Archives par mot-clé : Renaissance

Le dessin à la Renaissance : techniques et enjeux

Sébastien Champion

« C’est le dessin ou trait, car on lui donne ces deux noms, qui constitue, qui est la source et le corps de la peinture, de la sculpture, de l’architecture et de tout autre art plastique, et la racine de toutes les sciences. » (Michel -Ange)     Continuer la lecture de Le dessin à la Renaissance : techniques et enjeux

L’ART COMME APPARITION. ROGIER VAN DER WEYDEN (Partie 1)

Fanny Gayon
De l’art sacré à la sacralisation de l’art, de la contemplation artistique à la contemplation mystique, l’œuvre de Rogier van der Weyden (1400-1464) ne cesse d’explorer les liens entre l’art et le sacré. Grâce au pouvoir illusionniste de la peinture à l’huile et de la perspective, il orchestre de subtiles mises en abyme où l’œuvre d’art sacré, à la fois objet matériel et image immatérielle, devient le sujet même de sa peinture.

  deuxième partie

« Ce tableau est le plus digne de louanges qui ressemble de plus près à la chose à imiter » écrit Léonard de Vinci1. De cette « ressemblance », l’historien de l’art Erwin Panosfky montre dans un livre ayant fait date, La Perspective comme forme symbolique, qu’elle s’est construite, durant l’histoire de l’art, selon des conventions multiples et que la perspective linéaire qui se rapproche le plus de la vision humaine, n’en est finalement qu’une parmi d’autres2. Cette exigence, à la Renaissance, d’envisager l’espace pictural en profondeur plus qu’une surface « à remplir », nous montre à quel point le réel physique – que l’être humain perçoit par le prisme de son organe de vision – est alors réévalué, devenant le critère discriminant de la qualité d’une production artistique. Or, l’art de Renaissance ne se distingue pas par une focalisation exclusive sur le réel. L’art religieux domine encore largement la production artistique, dopé par les commandes de l’Église, mais aussi de particuliers qui réclament les supports nécessaires à leur dévotion privée (devotio moderna) ; il ne représente donc pas le réel, mais une autre réalité, spirituelle : le sacré chrétien. On pourrait objecter que ces tableaux religieux pourraient être, comme le sera la peinture d’histoire, une représentation du passé, de la vie du Christ puis de ses saints, représentation « vraisemblable » d’un temps révolu que faute de sources visuelles, l’artiste aurait restitué à l’aide de son imagination et de ses propres références. Ce serait nier la fonction même de ces œuvres au sein du rite chrétien et des pratiques. Les œuvres religieuses à la Renaissance sont étroitement liées au sacré, voire sacralisées, ce qui signifie qu’elles sont bien plus qu’une représentation : une présence du sacré.

Continuer la lecture de L’ART COMME APPARITION. ROGIER VAN DER WEYDEN (Partie 1)
  1. Erwin Panofsky, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art de l’occident (1960), Flammarion, coll. Champs arts – Art, 2008 []
  2. Erwin Panofksy, La Perspective comme forme symbolique et autres essais (1932), Éditions de minuit, 1976 []

Rétrospective J. Bosch à Bois-le-Duc et à Madrid

Du 13 février au 8 mai 2016, Noordbrabants Museum Verwersstraat 41, Bois-Le-Duc, Pays-Bas, et du 31 mai au 11 septembre 2016, Musée du Prado, Madrid, Espagne.

BOSCH, VISIONS DU GENIE

L’exposition « Jérôme Bosch (1450-1516) »  à Rotterdam avait éclairé le travail de l’artiste en montrant ses influences et en effectuant de nouveaux recoupements entre les peintures qui lui étaient attribuées. Continuer la lecture de Rétrospective J. Bosch à Bois-le-Duc et à Madrid

Conférence Les Vierges de la Steccata à Parme ou l’alchimie de la Maniera

Conférence de Laura Angelucci, lundi 25 janvier 2015, 18h30, à l’auditorium du Louvre.

Parmigianino retourna à Parme en 1530. Il y reçut nombre de commandes, témoignages de l’estime que lui portaient ses concitoyens. En 1531, la confrérie de Santa Maria della Steccata lui confia le décor de la chapelle majeure de son église qui était alors en construction. Ce chantier, Continuer la lecture de Conférence Les Vierges de la Steccata à Parme ou l’alchimie de la Maniera