Les femmes et leur représentation dans la Grèce classique (partie 2)

Christophe Primault
Si les sources dont nous disposons rendent l’appréhension de la vie intime des femmes de la Grèce antique presque impossible, l’art de l’Antiquité, à travers la poésie des mythes, la tragédie, ainsi que l’iconographie très riche des céramiques et bas-reliefs, permet de comprendre leur place au sein de la famille et de la cité. Mais surtout ces représentations expriment un imaginaire : objets tant de fascination que de dénigrement, les femmes nous apparaissent à travers le prisme d’une vision phallocrate.

Lire la 1ère partie

Lire la 3e partie

 
3. Les mythes de la femme fatale

La peinture vasculaire est codifiée : le langage iconographique y est symbolique, manifestant les signes du masculin et les signes du féminin.

Pandore et les maux de l’homme

Dans Les Travaux et les Jours (VIIIe siècle av. J.-C.), Hésiode délivre la plus ancienne version connue du mythe de Pandore. Cette créature dotée d’un « esprit impudent » et d’ « un cœur artificieux » est créée sur l’ordre de Zeus voulant se venger des hommes pour qui Prométhée a volé le feu ; elle est un « piège profond et sans issue destiné aux humains » (Hésiode, Théogonie, v. 507-617, VIIe siècle av. J.-C.).

Peintre des Niobides, actif à Athènes vers 470 à 450 av. J.-C., Le Vase Pandore , Cratère attique à figures rouges, 460-450 av. J.-C ., origine : Altamura (Italie, Pouilles), : Ø :50 cm, h : 49 cm, Londres, British Museum
Peintre des Niobides, actif à Athènes vers 470 à 450 av. J.-C., Le Vase Pandore, La création de Pandore (détail)

Après qu’Héphaïstos l’a fabriquée dans de l’argile et de l’eau, Athéna lui donne la vie, l’habille et lui apprend l’habileté manuelle (entre autres l’art du tissage). Chaque dieu de l’Olympe lui fait un don – Pandora signifie « ornée de tous les dons » ou « celle qui donne tout » (pan = tous et dora = cadeaux) : Aphrodite, la beauté ; Apollon, le talent musical ; Hermès, la curiosité, le mensonge et l’art de la persuasion, Héra, la jalousie. Ainsi, la principale raison de la création de Pandore est de tourmenter les hommes avec le feu de l’amour, un feu plus féroce et plus chaud que celui que Prométhée avait volé aux dieux pour l’humanité. Le vase Pandore du British Museum montre, sur la frise supérieure, la création de Pandore, la première femme selon la mythologie grecque antique. Celle-ci se dresse au centre, raide et sans vie, habillée d’un long chiton. Les dieux de l’Olympe, représentés avec leurs attributs, occupent le reste de la frise. À gauche, Athéna, en chiton également, lance appuyée contre son épaule, lui tend à deux mains une couronne. À droite, on reconnaît Arès à son casque, sa cuirasse, ses jambières et son bouclier.

Groupe de Polygnote, Cratère à figures rouges : la création de Pandore, vers 450 av. J.-C. Louvre-Lens

Zeus offre la main de Pandore à Épiméthée, frère de Prométhée (leurs deux noms se font écho : Prométhée est « celui qui pense à l’avance », Épiméthée « celui qui pense après coup ») confiant à la jeune femme une boîte mystérieuse qu’il lui interdit d’ouvrir. Celle-ci contient tous les maux de l’humanité, notamment la vieillesse, la maladie, la guerre, la famine, la misère, la folie, le vice, la tromperie, la passion, l’orgueil ainsi que l’espérance. Mais Pandore cède à la curiosité et ouvre la boîte, libérant les maux contenus. Elle veut refermer la boîte pour les retenir, mais trop tard : seule l’espérance, plus lente, y reste enfermée. Sur le cratère du Louvre-Lens, de gauche à droite, apparaissent Zeus, Hermès, Épiméthée et Pandore. Épiméthée tend la main gauche vers Pandore couronnée d’un diadème, un pan de son manteau rabattu sur la tête à la manière des femmes mariées. Elle lève les bras comme pour être accueillie par Épiméthée, et son geste est accompagné par celui d’un jeune Éros en vol. Ainsi la femme représente un fléau mais aussi l’espoir : celui de la pérennisation de la société grecque.

Pandore incarne le féminin dans tout ce qu’elle a de périlleux pour l’homme : elle dilapide les récoltes engrangées grâce au dur travail des hommes :

Auparavant, les tribus des hommes vivaient sur la terre, exemptes des tristes souffrances, du pénible travail et de ces cruelles maladies qui amènent la vieillesse, car les hommes qui souffrent vieillissent promptement. Pandore, tenant dans ses mains un grand vase, en souleva le couvercle, et les maux terribles qu’il renfermait se répandirent au loin. L’Espérance seule resta. Arrêtée sur les bords du vase, elle ne s’envola point, Pandore ayant remis le couvercle. Depuis ce jour, mille calamités entourent les hommes de toutes parts : la terre est remplie de maux, la mer en est remplie, les maladies se plaisent à tourmenter les mortels nuit et jour et leur apportent en silence toutes les douleurs. Nul ne peut donc échapper à la volonté de Zeus.

Hésiode, Les Travaux et les Jours, v. 90-99.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/96/Vas_grec_de_figures_roges.JPG
Hydrie, Pandore, céramique grecque à figures rouges originaire du sud de l’Italie, IVe siècle avant J.-C., Barcelone, Musée archéologique de Catalogne

Hésiode insiste sur les nombreux défauts de Pandore (duperie, avidité, concupiscence, oisiveté…), défauts que les Grecs attribuent aux femmes. Or celles-ci sont nécessaires à la perpétuation de la maisonnée, formant alors le genos gunaikon, « la race des femmes » :

Puis il amena dans l’assemblée des dieux et des hommes cette vierge orgueilleuse des ornements que lui avait donnés la déesse [Athéna]. Une égale admiration transporta les dieux et les hommes dès qu’ils aperçurent cette fatale merveille si terrible aux humains ; car de cette vierge est venue la race des femmes au sein fécond, de ces femmes dangereuses, fléau cruel vivant parmi les hommes et s’attachant non pas à la triste pauvreté, mais au luxe éblouissant. […] Ainsi Zeus accorda aux hommes un fatal présent en leur donnant ces femmes complices de toutes les mauvaises actions. Voici encore un autre mal qu’il leur envoya au lieu d’un bienfait. Celui qui, fuyant l’hymen et l’importune société des femmes, ne veut pas se marier et parvient jusqu’à la triste vieillesse, reste privé de soins ; et s’il ne vit pas dans l’indigence, à sa mort, des parents éloignés se divisent son héritage. Si un homme subit la destinée du mariage, quoiqu’il possède une femme pleine de chasteté et de sagesse, pour lui le mal lutte toujours avec le bien. Mais s’il a épousé une femme vicieuse, tant qu’il respire, il porte dans son cœur un chagrin sans bornes, une douleur incurable.

Hésiode, Théogonie, v. 585-610.

« Dès lors, avec Pandore, l’homme est condamné au travail et au mariage, assailli par les désirs sexuels et alimentaires de sa nouvelle compagne, insatiable… » résume l’historienne de l’art Aurélie Damet1. Ce mythe présente la femme comme un être distinct et étranger, appartenant à une race maudite et dépréciée : « C’est de celle-là [Pandore], en effet, que provient la race des femmes, femelles de leur espèce ; oui, c’est d’elle que proviennent, pernicieuse, la race et les tribus des femmes, grand fléau pour les mortels. » (Hésiode, Théogonie).

Médée, l’infanticide

Le mythe est connu avant tout par une tragédie d’Euripide donnée en 431 av. J.-C.. Médée est la fille du roi de Colchide ; comme sa tante Circé, elle est magicienne. Elle incarne une féminité indocile et dangereuse, trahissant son père en aidant Jason venu conquérir la toison d’or et sacrifiant son propre frère pour permettre la fuite des Argonautes (elle le découpe en morceaux qu’elle sème derrière elle pour retarder la poursuite de son père). À Iolcos, patrie de Jason, elle ensorcelle les filles du roi, l’oncle du héros, afin qu’elles tuent leur père. Enfin à Corinthe où les amants ont trouvé refuge, elle se venge de l’infidélité de Jason qui se destine à épouser la fille du roi, en empoisonnant sa rivale et poignardant ses fils. Possédée par une folie meurtrière (furor en latin), Médée se livre au pire crime, l’infanticide.

File:Medea Sarcophagus Berlin Altes Museum 01052018 1.jpg - Wikimedia  Commons
Sarcophage de Médée, vers 140-150 ap. J.-C., marbre, Rome , H : 67 x L : 282 x P: 82 cm, Berlin, Altes Museum.

Le bas relief du sarcophage de Médée (Berlin) se lit de gauche à droite : à l’extrême gauche, Médée envoie ses deux fils remettre une couronne d’or et un vêtement précieux à Créuse, fiancée de Jason. Le vêtement empoisonné  prend feu et brûle vive la princesse. Son père, le roi, se tient à côté d’elle. Médée est sur le point d’assassiner ses deux fils, qui jouent devant elle. Enfin, elle entre dans un char conduit par des dragons emportant avec elle les corps de ses enfants morts.

Groupe de Tarente 7013 (4e siècle av J.-C.) | Grand cratère à volutes |  Images d'Art
Peintre d’Ixion, 4e siècle av J.-C., (attribué à), Amphore campanienne (Capoue Italie du Sud) à col à figures rouge, période hellénistique, vers 340-330 av J.-C., origine  : Cumes (Italie), Paris, musée du Louvre

Les hypothèses sur l’étymologie du nom Médée éclairent les différentes facettes du personnage. On a parfois associé le nom Médée au peuple des Mèdes dont le royaume était contigu à celui des Perses (d’où l’appellation de « guerres médiques » pour qualifier les conflits entre Perses et Grecs). Médée serait l’étrangère, celle qui menace l’équilibre grec. Or, le nom de Médée est issu du verbe grec mêdomai «méditer», lié à la racine -med : comprendre, concevoir. Enfin, la racine indo-européenne *mēd-, à l’origine de medicus (médecin) en latin, est en lien avec les connaissances de la magicienne en matière de plantes et poisons. Médée incarne ainsi l’archétype de la féminité monstrueuse et puissante par ses dons, son intellect et ses connaissances.

Les Amazones, paradigme de l’altérité
File:Amazon trousers BM VaseB673.jpg - Wikimedia Commons
Syriskos (peintre), Alabastron (flacon à parfum) à fond blanc, vers 480-470 avant J.-C.,céramique : H : 14,8 x Ø 3,5 cm , Princeton University Art Museum

Le mythe a une fonction explicative. Celui des Amazones appartient à la catégorie des mythes de frontière expliquant l’existence d’autres peuples, d’un ailleurs. Les récits situent les Amazones en Thrace, aux confins du monde grec et du monde barbare. C’est pourquoi elles sont parfois représentées avec des pantalons bouffants asiatiques. Les Amazones représentent une féminité transgressive, et ce d’autant plus qu’elles constituent un peuple nomade, à rebours des mythes d’autochtonie, qui rattachent les citoyens d’une cité à un héros fondateur et les ancrent dans un territoire.

Selon le mythe classique, le peuple des Amazones était composé uniquement de femmes et il était gouverné par une reine à la fois souveraine et cheffe de l’armée. Dans un dialogue de l’Iliade, elles sont caractérisées par l’épithète antiainerai, c’est-à-dire « égales des hommes ». Le nom, étymologiquement signifie : « celle qui n’a pas une mamelle », les jeunes Amazones subissant l’ablation du sein droit afin de faciliter l’usage de l’arc pour la guerre ou la chasse. Cette amputation rend secondaire la fonction maternelle du corps féminin, première dans la culture grecque.

Amazons - Wikipedia
Amazone blessée, d’après un original de Phidias, vers 435 av. J.-C., (tête: réplique de celle de l’Amazone de Polyclète, marbre, 197 cm, Rome, Musées du Capitole.

Les artistes grecs, probablement perturbés par cette mutilation ne la figurent jamais. Ils couvrent le sein droit avec un voile, et dévoilent le gauche comme en témoigne la statue de l’Amazone blessée du musée du Capitole à Rome. Couvrir le sein mutilé permet, selon les règles définies dans le canon de Polyclète, de rétablir un équilibre visuel. L’Amazone porte un carquois et un pelte, petit bouclier en forme de lune. L’astre de la nuit est un symbole de fertilité et attribut de la déesse Artémis. Elle s’oppose au Soleil, lié au masculin. Elle représente l’obscurité, la menace, le danger… Les Amazones sont fréquemment représentées combattant à cheval : pour les Grecs, ce peut être un signe de couardise et de faiblesse, car refus du combat au corps-à-corps.

File:Amazonomachy Christie Painter MAN.jpg
Peintre de Christie, Amazones combattant un soldat grec, cratère en cloche attique à figures rouges, vers 440 av. J.-C., Madrid, Musée archéologique national.

L’identité grecque s’étant toujours forgée sur l’altérité des peuples barbares, le mythe des Amazones vient la renforcer, en y ajoutant le genre. Le thème iconographie de l’Amazonomachie (la guerre contre les Amazones) est extrêmement populaire. Très fréquent dans les décors vasculaires et monumentaux, il illustre l’opposition entre la civilité grecque et la barbarie des peuples étrangers. La victoire des héros et des armées grecques symbolise la défaite du chaos, du désordre.

Un premier sujet récurrent est le combat entre Achille et Penthésilée, reine des Amazones, lors d’un épisode de la Guerre de Troie. Achille est souvent représenté nu, toujours en position verticale, alors que Penthésilée est en position de faiblesse ou en train de fuir le combat.

Exekias Achilles and Penthesilea | ShowMe

Exékias (potier), Achille tuant Penthésilée, reine des Amazones, 530-525 av. J.-C., Vulci (origine), H : 41,6 cm, Londres, British Museum
File:Bell-krater Akhilleus Penthesileia MAN.jpg - Wikipedia
Combat d’Achille et Penthésilée. Cratère en cloche lucanien à figures rouges, fin du Ve siècle av. J.-C., Madrid, Musée archéologique national
Fichier:Herakles Amazons Louvre F218.jpg — Wikipédia
Héraclès combattant Hippolyte , amphore attique à figures noires, v. 530–520 av. J.-C., Paris, musée du Louvre.

Encore plus fréquente est la représentation du combat d’Héraclès et Hippolyte, également reine des Amazones. Le neuvième des douze travaux d’Hercule consistait en effet à s’emparer de la ceinture d’Hippolyte que lui avait donnée son père, le dieu Arès.

Le temple d’Apollon à Bassae, dans le Péloponnèse (fin du Ve siècle av. J.-C.) représente ces deux amazonomachies, sur une une somptueuse fresque de marbre de 31 m de long sur 63 cm de hauteur, sculptée en bas-relief et composée de 23 panneaux. Elle se trouve depuis 1815 au British Museum.

Temple of Apollo Epikourios in Bassae | World Heritage Journeys of Europe
Temple d’Apollon Épikourios à Bassae , Ve siècle av. J.-C., Grèce, Péloponnèse.

Sur les vingt-trois plaques de marbre de la frise ionique, onze représentent des Grecs combattant des Centaures et douze des Grecs combattant des Amazones. Les Amazonomachies d’Achille et d’Héraclès en sont le sujet. Quatre panneaux représentent l’attaque des Grecs à Troie par les Amazones commandées par Penthésilée, et huit, Hercule combattant les troupes d’Hippolyte.

Greek & Amazons, Frieze from Bassae (Illustration) - World History  Encyclopedia
Achille tue la reine des Amazones. 420-400 av. J.-C., marbre, largeur : 127 cm, Londres, British Museum.
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/71/The_Bassai_sculptures%2C_marble_block_from_the_frieze_of_the_Temple_of_Apollo_Epikourios_at_Bassae_%28Greece%29%2C_Greeks_fight_Amazons%2C_about_420-400_BC%2C_British_Museum_%2814256921551%29.jpg
Hercule et les Grecs luttant contre les Amazones, 420-400 av. J.-C., marbre, largeur : 177,8 cm, Londres, British Museum

Il apparaît ainsi que les mythes grecs ne se contentent pas de représenter une féminité dangereuse et subversive. Le féminin y apparaît comme une altérité contre laquelle se défendre, des confins à maîtriser, à conquérir.

Lire la 1ère partie

Lire la 3e partie

  1. Aurélie Damet, « La domination masculine dans l’Athènes classique et sa remise en cause dans les crises intrafamiliales »Siècles [En ligne], 35-36 | 2012 []