faut en tenir compte.

Écrit

Il paraît judicieux de conserver le choix entre deux exercices de nature différente qui portent chacun sur un thème différent du programme.

a. Sujet 1 : dissertation

Nous souhaiterions maintenir l’exercice de dissertation à condition que l’énoncé dans sa formulation permette aisément au candidat de mobiliser ses connaissances et l’oblige à la construction d’une réflexion. L’énoncé doit être articulé de manière évidente avec l’intitulé du programme.

b. Sujet 2 : analyses et synthèse de documents

Le sujet sur documents actuel n’a pas démontré sa pleine pertinence et ce même s’il est un exercice très stimulant – sans doute le plus riche intellectuellement. Mais d’une part cinq documents, c’est beaucoup ; d’autre part, sa forme hybride fait que les travaux oscillent entre le commentaire de documents et la dissertation, sans être ni l’un ni l’autre.

Il pourrait être intéressant de marquer la distinction à l’égard de l’exercice de la dissertation afin que des élèves, aux compétences analytiques réelles, adossées à la maîtrise d’un vocabulaire solide, puissent réussir tout autant.

On pourrait ainsi imaginer un exercice en deux temps :

– 1e partie (sur 12 points) : une sélection de trois œuvres de formes artistiques variées (au moins deux), explicitement reliées à une des trois questions au programme. Il s’agirait de faire une analyse précise de chacune, révélant une approche personnelle et sensible.

– 2e partie (sur 8 points) : rédaction d’une synthèse qui problématiserait le corpus en mettant les œuvres en relation, afin de souligner les croisements, divergences, influences… . Deux possibilités sont envisageables pour la synthèse : laisser l’élève problématiser par lui-même ou bien l’orienter par une question ou un énoncé.

Quoiqu’il en soit, il importe d’accorder une grande vigilance à la qualité de reproduction des œuvres. Les exigences de qualité attendues dans le contenu d’une analyse d’œuvre doivent se trouver aussi dans la forme qui les reproduit et les rend accessibles.

Oral

Nous nous interrogeons plus que jamais sur la place du dossier. Aujourd’hui l’oral est aussi un écrit ! La précédente réforme n’a pas apporté entière satisfaction, alors même qu’elle voulait favoriser le travail des élèves. Il faudrait viser un travail réduit en quantité, mais axé sur une expérience esthétique ou une rencontre réalisée ou non dans le cadre de la classe (exposition, visite de musées, audition d’un concert, spectacle de théâtre…). La forme de ce compte-rendu en quelques pages (cinq maximum) devrait faire valoir une réflexion personnelle, mais peut aussi être l’occasion pour un élève de montrer sa maîtrise des TICE. Le rendu pourrait se faire possiblement sous forme numérique et non pas nécessairement sous forme imprimée (il pourrait être possible de réaliser un site internet). Ce dossier ne serait pas noté, mais servirait de support au dernier temps de l’entretien dans l’oral qui se déroulerait comme suit :

Un oral en deux temps (30’ de préparation, 30’ de passage)

  • un premier temps consisterait en la présentation en dix minutes maximum d’un commentaire d’œuvre choisie dans une liste (neuf ou douze) sélectionnée par les élèves, de forme artistique variée et couvrant à proportion égale les trois thèmes du programme. Celles-ci auront pu être possiblement étudiées avec le professeur en classe.

  • le deuxième temps, une vingtaine de minutes se déroulerait en deux moments de durée égale. Le jury serait, comme aujourd’hui, composé de deux enseignants (un professeur d’arts plastiques ou d’éducation musicale + un professeur d’une autre discipline). Tout d’abord, on reviendrait sur l’exposé du candidat en élargissant à d’autres œuvres de la liste et au travail réalisé tout au long de l’année et présenté par le descriptif de l’équipe pédagogique. Puis un second moment, l’entretien s’appuierait sur le dossier rendu par l’élève et porterait exclusivement sur l’expérience sensible dont il a rendu compte. Cela permettrait d’évaluer la capacité à verbaliser une expérience, mais aussi à argumenter/justifier un jugement esthétique afin de faire valoir ses compétences.

Grand oral

Il faut trouver le moyen que l’histoire des arts y trouve une « bonne » place tout en faisant en sorte aussi que cet oral n’enferme pas l’élève dans le couple de spécialités choisi mais puisse être une ouverture, une occasion scolaire, pour lui, de présenter un projet personnel où l’envie ait sa place.

Conclusion

Nous tenons à rappeler qu’une réforme réussie sera celle qui permettra aux élèves de choisir par exemple les spécialités “histoire des arts” et “mathématiques”. Cela témoignerait d’un changement de mentalités, afin de ne pas segmenter entre bloc scientifique et bloc lettres/langues/humanités.

Enfin ce changement trouvera son prolongement naturel quand un élève ayant fait ce choix pourra candidater sans problème à des études supérieures de médecine, de droit ou à une classe préparatoire. Autrement dit quand les filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur prendront en compte prioritairement la réussite de l’élève dans ses choix, et non pas ses choix en eux-mêmes.

Contribution de Paragone à la commission pour la réforme du lycée

Lettre adressée à la commission présidée par M. Pierre Mathiot

Monsieur,

Dans le cadre de la commission que vous présidez, le collectif Paragone, rassemblant des enseignants d’histoire des arts en lycée, souhaite vous présenter une contribution rappelant l’importance et la légitimité d’un enseignement spécifique d’histoire des arts au lycée.

Depuis plus de vingt ans maintenant, l’enseignement d’histoire des arts s’est développé dans de nombreux lycées en France, que ce soit par un enseignement de spécialité en filière littéraire (5 heures hebdomadaires, coefficient 6) ou comme option facultative (3 heures hebdomadaires, coefficient 2). En devenant une réalité disciplinaire, une lacune du curriculum français fut ainsi réparée – en Italie, on enseigne l’histoire de l’art dans le secondaire depuis le début du XXe siècle. La fonction d’Inspecteur général d’histoire des arts a même été créée en décembre 2009. Cette “discipline” a élaboré son fonctionnement avec le souci de s’inscrire au mieux dans son territoire, développant en particulier des relations fécondes avec des acteurs de proximité – musée, centre d’archives, salle de spectacles… De plus, comme l’option cinéma-audiovisuel, son aînée, l’histoire des arts est enseignée par des professeurs issus de toutes disciplines et titulaires d’une certification complémentaire en histoire des arts. Travaillant ensemble autour de thématiques communes, des collaborations multiples sont de fait engagées. Ainsi l’histoire des arts, par son interdisciplinarité et sa pluridisciplinarité, a-t-elle accompagné un véritable renouvellement des pratiques enseignantes.

L’histoire des arts contribue à la constitution d’une culture générale, délivrant séance après séance les références et les clés d’analyse nécessaires à la compréhension des images, des sons, des formes qui façonnent le monde contemporain. Les élèves apprennent en effet à comprendre et aimer l’architecture et l’urbanisme de leur cité et d’ailleurs, à ne pas avoir honte d’aimer le street art, à prêter attention à la sculpture devant laquelle ils passaient depuis leur enfance sans la voir, à regarder La Joconde. L’histoire des arts est en somme une école du regard et de l’écoute : elle enseigne des compétences analytiques, de recherche et d’autonomie ; elle s’appuie sur des connaissances variées et affine la sensibilité. Elle invite enfin à formuler sur les créations esthétiques un jugement étayé et développe ainsi l’esprit critique.

Cette culture générale bénéficie à tous les profils d’élèves : pour les élèves qui ont fait le choix des humanités, elle vient compléter pleinement leur formation ; pour les élèves scientifiques, elle apporte une ouverture sur des champs de création au croisement des arts et des sciences tels que l’architecture, l’urbanisme et le paysagisme ; pour les élèves intéressés par les sciences sociales, l’économie et le droit, elle aborde l’histoire et la sociologie des pratiques artistiques et le fonctionnement des institutions culturelles. Ainsi, aux côtés des arts plastiques et de l’éducation musicale qui ont leur logique respective, l’histoire des arts se déploie autour d’un parcours des sens. Si les élèves deviennent des spectateurs avertis, des familiers des lieux de culture et de spectacles, sans frein, sans appréhension, sans complexes, c’est aussi grâce à la systématisation d’un travail en partenariat avec des structures artistiques et culturelles qui favorise le franchissement des barrières invisibles de l’auto-limitation sociale. A ce titre, l’histoire des arts œuvre vigoureusement à rendre l’accès à la culture plus démocratique.

Il faut distinguer l’enseignement d’histoire des arts du parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC), rendu obligatoire par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013 – même s’il y trouve toute sa place. Le parcours prévoit pour tous les élèves, du cours préparatoire à la terminale, la programmation concertée d’un ensemble de projets et d’actions artistiques et culturelles pris en charge par les différents professeurs sur leurs heures disciplinaires, mais aussi par des partenaires extérieurs, les familles, et l’élève lui-même. Si le PEAC apparaît comme l’outil d’une initiation indispensable, il ne peut avoir les mêmes objectifs qu’un enseignement avec des heures dédiées de manière hebdomadaire permettant approfondissement, réflexion, recherche et formalisation.

Françoise Nyssen, ministre de la Culture invitait récemment dans les colonnes du Monde (18 décembre 2017) à recentrer l’éducation artistique et culturelle sur la pratique. Or être un spectateur averti et curieux de toutes les formes d’expression artistique est aussi une pratique qui s’apprend. Il y a là, en outre, un chemin tout à fait propice à l’exercice d’une citoyenneté dynamique où les artistes, la rue, les espaces publics participent à la vitalité du monde et des sociétés.

La formation dispensée par l’histoire des arts instaure par ailleurs un contact régulier avec le monde professionnel du patrimoine et des arts vivants dont le poids dans l’économie française ne cesse d’augmenter depuis cinquante ans. On ne s’étonnera donc pas que le secteur des activités culturelles soit également très générateur d’emplois et qu’il constitue un débouché direct ou indirect pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’histoire des arts : ceux-ci sont les futurs conférenciers, administrateurs, conservateurs, chargés des publics et de projets des très nombreuses structures qui maillent la France et en font la richesse. Grâce à cet enseignement, à la diversité des formes artistiques rencontrées et aux professionnels qu’ils sont amenés à fréquenter, certains élèves énoncent des choix d’orientation qu’ils n’auraient jamais envisagés sans (ornemaniste, typographe, potière, sculpteur sur bois, restaurateur, costumière, éditrice…).

Les liens réguliers et privilégiés entretenus avec les interlocuteurs des institutions artistiques favorisent de telles ouvertures vers les études supérieures. L’histoire des arts est de la sorte totalement engagée dans le parcours bac – 3/ bac + 3. Les classes préparatoires littéraires aux grandes écoles proposent l’option de spécialité « histoire et théorie des arts » afin de préparer le concours aux ENS ; de nombreuses écoles d’art et d’architecture favorisent également les postulants ayant suivi cet enseignement. L’École du Louvre a de son côté développé depuis plusieurs années un programme d’égalité des chances à destination spécifique des élèves suivant l’enseignement de spécialité d’histoire des arts.

Nous souhaitons donc réaffirmer la nécessité d’un enseignement spécifique d’histoire des arts au lycée. Celui-ci a en effet toute sa place parmi les humanités tout au long des trois années de scolarité et pendant lesquelles il participe à la construction de solides compétences indispensables pour des poursuites d’études ambitieuses et réussies.
Nous considérons par conséquent que l’histoire des arts doit conserver sa pleine existence en étant définie par un programme national et évaluée en épreuve terminale au baccalauréat.

Cette contribution a été élaborée par les membres du collectif Paragone rassemblant des professeurs d’histoire des arts en lycée. D’anciens élèves et des enseignants de toute discipline s’y sont notamment joints.

Toute personne peut apporter son soutien et ajouter sa signature. Pour cela, il suffit d’envoyer un mail à  : paragone.hypotheses@gmail.com 

– Charlotte Adam, étudiante en licence 3 études visuelles, multimédia et arts Numériques (Université Paris Est Marne-la-Vallée), ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil

– Laure Alazet Osborn,  Business Development Manager Moyen Orient et Iran pour ENGIE à Dubai, Emirats Arabes Unis, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Thibaut Algis, graphiste, ancien élève de la  filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Vincent Van Gogh, Aubergenville.

– Laura Ancinelle, maquilleuse effets spéciaux, sculptrice, ancienne élève en L spécialité et option art au lycée Charles Péguy, Paris 11e.

– Maria Tecla Andreotti, musicienne.

– Ruth Amezian, étudiante en deuxième année de licence d’Histoire de l’Art à Paris 10 Université Nanterre, ancienne élève filière littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Viviane André, étudiante en architecture (ENSAPVS), ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anne Angles, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Charlotte d’Armand de Chateauvieux , photographe-plasticienne, master en Art plastique, étudiante en master meef pour enseigner les arts Plastiques, ancienne élève de section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Bérénice Aubry, étudiante en master 1 en architecture à l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), ancienne élève de la section S avec option histoire des Arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Laurie Aubry-Infernoso, étudiante en lettres modernes à la Sorbonne, ancienne élève en filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Jean-Noël Audel, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris.

– Fred Augelon, professeur d’italien, patrimoines et histoires des arts, guide-conférencier national, lycée Mathias, Chalon-sur-Saône.

– Emmanuel Autin, intégrateur web, ancien lycéen en spécialité histoire des arts au lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Sylvia Avrand, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Fénelon-Sainte-Marie, Paris 8e.

– Camille Badenes, étudiante en événementiel culturel, Esupcom, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Sarah Bakkali, étudiante en droit à l’université Paris XIII, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts,  lycée Pablo Picasso, Fontenay sous-bois.

– Élisabeth Bakhuys, étudiante en hypokhâgne au lycée Condorcet, option histoire de l’art, ancienne élève en série L, spécialité et option facultative histoire des arts, Fénelon sainte Marie, Paris, 8e.

– Sylvain Bafaro, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison

– Timothée Barbier, étudiant en archéologie médiévale à La Sorbonne (Paris IV), ancien élève en option de spécialité histoire des arts, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, 8e.

– Hayat Belarabi, étudiante en 2e année de lettre modernes à l’université Paris 13, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Marion Belleville, guide conférencière et médiatrice culturelle au centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Bordeaux, ayant suivi l’option histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay, 91.

– Gilles Ben Itah, professeur de lettres et d’histoire des arts au Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Dylan Berrached, étudiant en Licence de Lettres Modernes, ancien élève de la filière L, Lycée Saint André, Choisy le Roi.

– Laura Bernard, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Jeanne d’Arc, Rouen

– Béatrice Bernardoff, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Notre Dame de la Providence, Thionville.

– Houda Berrais, étudiante en L3 à l’Université Paris-Descartes, ancienne élève en filière littéraire, option histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Auriane Beurdeley, étudiante en master d’histoire de l’art et archéologie, spécialiste du monde islamique, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Fénelon sainte Marie, Paris 8e.

– Stéphane Bigot, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Bertrand d’Argentré, Vitré

– Morgane Bihner, étudiante en sociologie et ancienne élève filière littéraire en spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Léa Biron, étudiante en édition à l’école Estienne (Paris 13e), ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Jean-Marc Birou, professeur de sciences-physiques et d’histoire des arts au lycée Louis Barthou, Pau.

– Claire Blandin , guide-conférencière à Aubusson, ancienne élève, option histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Nicolas Blandin, comédien, ancien élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Justine Bohbote, étudiante en Master à l’Ecole du Louvre, ancienne lycéenne en spécialité histoire des arts au Lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Angela Bokolombe, étudiante en droit à l’université de Montpellier, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts, lycée P. Picasso à Fontenay sous-bois

– Morgane Bosselut-Elbaz, chef de projets, Direction des Publics, Centre Pompidou, ancienne élève de l’Ecole du Louvre et ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Benjamin Bosselut-Elbaz, chef de projets-urbaniste, Plaine Commune, ancien élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Chloé Boudet, étudiante en licence 1ère année d’Histoire de l’Art à Panthéon-Sorbonne Paris 1, ancienne élève de filière L spécialité Histoire des Arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Gillian Bouillet, lycéenne en 1e L spécialité Histoire des Arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy

– Patrick Bouillon, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Elsa Bouladoux, designer, ancienne élève en filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Samira Bounhar, conseillère clients-community manager, ancienne élève filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Nadège Bourgeon-Budzinski, professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Wallon, Aubervilliers.

– Louise Boursier, étudiante en hypokhâgne option histoire des arts au lycée Condorcet, ancienne élève de filière L en option histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Alexandre Boza, professeur histoire-géographie et de cinéma-audiovisuel, Lycée Paul Valéry, Paris.

– Laura Brax, Psychologue de l’Éducation nationale en formation, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Marie Breteau-Guilois, professeur de lettres classiques et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison.

– Olivia Brianti, professeur d’arts plastiques et histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Célia Bruneau, styliste, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Claire Brunet, architecte d’intérieur agence Archimage, ancienne élève de section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laurent Brunel, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Robert Schuman et Georges de la Tour de Metz.

– Nicolas Bouillard, professeur d’arts plastiques, de cinéma audiovisuel et d’histoire des arts, Lycée Mathias, Chalon-sur-Saône.

– Aodren Buart, étudiant en master 1 de cinéma, ancien élève en filière L spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Colombine Cassan, étudiante en master à l’Ecole du Louvre, ancienne lycéenne en  filière L, spécialité histoire des arts au lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Vincent Casanova, professeur histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Candice Castello, étudiante en histoire de l’art à l’École du Louvre, ancienne élève de filière littéraire, spécialité arts Plastiques et option histoire des Arts, lycée Notre-Dame de Bellegarde, Neuville-Sur-Saône.

– Laurie Chamard, étudiante en anthropologie, Histoire des arts/archéologie à l’université Paris Nanterre, ancienne élève de la filière Littéraire, spécialité Histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Marie Chamard, étudiante en master 1 préparant au CAPES d’histoire-géographie, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité Histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Sébastien Champion, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Poincaré,  Bar le Duc.

– Emmanuelle Chanonat-Maillet, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Imane Charkaoui, étudiante en journalisme à l’IEJ, Paris 16ème., ancienne élève en série littéraire spécialité histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Flore Chemin, titulaire d’un DNSEP de l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg. Illustratrice et conférencière.

– Claire Chesneau, étudiante en licence 3 d’histoire de l’art et archéologie (université Paris-Nanterre), ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Christophe Coin, musicien, professeur au CNSM de Paris.

– Florence Colas-Lentiez, professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Clémenceau, Reims.

– Hélène Colin, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Etienne Bezout, Nemours.

– Céleste Combes, étudiante dans une école de théâtre à Londres, diplômée du baccalauréat option histoire des arts en 2017, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, .

– Charlotte Comer, étudiante en droit à l’Université Panthéon-Assas, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts, Lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Alizée Cordesse, étudiante en master 1 Métiers du livre et de l’édition, parcours bibliothèque, à l’université Paris Nanterre, ancienne élève de la section Littéraire, spécialité Histoire des arts du lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– David Cousy, Président de Créteil 3.0, chargé de développement chez RAIZ SAS, ancien élève de section littéraire spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Fleur Coutard, étudiante en double cursus sciences et sciences sociales, Sciences Po Paris et Paris VI, ancienne élève en filière scientifique,option histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie (Paris 8e).

– Jules Coutard, étudiant à l’Institut d’études judiciaires de l’université Panthéon-Assas (préparation à l’examen d’accès au centre régional de formation professionnelle d’avocats), ancien élève en section scientifique, option histoire des arts, au lycée Fénelon Sainte-Marie (Parie 8e).

– Paul Coutard, étudiant en philosophie et histoire des arts CPES3 Paris Sciences et Lettres, ancien étudiant de la section littéraire, spécialité et option histoire des arts, lycée Fénelon Sainte Marie.

Juliette Daga, digital marketing manager, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– François Debieuvre, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Clemenceau, Reims

– Paula Delaplace, étudiante en Master 1 d’Histoire de l’art, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Bruno Delignon, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris

  • Samantha Deloffre, professeur de lettres classiques et d’histoire des arts, lycée Montaigne, Paris 6e.

– Anatole Divoux, étudiant en premier cycle de l’École du Louvre, ancien élève en série littéraire spécialité histoire des arts, lycée international des Pontonniers, Strasbourg.

– Sarah Douidi, élève en terminale L, spécialité histoire des arts, au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Paul Dupont, Historien, médiateur culturel, ancien élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Clemenceau, Reims.

– Doriane Dussour, élève de double licence histoire-allemand à la Sorbonne et  ancienne élève de filière L en option histoire de l’art au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy. 

– Bénédicte Eustache, étudiante en M2 d’Etudes Germaniques à Paris-Sorbonne et en deuxième année à l’École Normale Supérieure, ancienne élève de la section Histoire des arts du lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Théo Faurie, étudiant en L3 Cinéma et Audiovisuel à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et ancien étudiant en série L option histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Virginie Fauvin, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Étienne Bezout, Nemours.

– Laura Fernández, étudiante en deuxième année de licence d’Histoire à Paris IV Université Paris-Sorbonne, titulaire d’un baccalauréat Littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Solenn Ferrec, professeur d’Histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Voillaume, Aulnay-sous-Bois.

– Susan Filoche-Rommé, mastérienne d’Histoire transnationale à l’École Normale Supérieure, ancienne optionnaire d’histoire des Arts en CPGE au lycée Condorcet et bachelière littéraire spécialité histoire des arts au Lycée Léon Blum, Créteil.

– Anetta Floirat, professeur de musique et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris

– Marie Fontaine, professeur de Lettres classiques et d’Histoire des arts, Lycée Raymond Poincaré, Bar le Duc.

– Clotilde Forest, documentaliste au musée de l’Armée, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Philippe Fournier, professeur d’éducation musicale, collège R. Aubry, Ligny-en-Barrois (Meuse), chargé de cours à l’Université de Lorraine.

– Charles Freis, étudiant en 1e année de PACES, ancien élève de filière scientifique, option histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Charlotte Gabriel, étudiante en histoire de l’art et en histoire au sein du master Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Stéphane Gallo, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Raphaël Galvao, étudiant en Master 2 Criminologie à l’Université Panthéon-Assas, ancien élève de la filière L spécialité Histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léo Garric, sophrologue sophro-analyste, ancien élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Fanny Gayon, professeure de lettres modernes et histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Étienne Gégout, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Vanessa Genestier, coordinatrice sociale en maison de santé, étudiante en Master 2 recherche Psychologie, Université Paris Diderot-Paris 7, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

Anaëlle Gobinet-Choukroun, Doctorante en Histoire de l’Art, ancienne élève du lycée Blaise Pascal d’Orsay, filière L, spécialité histoire des arts.

– Sophie Gourhand, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Thomas Goussu, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée François Couperin, Fontainebleau.

– Cléa Granvilliers, étudiante en Licence 2 à l’Ecole du Louvre, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Gabriel Guist’hau, Nantes.

– Nathalie Grébert, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Louis Barthou, Pau.

– Isabelle Grellet, professeur de lettres modernes et de théâtre (1978-2011), lycée Montaigne, Paris.

– Élisabeth Greyfié, étudiante en Humanités (Paris Ouest), ancienne élève filière L spécialité Histoires des arts, Lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, 8e.

– Marie Grolier, étudiante en Arts Plastiques à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, titulaire d’un Master 1 en histoire de l’art, ancienne élève de la section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léa Guillemain, étudiante en première année de droit, une licence en histoire de l’art validée à l’université de Nantes, ancienne élève en filière L option de spécialisation en histoire des arts, Lycée Clémenceau, Reims.

– Sophie Guillin, professeure de lettres modernes  et d’histoire des arts, Lycée  Blaise Pascal, Orsay.

– Benoît Guillotin-Loury, ostéopathe D.O., ancien élève option et spécialité histoire des arts, lycée Fénelon-Sainte-Marie, Paris 8e.

– Morgane Guillou, étudiante en formation du danseur interprète, Studio Harmonic, ancienne élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Julie Guiroy, médiatrice culturelle, CIAP, mairie de Bordeaux, ancienne élève de filière littéraire, spécialité arts plastiques, lycée François Magendie, Bordeaux.

– Brigitte Guyot-Martin, professeure d’allemand et d’histoire des arts, Lycée Clemenceau, Reims.

– Lina Hedjiedj, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière L spécialité arts plastiques, lycée Georges de la Tour, Nancy.

– Louise d’Heucqueville, en hypokhâgne au lycée Louis le Grand, ancienne élève de terminale L, spécialité et option histoire des arts, Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Samuel Hivroz, étudiant à l’école du Louvre, ancien élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Nathalie Hoëz, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Salomé Houradou, étudiant en L1 de psychologie à Paris 13, ancienne élève de filière L spécialité Histoire des arts au Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Régine Huby, professeure d’histoire- géographie et d’histoire des arts, lycée Jeanne d’Arc, Rouen.

– Alain Hucliez, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des Arts, lycée Joachim Du Bellay, Angers.

– Zeïneb Imarraine, étudiante en histoire à La Sorbonne, ancienne élève en série littéraire spécialité histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Sophie Jeddi, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Auguste Blanqui, Saint-Ouen.

– Chloé Joly, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire de l’Art, lycée Notre-Dame de Sion, Paris.

– Anaïs Jolly, professeure d’anglais et d’histoire des arts Lycée Léon Blum, Créteil.

– Esther Jouzeau, étudiante en troisième année de cinéma à l’université de Vienne, ancienne élève  littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay sous bois.

– Kamila Kas, étudiante en BTS AM, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Charlotte Koch, constructrice bois, ancienne élève d filière L spécialité Histoire des arts,  lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Guillaume Lachaud, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Daguin, Mérignac (33).

– Adeline Laclau, doctorante en histoire de l’art, Université Aix-Marseille.

– Michèle Lacoue, professeur de Philosophie et d’Histoire des arts au lycée Jean-Baptiste Say, Paris.

– Anne Lafran, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Wallon, Aubervilliers.

– Rémi Lajus, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée François Mauriac, Bordeaux.

– Valentine Langeard, étudiante en Art Visuel à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève, ancienne élève de section littéraire avec spécialité histoire des arts à Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Inès Laprévotte, lycéenne en première, filière L, spécialité Histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Aurélie Laurent, social media manager, ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Alice Lavillonnière, étudiante en khâgne option histoire des arts au lycée Léon Blum de Créteil, ancienne élève en filière L et spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Marie Lavin, agrégée d’Histoire. Inspectrice d’Académie honoraire. Auteur de « L’histoire des arts, l’émergence d’un enseignement ».  Hachette éducation. 1998.

– Anne Leboucher-Sebbab, professeur d’histoire-géographie, Lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois

– Cécile Ledoux, professeur d’EPS, lycée Paul Poiret, Paris 11e.

– Louise Lefèvre, étudiante en Khâgne au lycée Condorcet, ancienne élève de L spécialité histoire des arts au lycée Fénelon-Ste-Marie, Paris 8e.

– Emma Legrand, étudiante en orthophonie, ancienne élève de L histoire des arts au Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Alexandra Lélias, psychologue clinicienne, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– François Leonarte , metteur en scène.

– Anne-Marie Lescastreyres, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée François Couperin, Fontainebleau.

– Julien Lesage de la Haye, professeur d’éducation musicale, collège Colette Besson, Paris 20e.

– Lara Lestrade, consultante, EcoAct, ancienne élève de filière L au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Claire Lingenheim Lavelle, professeur d’histoire des arts au lycée international des Pontonniers et au lycée de Fustel de Coulanges, Strasbourg

– Monika Lubinski, étudiante en premier cycle à l’École du Louvre, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Fiona Luddecke, étudiante de Master 2 en Histoire de l’art à l’Ecole du Louvre, ancienne élève de filière L spécialité arts plastiques / histoire de l’art, Lycée Rosa Parks, Montgeron.

– Julien Magnier, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Etienne-Jules Marey, Beaune / Paris Sciences et Lettres.

– Isabelle Malefant, professeure d’allemand, lycée Blaise Pascal, Orsay.

–Léni Malki, directeur artistique junior chez Paco Rabanne, auteur de bande dessinée, ancien élève de la section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léa Marand, designer graphique, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Lucile Marfaing, employée dans une librairie et galerie de photographie, études d’Histoire de l’Art.

– Emma Margouty, étudiante en lettres comparées à l’université Paris-Nanterre, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil (promo 2015).

– Renée Marmonnier, professeure de lettre modernes et d’histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Mélina Martin, étudiante en master 1 de médiation de l’Art contemporain, licenciée d’Histoire de l’Art et d’Archéologie à l’Université Paris I, ancienne élève de l’Ecole du Louvre et ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Christian Martiny, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée St-Exupéry, Fameck.

– Amélie Marzet, étudiante en licence d’histoire de l’art, ancienne élève de la, filière L, spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Juliette Massart, professeure d’histoire-géographie, ancienne élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Émilie Mateo, juriste, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil

– Jeanne Mathas, étudiante à l’EHESS, année de préparation de thèse en histoire de l’art. ancienne élève spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

–  Olivier Maunaye, professeur d’arts plastiques enseignant l’histoire des arts au lycée Bertrand d’Argentré, Vitré

– Sonia Meszaros, étudiante en linguistique, ancienne élève de la filière L, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Sandra Mévrel, professeure de philosophie et ex-professeure d’histoire des arts au Lycée Voillaume d’Aulnay-sous-Bois, Lycée Jean Renou, La Réole.

– Mathilde Millot, illustratrice, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Marie Monod, étudiante en Design Graphique aux Beaux Arts de Caen, ancienne élève filière littéraire option et spécialité arts plastiques, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Clara Morineau, étudiante en Bachelor Design interactif (Gobelins, l’école de l’image), ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Célia Moutawahid, styliste, ancienne élève section L, lycée Camille Claudel, Vauréal.

– Loic Nani, étudiant en Master 2 d’Histoire à l’Université Paris Diderot, ancien élève de filière L, spécialité Histoire des Arts, lycée Léon Blum, Créteil (bac en 2013).

– Vladimir Nestorov, doctorant en histoire de l’art, université de Bourgogne-Franche-Comté, chargé d’étude et de recherches à l’Institut national d’histoire de l’art.

– Adam Novarese, étudiant en Master 2 de droit, ancien élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laurence Nourisson, professeur d’arts-plastiques et d’histoire des Arts, Lycée Montesquieu, Bordeaux.

– Delphine Oget-Comiti, assistante de galerie, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Josée Parizet, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Pierre-Guéguin, Concarneau.

– Emmanuelle Patry, responsable vidéo pour Golden Network (filiale de M6), ancienne élève de la filière L,  spécialité histoires des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Ivane Payen, étudiante à l’école du Louvre, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Lucie Payoux , étudiante en art à l’erg, Bruxelles, ancienne élève en spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Natalie Pérez, chanteuse lyrique, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal Orsay.

– Nils Peschanski, musicien et professeur de piano au conservatoire d’Igny, ancien élève d’histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Delphine Pestre, etudiante en métiers de la culture, patrimoine et politiques culturelles à l’IESA, ancienne étudiante en série ES, option facultative histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Fabrice Pincet, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison.

– Julie Place, étudiante en master 2 en école de commerce, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Azélie Pouriel, étudiante en Master 2 « management des industries culturelles » à NEOMA Business School (Rouen), ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Dogan Poyraz, musicien, ancien élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay

– Jean-François Proquin, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Poincaré, Nancy.

– Marie Quiédeville, assureur, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal d’Orsay.

– Natacha Quiniou, étudiante en histoire de l’art et archéologie à Paris-Sorbonne, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts.

– Sophie Rabinow, étudiante à Mount Holyoke College, USA, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée  Blaise Pascal, Orsay.

– Ludmila Rabhi, étudiante en licence d’histoire de l’art à Rennes 2, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoires des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay sous bois.

– Elisa Rahab, consultante en communication, ancienne élève en filière L option de spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Cécile Rémy, éditrice, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laetitia Renividaud, responsable print et digital, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anne-Zoé Rillon-Marne, maîtresse de conférence en musicologie à l’Université catholique de l’Ouest, ex-professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, lycée Voillaume, Aulnay-sous-bois.

– Nina Robin, conservateur-restaurateur de peintures habilitée à intervenir sur les collections nationales, ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L en spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Clara Roca, archiviste-paléographe, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts; lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Sarah Rehman, étudiante en Master 2 Achats et Supply Chain à Paris School of Business, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso à Fontenay-sous-Bois.

– Eva Rocchia, étudiante en 3ème année de géographie à Paris Diderot, ancienne élève du lycée Pablo Picasso à Fontenay-sous-bois série S spécialité SVT.

– Laura Roustic, étudiante en tourisme,  ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L en option histoire de l’art au lycée Schweitzer, Le Raincy.

– Laurence Roy Prieur, Professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Myriam Sacksteder, professeure en arts plastiques et histoire des arts, lycée Schuman, Metz.

Anissa Richard, Infirmière en Soins Palliatifs au Québec, artiste amateur et ancienne élève en filière L option de spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil (Bac 2009)

– Sabine Rubeck-Bernard, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Schuman, Metz .

– Jean de Saulieu, étudiant en double licence droit-gestion à la Sorbonne, ancien élève en série ES option facultative histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Rémi de Saulieu, Licencié d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialisé en histoire de l’art médiéval. Professeur remplaçant d’Arts Plastiques au collège Notre-Dame d’Orveau (49), ancien élève filière Littéraire, spécialité Histoire des Arts, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Sylvie Schott-Bréchet, professeure de philosophie, de cinéma audio-visuel et d’histoire des arts, Lycée Poincaré, Nancy.

– Frédérique Servan, professeure de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Julia Stankiewicz, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière L spécialité histoire des arts, Lycée Robert Doisneau, Corbeil-Essonnes.

– Lucile Tamagnan, étudiante à Sciences-Po, ancienne élève de la, filière L, spécialité histoire des arts, lycée  Blaise Pascal, Orsay

– Garance Tartès, étudiante en troisième année de licence Art du Spectacle – Parcours études cinématographiques à Paris 7, Université Paris Diderot, et ancienne élève filière littéraire spécialité Histoire Des Arts, Lycée Pablo Picasso, Fontenay sous Bois.

 Julie Temelsiz, juriste Projets Internationaux au CNIM, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil (2009).

– Emma Tredez, étudiante en Master 2 d’Anthropologie, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Norma Thibault, étudiante en L3 à l’Ecole du Louvre, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Emmanuel Mounier, Chatenay-Malabry.

– Camille Tribouillard, professeur d’éducation musicale, collège Jean Moulin, Neuilly- Plaisance.

– Chloé Triomphe, étudiante en Master 1 de psychologie, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Chloé Trovo, étudiante en MANAA ( Ecole de Condé de Paris), ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Maël Vandewalle, étudiant en 1er cycle à l’Ecole du Louvre, ancien élève de filière ES, option histoire des arts,  lycée Louis Pasteur, Lille.

– Bertille Van Wassenhove, chargée des éditions et publications du CENTQUATRE-PARIS, ancienne élève de section littéraire / histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Jean Vergès, directeur de l’Universal Museum of Art (UMA), premier musée en réalité virtuelle, ancien élève de filière littéraire, spécialité histoire des arts.

– Raphaëlle Vert, chargée de projet “démonstrateur industriel pour la ville durable” chez Vinci, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoire des arts (programme Art et Ville !), lycée Léon Blum, Créteil (2009).

– Audrey Vignal, professeur de lettres modernes au collège la Fontaine aux Berges d’Ollainville, ancienne élève de la  filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anouchka Vizzini, assistante sociale à l’Aide sociale à l’enfance, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts. Lycée Léon Blum, Créteil.

– Arthur Winternheimer: étudiant en licence 2 de Lettres et Arts à l’Université Paris-Diderot, ancien élève de la section littéraire en spécialité et option Histoire des Arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris.

– Marie Youinou, étudiante en master 2 d’histoire de l’art, à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

Pour l’histoire des arts

Rédacteurs, rédactrices/signataires : Anne Angles, Laura Bernard, Patrick Bouillon, Alexandre Boza, Olivia Brianti, Vincent Casanova, Sébastien Champion, Stéphane Gallo, Fanny Gayon, Étienne Gegout, Sophie Gourhand, Sophie Guillin, Sophie Jeddi, Anne Lafran, Anne-Marie Lescastreyres, Christian Martiny, Roland Pelletier, Laure Pillot, Jean-François Proquin, Myriam Sacksteder, Sylvie Schott-Brechet, Élise Valeyre

Cette année encore, des candidats, un peu partout en France, passent des épreuves d’histoire des arts au baccalauréat. En y démontrant  une nouvelle fois leurs compétences, ils viennent rappeler que cet enseignement est arrivé à maturité. Depuis vingt ans en effet, des configurations pédagogiques multiples et diverses ont germé dans de nombreux établissements – des lycées et depuis quelques années des collèges. En faire un bilan serait présomptueux tant chaque équipe a élaboré son fonctionnement selon son territoire et son « milieu ». C’est là sans conteste l’une de ses forces mais aussi l’une de ses faiblesses tant les institutions, quelles que soient leurs échelles, ne goûtent guère les collectifs d’individus qui fabriquent cahin-caha leurs pratiques. Malgré l’investissement acharné de la glorieuse génération des pionniers – pour en citer deux, Marie Lavin, IA-IPR d’histoire-géographie qui porta sur les fonts baptismaux l’histoire des arts, et Jean-Pierre Levert, professeur d’histoire-géographie, à qui ces lignes veulent rendre un hommage posthume – il faut admettre que l’histoire des arts reste encore un objet souvent mal connu, voire mal perçu.

Peut-être son talon d’Achille réside-t-il dans l’une des originalités de sa conception : créer une discipline à part entière sans créer un corps d’enseignants. Alors que l’Éducation nationale subissait déjà le discours économique du « dégraissage », il sembla en effet alors inopportun d’instaurer un nouveau concours, et ce, à la grande déception des départements universitaires d’histoire de l’art qui voyaient là un débouché échapper à leurs étudiants. Mais le « montage », bancal en apparence, se légitimait (et se légitime encore) par le désir d’ouvrir le répertoire des modalités enseignantes.

Comme l’option cinéma-audiovisuel, son aînée, l’histoire des arts allait être ainsi enseignée par des professeurs de toutes disciplines, apportant chacun leur vision, leurs savoirs et leurs savoir-faire, travaillant ensemble autour de thématiques communes et s’engageant dans des collaborations tous azimuts. Est-il nécessaire de le rappeler ? Pour les enseignants en histoire des arts que nous sommes, l’option a été une véritable aventure (et elle dure encore), aventure de l’auto-formation boulimique, aventure de la co-animation de séances, aventure hors des sentiers battus de notre champ initial d’expertise, et surtout aventure d’un renouvellement radical de nos pratiques (renouvellement dont bénéficient par ailleurs les cours que nous dispensons dans nos disciplines d’origine).

Il est une autre rupture par rapport à la lignée universitaire : ce pluriel – histoire des arts – qui a si souvent du mal à s’imposer. En elle-même, la désignation constituait non seulement une redéfinition du champ disciplinaire traditionnel, mais aussi une ambition. En ouvrant la palette des Beaux-Arts à l’urbanisme, à la musique, au cinéma, à la danse, à la BD, aux arts de rue (ad lib.), il s’est agi de redoubler la porosité des approches d’une lecture ouverte, transversale, comparative, des pratiques artistiques, et ce, sans a priori ni hiérarchie. C’est ainsi que nous voulons donner à comprendre à nos élèves la création d’une époque en articulant résolument ses formes et techniques à sa dimension humaine, sociale et culturelle. Loin d’en faire de petits spécialistes, nous cherchons à former leur regard, à susciter leur curiosité et avouons-le : à leur donner une culture générale. Il ne faut pas avoir peur des grands mots. Car ils permettent de lutter contre l’un des préjugés qui pèse lourd parfois sur l’histoire des arts, même si le pluriel a tenté de le neutraliser : celui d’un enseignement élitiste, véhiculant une culture bourgeoise, discriminante.

C’est là un front auquel nous tenons : oui, l’enseignement de l’histoire des arts apporte aux élèves de la « culture » et c’est ce qui la rend inclusive et absolument nécessaire, et particulièrement là où l’on ne croit plus en une culture commune. Ce serait un comble que, comme cela a été le cas pendant de bien nombreuses décennies, la fréquentation intime, informée, des musées soit réservée à une élite, que le goût des arts ne se transmette que dans un cadre familial, comme un héritage privé. Et par ailleurs – et les thématiques des programmes ne l’ont jamais démenti – ce que nous mettons en partage s’adresse à toutes les catégories sociales : nous avons appris à nos élèves à comprendre et aimer l’architecture et l’urbanisme de leur cité, à ne pas avoir honte d’aimer le street art, à prêter attention à la sculpture devant laquelle ils passaient depuis leur enfance sans la voir, comme nous leur avons fait visiter Bruges, Berlin, Londres, et regarder La Joconde autrement que comme un phénomène de foire – tout en analysant cette foire !

Ainsi, aux côtés des arts plastiques et de l’éducation musicale qui ont leur logique respective, l’histoire des arts se déploie autour d’un parcours des sens. Si nous pouvons avoir recours ponctuellement à la pratique, notre but n’est pas tant en effet de développer une créativité personnelle que d’aiguiser une sensibilité, amorcer une réflexion . Aussi, nos élèves deviennent des spectateurs avertis, des familiers des lieux de culture et de spectacles, sans frein, sans appréhension, sans complexes. La systématisation de notre travail en partenariat avec des structures artistiques et culturelles favorise à ce titre le franchissement des barrières invisibles de l’auto-limitation sociale. Nos élèves sont en effet ceux qui, de leur cohorte, ont le plus été en contact avec des conférenciers, des artistes, des conservateurs, des chorégraphes ou des metteurs en scène… En laissant ainsi circuler la parole, en nous mettant volontiers en position d’écoute, voire en participant comme n’importe quel élève à l’un de leurs ateliers, c’est toute la relation aux apprentissages qui se régénère.

On ne peut que se réjouir du chemin immense qui a été incontestablement accompli. Depuis presque dix ans, l’histoire des arts semble s’être imposée dans le paysage scolaire, même si ce fut parfois au chausse-pied. Les programmes de lettres ou d’histoire-géographie du collège comme du lycée, encouragent l’analyse d’œuvres d’arts en lien avec les thématiques traitées. Un inspecteur général d’histoire des arts a été nommé fin 2009, ce qui semble institutionnaliser la discipline. Il serait bien sûr mesquin de se désoler de sa diffusion dans les pratiques enseignantes, d’autant plus que les options n’existent hélas que dans un nombre limité d’établissements.

Il serait regrettable néanmoins que cette « dilution » serve de prétexte à la disparition d’une option qui satisfait pourtant élèves et enseignants et œuvre à créer du sens commun. Car en conjuguant obstinément l’appropriation in situ des œuvres et le travail patient de la classe, les options d’histoire des arts sont fondamentalement porteuses d’une « école de l’exigence intellectuelle » (Jean-Pierre Terrail). Il y a là un plaisir partagé dont on ne peut plus envisager de se priver. Or les menaces répétées quant à l’existence de ces options ne peuvent être comprises que comme une manière d’entraver la vitalité d’un enseignement qui ne cesse d’œuvrer à l’égale liberté de tous.  On ne conçoit donc pas que quiconque aujourd’hui puisse aller à l’encontre de l’histoire des arts qui a fait ses preuves et qui entend continuer à les faire.

  image   Jan Dibbets, Panorama mer II, 1971