Contribution du collectif Paragone à la commission pour la réforme du lycée

Lettre adressée à la commission présidée par M. Pierre Mathiot

Monsieur,

Dans le cadre de la commission que vous présidez, le collectif Paragone, rassemblant des enseignants d’histoire des arts en lycée, souhaite vous présenter une contribution rappelant l’importance et la légitimité d’un enseignement spécifique d’histoire des arts au lycée.

Depuis plus de vingt ans maintenant, l’enseignement d’histoire des arts s’est développé dans de nombreux lycées en France, que ce soit par un enseignement de spécialité en filière littéraire (5 heures hebdomadaires, coefficient 6) ou comme option facultative (3 heures hebdomadaires, coefficient 2). En devenant une réalité disciplinaire, une lacune du curriculum français fut ainsi réparée – en Italie, on enseigne l’histoire de l’art dans le secondaire depuis le début du XXe siècle. La fonction d’Inspecteur général d’histoire des arts a même été créée en décembre 2009. Cette “discipline” a élaboré son fonctionnement avec le souci de s’inscrire au mieux dans son territoire, développant en particulier des relations fécondes avec des acteurs de proximité – musée, centre d’archives, salle de spectacles… De plus, comme l’option cinéma-audiovisuel, son aînée, l’histoire des arts est enseignée par des professeurs issus de toutes disciplines et titulaires d’une certification complémentaire en histoire des arts. Travaillant ensemble autour de thématiques communes, des collaborations multiples sont de fait engagées. Ainsi l’histoire des arts, par son interdisciplinarité et sa pluridisciplinarité, a-t-elle accompagné un véritable renouvellement des pratiques enseignantes.

L’histoire des arts contribue à la constitution d’une culture générale, délivrant séance après séance les références et les clés d’analyse nécessaires à la compréhension des images, des sons, des formes qui façonnent le monde contemporain. Les élèves apprennent en effet à comprendre et aimer l’architecture et l’urbanisme de leur cité et d’ailleurs, à ne pas avoir honte d’aimer le street art, à prêter attention à la sculpture devant laquelle ils passaient depuis leur enfance sans la voir, à regarder La Joconde. L’histoire des arts est en somme une école du regard et de l’écoute : elle enseigne des compétences analytiques, de recherche et d’autonomie ; elle s’appuie sur des connaissances variées et affine la sensibilité. Elle invite enfin à formuler sur les créations esthétiques un jugement étayé et développe ainsi l’esprit critique.

Cette culture générale bénéficie à tous les profils d’élèves : pour les élèves qui ont fait le choix des humanités, elle vient compléter pleinement leur formation ; pour les élèves scientifiques, elle apporte une ouverture sur des champs de création au croisement des arts et des sciences tels que l’architecture, l’urbanisme et le paysagisme ; pour les élèves intéressés par les sciences sociales, l’économie et le droit, elle aborde l’histoire et la sociologie des pratiques artistiques et le fonctionnement des institutions culturelles. Ainsi, aux côtés des arts plastiques et de l’éducation musicale qui ont leur logique respective, l’histoire des arts se déploie autour d’un parcours des sens. Si les élèves deviennent des spectateurs avertis, des familiers des lieux de culture et de spectacles, sans frein, sans appréhension, sans complexes, c’est aussi grâce à la systématisation d’un travail en partenariat avec des structures artistiques et culturelles qui favorise le franchissement des barrières invisibles de l’auto-limitation sociale. A ce titre, l’histoire des arts œuvre vigoureusement à rendre l’accès à la culture plus démocratique.

Il faut distinguer l’enseignement d’histoire des arts du parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC), rendu obligatoire par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013 – même s’il y trouve toute sa place. Le parcours prévoit pour tous les élèves, du cours préparatoire à la terminale, la programmation concertée d’un ensemble de projets et d’actions artistiques et culturelles pris en charge par les différents professeurs sur leurs heures disciplinaires, mais aussi par des partenaires extérieurs, les familles, et l’élève lui-même. Si le PEAC apparaît comme l’outil d’une initiation indispensable, il ne peut avoir les mêmes objectifs qu’un enseignement avec des heures dédiées de manière hebdomadaire permettant approfondissement, réflexion, recherche et formalisation.

Françoise Nyssen, ministre de la Culture invitait récemment dans les colonnes du Monde (18 décembre 2017) à recentrer l’éducation artistique et culturelle sur la pratique. Or être un spectateur averti et curieux de toutes les formes d’expression artistique est aussi une pratique qui s’apprend. Il y a là, en outre, un chemin tout à fait propice à l’exercice d’une citoyenneté dynamique où les artistes, la rue, les espaces publics participent à la vitalité du monde et des sociétés.

La formation dispensée par l’histoire des arts instaure par ailleurs un contact régulier avec le monde professionnel du patrimoine et des arts vivants dont le poids dans l’économie française ne cesse d’augmenter depuis cinquante ans. On ne s’étonnera donc pas que le secteur des activités culturelles soit également très générateur d’emplois et qu’il constitue un débouché direct ou indirect pour les élèves ayant suivi l’enseignement d’histoire des arts : ceux-ci sont les futurs conférenciers, administrateurs, conservateurs, chargés des publics et de projets des très nombreuses structures qui maillent la France et en font la richesse. Grâce à cet enseignement, à la diversité des formes artistiques rencontrées et aux professionnels qu’ils sont amenés à fréquenter, certains élèves énoncent des choix d’orientation qu’ils n’auraient jamais envisagés sans (ornemaniste, typographe, potière, sculpteur sur bois, restaurateur, costumière, éditrice…).

Les liens réguliers et privilégiés entretenus avec les interlocuteurs des institutions artistiques favorisent de telles ouvertures vers les études supérieures. L’histoire des arts est de la sorte totalement engagée dans le parcours bac – 3/ bac + 3. Les classes préparatoires littéraires aux grandes écoles proposent l’option de spécialité « histoire et théorie des arts » afin de préparer le concours aux ENS ; de nombreuses écoles d’art et d’architecture favorisent également les postulants ayant suivi cet enseignement. L’École du Louvre a de son côté développé depuis plusieurs années un programme d’égalité des chances à destination spécifique des élèves suivant l’enseignement de spécialité d’histoire des arts.

Nous souhaitons donc réaffirmer la nécessité d’un enseignement spécifique d’histoire des arts au lycée. Celui-ci a en effet toute sa place parmi les humanités tout au long des trois années de scolarité et pendant lesquelles il participe à la construction de solides compétences indispensables pour des poursuites d’études ambitieuses et réussies.
Nous considérons par conséquent que l’histoire des arts doit conserver sa pleine existence en étant définie par un programme national et évaluée en épreuve terminale au baccalauréat.

Cette contribution a été élaborée par les membres du collectif Paragone rassemblant des professeurs d’histoire des arts en lycée. D’anciens élèves et des enseignants de toute discipline s’y sont notamment joints.

Toute personne peut apporter son soutien et ajouter sa signature. Pour cela, il suffit d’envoyer un mail à  : paragone.hypotheses@gmail.com 

– Charlotte Adam, étudiante en licence 3 études visuelles, multimédia et arts Numériques (Université Paris Est Marne-la-Vallée), ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil

– Laure Alazet Osborn,  Business Development Manager Moyen Orient et Iran pour ENGIE à Dubai, Emirats Arabes Unis, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Thibaut Algis, graphiste, ancien élève de la  filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Vincent Van Gogh, Aubergenville.

– Laura Ancinelle, maquilleuse effets spéciaux, sculptrice, ancienne élève en L spécialité et option art au lycée Charles Péguy, Paris 11e.

– Maria Tecla Andreotti, musicienne.

– Ruth Amezian, étudiante en deuxième année de licence d’Histoire de l’Art à Paris 10 Université Nanterre, ancienne élève filière littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Viviane André, étudiante en architecture (ENSAPVS), ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anne Angles, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Charlotte d’Armand de Chateauvieux , photographe-plasticienne, master en Art plastique, étudiante en master meef pour enseigner les arts Plastiques, ancienne élève de section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Bérénice Aubry, étudiante en master 1 en architecture à l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), ancienne élève de la section S avec option histoire des Arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Laurie Aubry-Infernoso, étudiante en lettres modernes à la Sorbonne, ancienne élève en filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Jean-Noël Audel, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris.

– Fred Augelon, professeur d’italien, patrimoines et histoires des arts, guide-conférencier national, lycée Mathias, Chalon-sur-Saône.

– Emmanuel Autin, intégrateur web, ancien lycéen en spécialité histoire des arts au lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Sylvia Avrand, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Fénelon-Sainte-Marie, Paris 8e.

– Camille Badenes, étudiante en événementiel culturel, Esupcom, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Sarah Bakkali, étudiante en droit à l’université Paris XIII, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts,  lycée Pablo Picasso, Fontenay sous-bois.

– Élisabeth Bakhuys, étudiante en hypokhâgne au lycée Condorcet, option histoire de l’art, ancienne élève en série L, spécialité et option facultative histoire des arts, Fénelon sainte Marie, Paris, 8e.

– Sylvain Bafaro, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison

– Timothée Barbier, étudiant en archéologie médiévale à La Sorbonne (Paris IV), ancien élève en option de spécialité histoire des arts, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, 8e.

– Hayat Belarabi, étudiante en 2e année de lettre modernes à l’université Paris 13, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Marion Belleville, guide conférencière et médiatrice culturelle au centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Bordeaux, ayant suivi l’option histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay, 91.

– Gilles Ben Itah, professeur de lettres et d’histoire des arts au Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Dylan Berrached, étudiant en Licence de Lettres Modernes, ancien élève de la filière L, Lycée Saint André, Choisy le Roi.

– Laura Bernard, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Jeanne d’Arc, Rouen

– Béatrice Bernardoff, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Notre Dame de la Providence, Thionville.

– Houda Berrais, étudiante en L3 à l’Université Paris-Descartes, ancienne élève en filière littéraire, option histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Auriane Beurdeley, étudiante en master d’histoire de l’art et archéologie, spécialiste du monde islamique, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Fénelon sainte Marie, Paris 8e.

– Stéphane Bigot, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Bertrand d’Argentré, Vitré

– Morgane Bihner, étudiante en sociologie et ancienne élève filière littéraire en spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Léa Biron, étudiante en édition à l’école Estienne (Paris 13e), ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Jean-Marc Birou, professeur de sciences-physiques et d’histoire des arts au lycée Louis Barthou, Pau.

– Claire Blandin , guide-conférencière à Aubusson, ancienne élève, option histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Nicolas Blandin, comédien, ancien élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Justine Bohbote, étudiante en Master à l’Ecole du Louvre, ancienne lycéenne en spécialité histoire des arts au Lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Angela Bokolombe, étudiante en droit à l’université de Montpellier, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts, lycée P. Picasso à Fontenay sous-bois

– Morgane Bosselut-Elbaz, chef de projets, Direction des Publics, Centre Pompidou, ancienne élève de l’Ecole du Louvre et ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Benjamin Bosselut-Elbaz, chef de projets-urbaniste, Plaine Commune, ancien élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Chloé Boudet, étudiante en licence 1ère année d’Histoire de l’Art à Panthéon-Sorbonne Paris 1, ancienne élève de filière L spécialité Histoire des Arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Gillian Bouillet, lycéenne en 1e L spécialité Histoire des Arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy

– Patrick Bouillon, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Elsa Bouladoux, designer, ancienne élève en filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Samira Bounhar, conseillère clients-community manager, ancienne élève filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Nadège Bourgeon-Budzinski, professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Wallon, Aubervilliers.

– Louise Boursier, étudiante en hypokhâgne option histoire des arts au lycée Condorcet, ancienne élève de filière L en option histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Alexandre Boza, professeur histoire-géographie et de cinéma-audiovisuel, Lycée Paul Valéry, Paris.

– Laura Brax, Psychologue de l’Éducation nationale en formation, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Marie Breteau-Guilois, professeur de lettres classiques et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison.

– Olivia Brianti, professeur d’arts plastiques et histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Célia Bruneau, styliste, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Claire Brunet, architecte d’intérieur agence Archimage, ancienne élève de section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laurent Brunel, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée Robert Schuman et Georges de la Tour de Metz.

– Nicolas Bouillard, professeur d’arts plastiques, de cinéma audiovisuel et d’histoire des arts, Lycée Mathias, Chalon-sur-Saône.

– Aodren Buart, étudiant en master 1 de cinéma, ancien élève en filière L spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Colombine Cassan, étudiante en master à l’Ecole du Louvre, ancienne lycéenne en  filière L, spécialité histoire des arts au lycée Blaise-Pascal, Orsay.

– Vincent Casanova, professeur histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Candice Castello, étudiante en histoire de l’art à l’École du Louvre, ancienne élève de filière littéraire, spécialité arts Plastiques et option histoire des Arts, lycée Notre-Dame de Bellegarde, Neuville-Sur-Saône.

– Laurie Chamard, étudiante en anthropologie, Histoire des arts/archéologie à l’université Paris Nanterre, ancienne élève de la filière Littéraire, spécialité Histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Marie Chamard, étudiante en master 1 préparant au CAPES d’histoire-géographie, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité Histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Sébastien Champion, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Poincaré,  Bar le Duc.

– Emmanuelle Chanonat-Maillet, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Imane Charkaoui, étudiante en journalisme à l’IEJ, Paris 16ème., ancienne élève en série littéraire spécialité histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Flore Chemin, titulaire d’un DNSEP de l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg. Illustratrice et conférencière.

– Claire Chesneau, étudiante en licence 3 d’histoire de l’art et archéologie (université Paris-Nanterre), ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Christophe Coin, musicien, professeur au CNSM de Paris.

– Florence Colas-Lentiez, professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Clémenceau, Reims.

– Hélène Colin, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Etienne Bezout, Nemours.

– Céleste Combes, étudiante dans une école de théâtre à Londres, diplômée du baccalauréat option histoire des arts en 2017, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, .

– Charlotte Comer, étudiante en droit à l’Université Panthéon-Assas, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts, Lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Alizée Cordesse, étudiante en master 1 Métiers du livre et de l’édition, parcours bibliothèque, à l’université Paris Nanterre, ancienne élève de la section Littéraire, spécialité Histoire des arts du lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– David Cousy, Président de Créteil 3.0, chargé de développement chez RAIZ SAS, ancien élève de section littéraire spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Fleur Coutard, étudiante en double cursus sciences et sciences sociales, Sciences Po Paris et Paris VI, ancienne élève en filière scientifique,option histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie (Paris 8e).

– Jules Coutard, étudiant à l’Institut d’études judiciaires de l’université Panthéon-Assas (préparation à l’examen d’accès au centre régional de formation professionnelle d’avocats), ancien élève en section scientifique, option histoire des arts, au lycée Fénelon Sainte-Marie (Parie 8e).

– Paul Coutard, étudiant en philosophie et histoire des arts CPES3 Paris Sciences et Lettres, ancien étudiant de la section littéraire, spécialité et option histoire des arts, lycée Fénelon Sainte Marie.

Juliette Daga, digital marketing manager, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– François Debieuvre, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Clemenceau, Reims

– Paula Delaplace, étudiante en Master 1 d’Histoire de l’art, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Bruno Delignon, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris

  • Samantha Deloffre, professeur de lettres classiques et d’histoire des arts, lycée Montaigne, Paris 6e.

– Anatole Divoux, étudiant en premier cycle de l’École du Louvre, ancien élève en série littéraire spécialité histoire des arts, lycée international des Pontonniers, Strasbourg.

– Sarah Douidi, élève en terminale L, spécialité histoire des arts, au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Paul Dupont, Historien, médiateur culturel, ancien élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Clemenceau, Reims.

– Doriane Dussour, élève de double licence histoire-allemand à la Sorbonne et  ancienne élève de filière L en option histoire de l’art au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy. 

– Bénédicte Eustache, étudiante en M2 d’Etudes Germaniques à Paris-Sorbonne et en deuxième année à l’École Normale Supérieure, ancienne élève de la section Histoire des arts du lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Théo Faurie, étudiant en L3 Cinéma et Audiovisuel à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et ancien étudiant en série L option histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Virginie Fauvin, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Étienne Bezout, Nemours.

– Laura Fernández, étudiante en deuxième année de licence d’Histoire à Paris IV Université Paris-Sorbonne, titulaire d’un baccalauréat Littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Solenn Ferrec, professeur d’Histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Voillaume, Aulnay-sous-Bois.

– Susan Filoche-Rommé, mastérienne d’Histoire transnationale à l’École Normale Supérieure, ancienne optionnaire d’histoire des Arts en CPGE au lycée Condorcet et bachelière littéraire spécialité histoire des arts au Lycée Léon Blum, Créteil.

– Anetta Floirat, professeur de musique et d’histoire des arts, lycée Jean-Baptiste Say, Paris

– Marie Fontaine, professeur de Lettres classiques et d’Histoire des arts, Lycée Raymond Poincaré, Bar le Duc.

– Clotilde Forest, documentaliste au musée de l’Armée, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Philippe Fournier, professeur d’éducation musicale, collège R. Aubry, Ligny-en-Barrois (Meuse), chargé de cours à l’Université de Lorraine.

– Charles Freis, étudiant en 1e année de PACES, ancien élève de filière scientifique, option histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Charlotte Gabriel, étudiante en histoire de l’art et en histoire au sein du master Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Stéphane Gallo, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Raphaël Galvao, étudiant en Master 2 Criminologie à l’Université Panthéon-Assas, ancien élève de la filière L spécialité Histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léo Garric, sophrologue sophro-analyste, ancien élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Fanny Gayon, professeure de lettres modernes et histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Étienne Gégout, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, lycée Henri Poincaré, Nancy.

– Vanessa Genestier, coordinatrice sociale en maison de santé, étudiante en Master 2 recherche Psychologie, Université Paris Diderot-Paris 7, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

Anaëlle Gobinet-Choukroun, Doctorante en Histoire de l’Art, ancienne élève du lycée Blaise Pascal d’Orsay, filière L, spécialité histoire des arts.

– Sophie Gourhand, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Thomas Goussu, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée François Couperin, Fontainebleau.

– Cléa Granvilliers, étudiante en Licence 2 à l’Ecole du Louvre, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Gabriel Guist’hau, Nantes.

– Nathalie Grébert, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Louis Barthou, Pau.

– Isabelle Grellet, professeur de lettres modernes et de théâtre (1978-2011), lycée Montaigne, Paris.

– Élisabeth Greyfié, étudiante en Humanités (Paris Ouest), ancienne élève filière L spécialité Histoires des arts, Lycée Fénelon Sainte Marie, Paris, 8e.

– Marie Grolier, étudiante en Arts Plastiques à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, titulaire d’un Master 1 en histoire de l’art, ancienne élève de la section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léa Guillemain, étudiante en première année de droit, une licence en histoire de l’art validée à l’université de Nantes, ancienne élève en filière L option de spécialisation en histoire des arts, Lycée Clémenceau, Reims.

– Sophie Guillin, professeure de lettres modernes  et d’histoire des arts, Lycée  Blaise Pascal, Orsay.

– Benoît Guillotin-Loury, ostéopathe D.O., ancien élève option et spécialité histoire des arts, lycée Fénelon-Sainte-Marie, Paris 8e.

– Morgane Guillou, étudiante en formation du danseur interprète, Studio Harmonic, ancienne élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Julie Guiroy, médiatrice culturelle, CIAP, mairie de Bordeaux, ancienne élève de filière littéraire, spécialité arts plastiques, lycée François Magendie, Bordeaux.

– Brigitte Guyot-Martin, professeure d’allemand et d’histoire des arts, Lycée Clemenceau, Reims.

– Lina Hedjiedj, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière L spécialité arts plastiques, lycée Georges de la Tour, Nancy.

– Louise d’Heucqueville, en hypokhâgne au lycée Louis le Grand, ancienne élève de terminale L, spécialité et option histoire des arts, Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Samuel Hivroz, étudiant à l’école du Louvre, ancien élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Nathalie Hoëz, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Salomé Houradou, étudiant en L1 de psychologie à Paris 13, ancienne élève de filière L spécialité Histoire des arts au Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Régine Huby, professeure d’histoire- géographie et d’histoire des arts, lycée Jeanne d’Arc, Rouen.

– Alain Hucliez, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des Arts, lycée Joachim Du Bellay, Angers.

– Zeïneb Imarraine, étudiante en histoire à La Sorbonne, ancienne élève en série littéraire spécialité histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Sophie Jeddi, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Auguste Blanqui, Saint-Ouen.

– Chloé Joly, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire de l’Art, lycée Notre-Dame de Sion, Paris.

– Anaïs Jolly, professeure d’anglais et d’histoire des arts Lycée Léon Blum, Créteil.

– Esther Jouzeau, étudiante en troisième année de cinéma à l’université de Vienne, ancienne élève  littéraire spécialité Histoire des Arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay sous bois.

– Kamila Kas, étudiante en BTS AM, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Charlotte Koch, constructrice bois, ancienne élève d filière L spécialité Histoire des arts,  lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Guillaume Lachaud, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Daguin, Mérignac (33).

– Adeline Laclau, doctorante en histoire de l’art, Université Aix-Marseille.

– Michèle Lacoue, professeur de Philosophie et d’Histoire des arts au lycée Jean-Baptiste Say, Paris.

– Anne Lafran, professeure d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Wallon, Aubervilliers.

– Rémi Lajus, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée François Mauriac, Bordeaux.

– Valentine Langeard, étudiante en Art Visuel à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève, ancienne élève de section littéraire avec spécialité histoire des arts à Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Inès Laprévotte, lycéenne en première, filière L, spécialité Histoire des arts, Lycée Albert Schweitzer, Le Raincy.

– Aurélie Laurent, social media manager, ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Alice Lavillonnière, étudiante en khâgne option histoire des arts au lycée Léon Blum de Créteil, ancienne élève en filière L et spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Marie Lavin, agrégée d’Histoire. Inspectrice d’Académie honoraire. Auteur de « L’histoire des arts, l’émergence d’un enseignement ».  Hachette éducation. 1998.

– Anne Leboucher-Sebbab, professeur d’histoire-géographie, Lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois

– Cécile Ledoux, professeur d’EPS, lycée Paul Poiret, Paris 11e.

– Louise Lefèvre, étudiante en Khâgne au lycée Condorcet, ancienne élève de L spécialité histoire des arts au lycée Fénelon-Ste-Marie, Paris 8e.

– Emma Legrand, étudiante en orthophonie, ancienne élève de L histoire des arts au Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Alexandra Lélias, psychologue clinicienne, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– François Leonarte , metteur en scène.

– Anne-Marie Lescastreyres, professeur d’arts plastiques et d’histoire des arts, lycée François Couperin, Fontainebleau.

– Julien Lesage de la Haye, professeur d’éducation musicale, collège Colette Besson, Paris 20e.

– Lara Lestrade, consultante, EcoAct, ancienne élève de filière L au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Claire Lingenheim Lavelle, professeur d’histoire des arts au lycée international des Pontonniers et au lycée de Fustel de Coulanges, Strasbourg

– Monika Lubinski, étudiante en premier cycle à l’École du Louvre, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Fiona Luddecke, étudiante de Master 2 en Histoire de l’art à l’Ecole du Louvre, ancienne élève de filière L spécialité arts plastiques / histoire de l’art, Lycée Rosa Parks, Montgeron.

– Julien Magnier, professeur de lettres modernes et d’histoire des arts, Lycée Etienne-Jules Marey, Beaune / Paris Sciences et Lettres.

– Isabelle Malefant, professeure d’allemand, lycée Blaise Pascal, Orsay.

–Léni Malki, directeur artistique junior chez Paco Rabanne, auteur de bande dessinée, ancien élève de la section littéraire spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Léa Marand, designer graphique, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Lucile Marfaing, employée dans une librairie et galerie de photographie, études d’Histoire de l’Art.

– Emma Margouty, étudiante en lettres comparées à l’université Paris-Nanterre, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil (promo 2015).

– Renée Marmonnier, professeure de lettre modernes et d’histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Mélina Martin, étudiante en master 1 de médiation de l’Art contemporain, licenciée d’Histoire de l’Art et d’Archéologie à l’Université Paris I, ancienne élève de l’Ecole du Louvre et ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Christian Martiny, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée St-Exupéry, Fameck.

– Amélie Marzet, étudiante en licence d’histoire de l’art, ancienne élève de la, filière L, spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Juliette Massart, professeure d’histoire-géographie, ancienne élève de la filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Émilie Mateo, juriste, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil

– Jeanne Mathas, étudiante à l’EHESS, année de préparation de thèse en histoire de l’art. ancienne élève spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

–  Olivier Maunaye, professeur d’arts plastiques enseignant l’histoire des arts au lycée Bertrand d’Argentré, Vitré

– Sonia Meszaros, étudiante en linguistique, ancienne élève de la filière L, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Sandra Mévrel, professeure de philosophie et ex-professeure d’histoire des arts au Lycée Voillaume d’Aulnay-sous-Bois, Lycée Jean Renou, La Réole.

– Mathilde Millot, illustratrice, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Marie Monod, étudiante en Design Graphique aux Beaux Arts de Caen, ancienne élève filière littéraire option et spécialité arts plastiques, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-Bois.

– Clara Morineau, étudiante en Bachelor Design interactif (Gobelins, l’école de l’image), ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Célia Moutawahid, styliste, ancienne élève section L, lycée Camille Claudel, Vauréal.

– Loic Nani, étudiant en Master 2 d’Histoire à l’Université Paris Diderot, ancien élève de filière L, spécialité Histoire des Arts, lycée Léon Blum, Créteil (bac en 2013).

– Vladimir Nestorov, doctorant en histoire de l’art, université de Bourgogne-Franche-Comté, chargé d’étude et de recherches à l’Institut national d’histoire de l’art.

– Adam Novarese, étudiant en Master 2 de droit, ancien élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laurence Nourisson, professeur d’arts-plastiques et d’histoire des Arts, Lycée Montesquieu, Bordeaux.

– Delphine Oget-Comiti, assistante de galerie, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Josée Parizet, professeure d’arts plastiques et d’histoire des arts, Lycée Pierre-Guéguin, Concarneau.

– Emmanuelle Patry, responsable vidéo pour Golden Network (filiale de M6), ancienne élève de la filière L,  spécialité histoires des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Ivane Payen, étudiante à l’école du Louvre, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Lucie Payoux , étudiante en art à l’erg, Bruxelles, ancienne élève en spécialité histoire des arts, Lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Natalie Pérez, chanteuse lyrique, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal Orsay.

– Nils Peschanski, musicien et professeur de piano au conservatoire d’Igny, ancien élève d’histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Delphine Pestre, etudiante en métiers de la culture, patrimoine et politiques culturelles à l’IESA, ancienne étudiante en série ES, option facultative histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Fabrice Pincet, professeur d’éducation musicale et d’histoire des arts, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison.

– Julie Place, étudiante en master 2 en école de commerce, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Azélie Pouriel, étudiante en Master 2 « management des industries culturelles » à NEOMA Business School (Rouen), ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil.

– Dogan Poyraz, musicien, ancien élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay

– Jean-François Proquin, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, Lycée Poincaré, Nancy.

– Marie Quiédeville, assureur, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal d’Orsay.

– Natacha Quiniou, étudiante en histoire de l’art et archéologie à Paris-Sorbonne, ancienne élève filière littéraire spécialité histoire des arts.

– Sophie Rabinow, étudiante à Mount Holyoke College, USA, ancienne élève de la filière L, spécialité histoire des arts, lycée  Blaise Pascal, Orsay.

– Ludmila Rabhi, étudiante en licence d’histoire de l’art à Rennes 2, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoires des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay sous bois.

– Elisa Rahab, consultante en communication, ancienne élève en filière L option de spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil.

– Cécile Rémy, éditrice, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Laetitia Renividaud, responsable print et digital, ancienne élève de filière L spécialité histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anne-Zoé Rillon-Marne, maîtresse de conférence en musicologie à l’Université catholique de l’Ouest, ex-professeure d’éducation musicale et d’histoire des arts, lycée Voillaume, Aulnay-sous-bois.

– Nina Robin, conservateur-restaurateur de peintures habilitée à intervenir sur les collections nationales, ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L en spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso, Fontenay-sous-bois.

– Clara Roca, archiviste-paléographe, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts; lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Sarah Rehman, étudiante en Master 2 Achats et Supply Chain à Paris School of Business, ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Pablo Picasso à Fontenay-sous-Bois.

– Eva Rocchia, étudiante en 3ème année de géographie à Paris Diderot, ancienne élève du lycée Pablo Picasso à Fontenay-sous-bois série S spécialité SVT.

– Laura Roustic, étudiante en tourisme,  ancienne étudiante en histoire de l’art et ancienne élève de filière L en option histoire de l’art au lycée Schweitzer, Le Raincy.

– Laurence Roy Prieur, Professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Myriam Sacksteder, professeure en arts plastiques et histoire des arts, lycée Schuman, Metz.

Anissa Richard, Infirmière en Soins Palliatifs au Québec, artiste amateur et ancienne élève en filière L option de spécialité histoire des arts, lycée Léon Blum, Créteil (Bac 2009)

– Sabine Rubeck-Bernard, professeur d’histoire-géographie et d’histoire des arts, lycée Schuman, Metz .

– Jean de Saulieu, étudiant en double licence droit-gestion à la Sorbonne, ancien élève en série ES option facultative histoire des arts, lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris 8e.

– Rémi de Saulieu, Licencié d’Histoire de l’art et d’archéologie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialisé en histoire de l’art médiéval. Professeur remplaçant d’Arts Plastiques au collège Notre-Dame d’Orveau (49), ancien élève filière Littéraire, spécialité Histoire des Arts, lycée Fénelon Sainte Marie, Paris 8e.

– Sylvie Schott-Bréchet, professeure de philosophie, de cinéma audio-visuel et d’histoire des arts, Lycée Poincaré, Nancy.

– Frédérique Servan, professeure de lettres modernes et d’histoire des arts, lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Julia Stankiewicz, étudiante à l’Ecole du Louvre, ancienne élève filière L spécialité histoire des arts, Lycée Robert Doisneau, Corbeil-Essonnes.

– Lucile Tamagnan, étudiante à Sciences-Po, ancienne élève de la, filière L, spécialité histoire des arts, lycée  Blaise Pascal, Orsay

– Garance Tartès, étudiante en troisième année de licence Art du Spectacle – Parcours études cinématographiques à Paris 7, Université Paris Diderot, et ancienne élève filière littéraire spécialité Histoire Des Arts, Lycée Pablo Picasso, Fontenay sous Bois.

 Julie Temelsiz, juriste Projets Internationaux au CNIM, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoire des arts, Lycée Léon Blum, Créteil (2009).

– Emma Tredez, étudiante en Master 2 d’Anthropologie, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Norma Thibault, étudiante en L3 à l’Ecole du Louvre, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Emmanuel Mounier, Chatenay-Malabry.

– Camille Tribouillard, professeur d’éducation musicale, collège Jean Moulin, Neuilly- Plaisance.

– Chloé Triomphe, étudiante en Master 1 de psychologie, ancienne élève de filière L, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Chloé Trovo, étudiante en MANAA ( Ecole de Condé de Paris), ancienne élève de la filière littéraire, spécialité histoire des arts, Lycée Van Gogh, Aubergenville.

– Maël Vandewalle, étudiant en 1er cycle à l’Ecole du Louvre, ancien élève de filière ES, option histoire des arts,  lycée Louis Pasteur, Lille.

– Bertille Van Wassenhove, chargée des éditions et publications du CENTQUATRE-PARIS, ancienne élève de section littéraire / histoire des arts au lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Jean Vergès, directeur de l’Universal Museum of Art (UMA), premier musée en réalité virtuelle, ancien élève de filière littéraire, spécialité histoire des arts.

– Raphaëlle Vert, chargée de projet “démonstrateur industriel pour la ville durable” chez Vinci, ancienne élève de filière littéraire spécialité histoire des arts (programme Art et Ville !), lycée Léon Blum, Créteil (2009).

– Audrey Vignal, professeur de lettres modernes au collège la Fontaine aux Berges d’Ollainville, ancienne élève de la  filière littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

– Anouchka Vizzini, assistante sociale à l’Aide sociale à l’enfance, ancienne élève en filière L spécialité histoire des arts. Lycée Léon Blum, Créteil.

– Arthur Winternheimer: étudiant en licence 2 de Lettres et Arts à l’Université Paris-Diderot, ancien élève de la section littéraire en spécialité et option Histoire des Arts au lycée Fénelon Sainte-Marie, Paris.

– Marie Youinou, étudiante en master 2 d’histoire de l’art, à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ancienne élève en section littéraire, spécialité histoire des arts, lycée Blaise Pascal, Orsay.

Tina Modotti, photographe (partie 1)

Nous publions ci-dessous une version rédigée et élaguée des notes prises lors d’une conférence d’Eve Lepaon, conférencière au musée du Jeu de Paume. Cette intervention s’est déroulée le jeudi 25 novembre 2017 lors du stage organisé par l’Académie de Créteil pour l’ensemble des enseignants d’histoire des arts.

L’indépendance, l’autonomie et la question de l’engagement étaient des valeurs centrales pour Tina Modotti. L’ensemble des images qu’elle a produites peuvent être dites « mécaniques » (réalisées à partir de machines comme la photographie, le cinéma, la vidéo). Ces images ne relèvent pas toutes directement du champ de l’art ; certaines ont en effet en premier lieu un contenu social et politique.

A ce titre, Modotti peut être rapprochée de Germaine Krull1, qui pratiquait une photographie de reportage au départ plutôt formaliste, avant de s’orienter vers un travail à la dimension sociale et politique.

Une partie du travail de Tina Modotti est souvent occultée ; elle est d’ailleurs essentiellement connue comme modèle pour Edward Weston, et d’autres peintres comme Diego Rivera. Les ouvrages  consacrés à Tina Modotti privilégient souvent une approche biographique ou romanesque. Or, il y a des liens à établir avec le contexte historique et l’apport très particulier qu’elle offre au domaine de la photographie. Sa carrière de photographe a été courte puisqu’elle a duré à peine dix ans – tout au long des années 1920. Son travail n’a pendant longtemps pas été représenté mais à la suite d’un intérêt récent pour le rôle de l’image dans la presse, on a ressenti la nécessité de réévaluer son œuvre et d’étudier davantage le contexte de l’époque.

Elle offre un apport singulier à l’histoire de la photographie car elle établit une réflexion sur le médium mais aussi sur les usages qu’elle a eus de la photographie avec l’introduction de l’idée d’une photographie sociale, voire révolutionnaire. Elle a aussi eu une influence sur d’autres photographes mexicains passés ou présents (Manuel Alvarez Bravo, Graziela Iturbide)

Quel corpus ? Il y a eu peu d’études, peu d’expositions monographiques et une grande dispersion des tirages.

La photographie devient une arme sociale et politique. Tina Modotti rejoint le Parti Communiste mexicain en 1927, réalise des photographies documentaires des murs peints et photographie le monde populaire. Il y a donc une dimension de témoignage et un intérêt ethnographique. Ses images sont souvent utilisées pour illustrer la littérature et des revues de propagande communiste.

PLAN

I. Du pictorialisme à la photographie moderne : la photographie artistique

II Une approche plus moderniste marquée par le constructivisme

III La question de la photo documentaire et de l’engagement

I Du pictorialisme à la photographie moderne : la photographie artistique

Contexte mexicain

Le contexte des photographies de Tina Modotti est celui des conséquences de la révolution mexicaine. Du 20 novembre 1910 au 27 mai 1911 a lieu la révolution mexicaine qui est suivie d’une guerre civile de presque dix ans. Petit à petit, on assiste à l’échec de l’installation d’un pouvoir et même à l’assassinat d’un président.

Alvaro Obregon, président du Mexique de 1920 à 1924
Alvaro Obregon, président du Mexique de 1920 à 1924

Alvaro Obregon, élu président en décembre 1920, s’installe pendant quatre ans et contribue à consolider les acquis de la révolution. Il a été général des armées de Venustiano Carranza et instigateur de l’assassinat de Pancho Villa, qui, déçu de la politique de Carranza s’était allié en 1915 avec Emiliano Zapata. Il se rend en 1923 contre la promesse d’avoir la vie sauve mais sera assassiné.

Alvaro Obregon met en application les idées qui avaient émergé à travers une série de réformes agraires et le Mexique profite d’une relative paix sociale. Il développe une politique culturelle et éducative d’envergure dont fait partie une politique de commandes murales. Tina Modotti arrive au Mexique en 1922 dans un climat artistique et intellectuel très optimiste. Elle voit la révolution comme un mythe.

La politique culturelle est offensive et est menée par José Vasconcelos. Ce dernier s’est battu aux côtés de Venustiano Carranza mais à la suite d’un conflit, il a dû fuir aux États-Unis entre 1915 et 1921. Il revient à l’élection d’Alvaro Obregon et prend la direction de l’université nationale autonome du Mexique et crée le Ministère de l’Éducation publique. Il croyait dans le rôle de l’art pour améliorer la vie des gens et surtout des masses. Il mène une croisade pour l’éducation du peuple en encourageant l’éducation pour les « indigènes », en créant un réseau de bibliothèques, des missions culturelles, des écoles normales et des Maisons du peuple.

Jean Charlot, artiste français installé au Mexique qualifie cette période de « Renaissance mexicaine ». Il choisit cette expression en comparaison avec l’Italie car il voit des liens avec la vigueur artistique et les valeurs humanistes.

Biographie de Tina Modotti

Tina Modotti est née à Udine dans le Frioul en 1896, dans une famille pauvre. La famille part en Autriche entre 1897-1898 car le père a trouvé du travail mais ils reviennent en 1905 et Tina doit donc reprendre l’école en italien alors qu’elle l’avait débutée en allemand. La situation de la famille empirant, elle immigre progressivement aux États-Unis (le père part en 1908). Tina s’installe en 1913 aux États-Unis, à l’époque où l’immigration italienne est encore importante pour des raisons économiques. Elle vit d’abord à San Francisco et fréquente le milieu artistique.

Tina Modotti et Robo de Richey au travail dans leur atelier, Hollywood, 1921, publié dans California Southland, novembre 1921, p. 19

Elle se marie à un artiste peintre, Robo (Roubaix de l’Abrie Richey) et débute dans le théâtre et le cinéma. Elle tourne en tant qu’actrice quelques films muets pour Hollywood (The Tiger’s Coat).

Tina Modotti, Portrait d’E. Weston, février 1924, tirage argentique, 18,7 x 22,5 cm, New York, MoMA

Elle rencontre Edward Weston en 1920. Il est déjà un photographe célèbre (cf. son portrait par Tina qui montre déjà ce parallèle dressé entre le regard et son objectif, tournés dans la même direction. Il y a l’expression d’une forme de symbiose et d’une ambition ; le point de vue est en contre-plongée et accentue la monumentalité de la figure du photographe qui montre son admiration). Edward Weston est un représentant du pictorialisme, mouvement qui recherche une reconnaissance de la photographie en tant que discipline artistique et imite les moyens de la peinture et des arts graphiques. Il utilise une chambre et un objectif anachromatique qui produit des images douces et estompées avec une forme de flou. Il réalise des effets sur les tirages (virage chromatique). Tina Modotti devient son modèle, son assistante, sa compagne et voyage avec lui au Mexique où ils s’installent en 1922 après le décès du mari de Modotti. Le contexte particulier du Mexique attire beaucoup d’artistes. Modotti tire parti de son expérience d’actrice et devient modèle de peintres muralistes dont Diego Rivera. Elle bénéficie donc de ce statut qui a occulté longtemps sa carrière photographique mais elle est aussi éclipsée par la renommée de Weston.

Le travail d’Edward Weston

E. Weston choisit des sujets marqués par le symbolisme fin de siècle (rapport femme et fleur), réalise beaucoup de nus. Il évolue de la même façon que Stieglitz et Paul Strand et abandonne petit à petit les effets pictorialistes pour aller du côté de la Straight Photography (mouvement qui donne à voir les spécificités de la photographie et insiste sur la netteté et la précision des formes). Au début des années 1930, il forme le groupe F64 (référence à la plus petite ouverture du diaphragme qui donne une profondeur de champ maximale et donc une grande netteté de tous les plans mais nécessite un temps de pose long) et travaille à la netteté de l’image. Cette évolution est sensible dans le traitement de Tina Modotti comme modèle car on va du flou vers la netteté. Il travaille aussi sur des points de vue inédits : l’aplatissement par le travail de la plongée. C’est une manière d’explorer le potentiel artistique et de créer une image qui permet d’obtenir une nouvelle manière de voir.

Comprendre l’évolution du Pictorialisme à la Straight Photography

Alfred Stieglitz (1864-1946), The Hand of Man, 1903, platinotype, 16,2 x 21,3 cm, Los Angeles, Getty Center
Alfred Stieglitz (1864-1946), The Hand of Man, 1903, platinotype, 16,2 x 21,3 cm, Los Angeles, Getty Center
Alfred Stieglitz, The hand of men, 1911, photogravure, 24,2 x 31,9 cm, New York, The Metropolitan Museum.
Alfred Stieglitz, The hand of men, 1911, photogravure, 24,2 x 31,9 cm, New York, The Metropolitan Museum.

 

 

 

 

 

.
Deux photographies de Stieglitz permettent de comprendre l’évolution à partir du milieu des années 1910. Il s’agit de deux tirages qui ont été réalisés à des moments différents et montrent son évolution par rapport au même sujet. Le pictorialisme oriente la pratique photographique vers un travail de retouche, une prépondérance du flou et des caractéristiques proches de l’impressionnisme. Au moment du second tirage en 1911, Stieglitz est sous l’influence des débats à propos des enjeux de la photographie qui préconisent une prise de distance par rapport au modèle, une plus grande netteté et précision des lignes et tout ce qui, de façon générale, va du côté de la modernité. On voit bien le potentiel graphique des rails, des poteaux.

Pour Steichen c’est la même chose. Né au Luxembourg et ayant une formation de peintre il s’installe à Paris en 1900 et va jouer un rôle essentiel dans la reconnaissance de la photographie.

E. Steichen, Autoportrait au pinceau et à la palette, 1901, héliogravure sur papier Japon, 21,3 x 16,1 cm, Paris, Musée d’Orsay. Parue dans la revue Camera Work 1903, N°2, avril 1903, planche III

E. Steichen se représente ici avec la palette et le pinceau alors même que c’est une image photographique mais l’image relève d’une certaine technique picturale : la retouche – les traces du pinceau sont visibles à la surface de la photographie. Le postulat est de placer le photographe au même rang que le peintre car ils partagent une même esthétique.

E. Steichen, Brooklyn Bridge, 1903, épreuve gélatino-argentique, 24,5 x 19,7 cm
E. Steichen, The_George Washington Bridge, 1931, épreuve gélatino-argentique, New York, Howard Greenberg Gallery

Ces deux photographies rendent manifeste ce passage du Pictorialisme à la Straight Photography (photographie pure) car le grain de l’image et les effets d’atmosphère s’estompent. En 1931, Steichen fonde son travail sur ce qui est propre au médium (le point de vue, le cadrage, la netteté) et affirme ainsi une esthétique moderne. Il met en valeur les éléments métalliques, le caractère graphique de cette modernité. Ce qui va commencer à compter, c’est la façon dont la photographie conçoit de nouvelles formes. C’est cette partie descriptive de la photo qui a été au cœur des débats.

E. Steichen, Grandes roses, Voulangis, France, 1914, tirage gélatino-argentique, 19,7 x 24,1 cm, New York, Fondation Aperture

On voit la douceur des pétales, la sensualité. La nature morte est une méditation sur le temps et certaines roses sont fanées. Le cadrage fragmente le réel (cf. tournesols). Cette esthétique de la fragmentation, ce point de vue qui aplatit le sujet, cet agencement de formes géométriques que l’image révèlent montrent qu’en travaillant sur ce qui est propre à la photo on peut montrer les choses de manière différente. La photo transforme notre perception du réel, transforme les formes.

Sous l’influence du travail de Weston, Tina Modotti va reprendre les principes de la photographie pure et cet intérêt pour la forme.

Tina Modotti, Roses, Mexique, 1924, tirage au palladium (platine), 18,8 x 21,6 cm, New York, MoMA

Elle reprend un sujet, celui de la rose, mais son cadrage est plus radical : découpé, fragmenté, il donne une impression de planéité, de compression à l’intérieur du cadre, comme une bi-dimensionnalité.

La Nouvelle Objectivité

Tina Modotti, Lys calle, 1924, épreuve gélatino-argentique, 25,4 x 20,3 cm, Throckmorton Fine Art
Tina Modotti, Lys, 1925

 

C’est une image encore floue qui montre le froissement des matières mais on sent que Tina Modotti va vers la netteté. Le contraste des valeurs naît du sujet mais la composition est plus graphique. Il y a l’expression d’une forme de pureté et Tina Modotti transcrit les matières avec jeu d’opacité et de transparence. On observe les mêmes phénomènes en Allemagne (cf. Renger-Patzch).

Le gros plan, le point de vue frontal font partie de l’esthétique de la Nouvelle Objectivité qui veut ainsi proposer une image sans subjectivité, la plus neutre, la plus distanciée possible et mettre en valeur les matières et les formes.

La photo de Tina Modotti démontre une étude des contrastes et des formes. Elle porte son attention sur la structure graphique de l’image plutôt que sur la fleur elle-même qui n’est qu’un enjeu pour travailler les ombres et lumières et donner à voir les contrastes entre la fragilité de la fleur et la force de la tige.

Dans son texte manifeste de 1929, Tina Modotti précise qu’elle ne recherche pas des effets artistiques au sens pictural. Elle veut réaliser une photographie sans trucages et recherche la qualité photographique. La mauvaise photo, c’est l’imitation des autres arts (dessin, peinture…) sans penser ce qu’est la photo. La bonne photo est celle qui accepte les limites propres à cet art et les caractéristiques de l’instrument, qui explore le potentiel intrinsèque : « fixer l’existence objective ».

Tina Modotti, Cactus, 1925, épreuve gélatino-argentique, 23,1 x 16,8 cm, New York, MoMA

Tina Modotti joue avec les points de vue. Le cactus est la plante emblématique du Mexique mais il n’est pas reconnaissable immédiatement. Tina Modotti ne s’intéresse pas à la propriété de la plante mais à sa forme, sa surface par le travail du point de vue et la lumière qui vient révéler l’état de la surface.

La plante est au centre de l’image et crée une composition abstraite (cf. Renger-Patsch) posant la question de la monumentalité par le travail du gros plan. En cela Tina Modotti rejoint l’abstraction. Ce n’est pas le cactus mais la répétition du motif des épines comme des étoiles qui se succèdent à la surface de l’image.

Tina Modotti, Tente de cirque (Gran Circo Ruso), 1924

Elle applique aussi cela à des sujets de la vie sociale. Ces photos ont été prises en compagnie d’E. Weston. L’intérêt qu’elle a pour ce sujet est un intérêt de forme car la photo révèle la structure géométrique de la toile de tente. Dans son travail elle « compose » mais inclut toutefois des personnes dans son cadrage car elle fait attention à l’individu et au corps. Sur le même sujet Weston exclut les corps (même titre).

Eli LOTAR, Le cirque Gleich, vers juin 1929, image positive obtenue par inversion de valeurs de la numérisation du négatif sur verre au gélatino-bromure d’argent, 4,5 x 6 cm, Paris, Centre Pompidou – Musée National d’art moderne – Centre de création industrielle

En Europe Eli Lotar2, roumain installé en France suit la même évolution. Il réalise des clichés sur des sujets analogues comme le cirque Gleich. On y voit des formes humaines visibles par ombre portée mais aussi des images quasiment géométriques ou une échelle qui traverse la composition. Ces photos étaient publiées dans des revues d’art décoratif.

Mise en avant des spécificités : la fragmentation

E. WESTON, Chapiteau, Mexique, 1924, Tirage gelatino-argentique, 9,8 x 7,5 cm, Los ANgeles, Getty Center
E. WESTON, Chapiteau, Mexique, 1924, Tirage gelatino-argentique, 9,8 x 7,5 cm, Los Angeles, Getty Center

 

A noter : E. Weston photographie en même temps que T. Modotti le chapiteau de cirque mais saisit son sujet de manière à obtenir une image abstraite, en décentrant son cadrage par rapport à l’oculus du chapiteau. Les lignes ainsi que les valeurs de gris structurent l’image.

L’abstraction en photographie a déjà été explorée par Paul Strand quelques années auparavant :

Paul Strand, Abstraction, 1916, épreuve argentique et platine, 32,8 x 24,4 cm, New York, The Metropolitan Museum
Tina Modotti, Interieur de l’église à Tepotzotlan, 1924, épreuve Palladium, 23 x 16,9 cm, New York, MoMA

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sujet photographié existe mais la prise de vue rend difficile l’identification du sujet initial. D’autres moyens sont utilisés : Tina Modotti, comme Malevitch  l’avait fait, présente la photo « à l’envers ».

Tina Modotti, Feuille d'aluminium chiffonnée, vers 1926
Tina Modotti, Feuille d’aluminium chiffonnée, vers 1926

L’étude de textures et de contrastes, les essais de techniques constituent une autre piste,  pour explorer le medium et ses possibilités.

Albert Renger-Patzsch, Basalte, série Roches, 1962, 2preuve gélatino-argentique sur papier Agfa, 38,4 x 28,3 cm, Bonn, Kunstmuseum

A comparer avec Renger-Patzsch : photographie de roches. Il s’agit d’une composition qui est un jeu de contrastes de valeur et de formes.

 

E. Weston rentre seul aux USA. Tina Modotti poursuit son travail en tentant de vivre de la photo. Elle enregistre la vie « objective » dans toutes ses manifestations et va s’orienter du côté de la modernité. La photographie est un medium moderne pour donner à voir la modernité à l’œuvre au Mexique. Elle s’appuie donc sur la valeur objective et documentaire de l’image.

   Prochainement : Partie  II Une approche plus moderniste marquée par le constructivisme

Pour compléter : lire le dossier en ligne de la BNF « Objets dans l’objectif », notamment « Emancipation« , « Détournements » et « Sacre de l’objet« .

Pour compléter : consulter le site des Editions Le Point du jour, qui propose une sitographie sur Tina Modotti et une bibliographie sur les relations entre art, photographie, politique et document :

– Dominique Baqué, Pour un nouvel art politique, Flammarion, 2004

– Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (version de 1939), Gallimard, Collection « Folioplus philosophie » n° 123, traduction de Maurice de Gondllac révisée par Rainer Rochlitz, dossier et notes réalisés par Lambert Dousson, 2008.

– Jean-François Chevrier et Philippe Roussin (dir.), « Le parti pris du document », Communications, n°71, 2001.

– Collectif, « Le statut de l’auteur dans l’image documentaire : signature du neutre », Document 3 / Jeu de Paume, 2006.

– Olivier Lugon, Le Style documentaire. D’August Sander à Walker Evans, Macula, 2001.

– Gaëlle Morel, Photojournalisme et art contemporain, Les derniers tableaux, Éditions des archives contemporaines, 2008.

– Michel Poivert, La Photographie contemporaine, Flammarion, 2003.

  1. à consulter également : exposition au Jeu de Paume du 2 juin au 27 septembre 2015 []
  2. à consulter également : article Paragone sur exposition Eli Lotar []